Publié dans Droit

9

L’Italie interdit la reconnaissance faciale, sauf pour lutter contre la criminalité

L'Italie interdit la reconnaissance faciale, sauf pour lutter contre la criminalité

Les systèmes de reconnaissance faciale utilisant des données biométriques ne seront pas autorisés tant qu'une loi spécifique ne sera pas adoptée ou au moins jusqu'à la fin de l'année prochaine, a déclaré l'autorité de protection des données personnelles italiennes, rapporte l'agence Reuters.

Elle autorise cela dit une exception pour les technologies qui « jouent un rôle dans les enquêtes judiciaires ou la lutte contre la criminalité » : 

« Le moratoire découle de la nécessité de réglementer les conditions d'éligibilité, les conditions et les garanties relatives à la reconnaissance faciale, dans le respect du principe de proportionnalité. »

L'agence réagissait aux mesures prises dans deux municipalités : Lecce, dans le sud de l'Italie, où les autorités ont déclaré qu'elles commenceraient à utiliser une technologie basée sur la reconnaissance faciale, et Arezzo, « où la police locale devait être équipée de super lunettes infrarouges capables de reconnaître les plaques d'immatriculation des voitures ».

9

Tiens, en parlant de ça :

ADRAS-J : un autre « camion poubelle » de l’espace d’Astrocale en orbite

Explorons la décharge orbitale !

17:32 Science 2
répéteur wifi 7 free

Dans les entrailles du répéteur Wi-Fi 7 de Free

C’est comme une Freebox Ultra, en castrée

16:10 HardWeb 4
Conteneurs

Conteneurs, machines virtuelles : quelle différence ?

Mise en boîte

11:59 Soft 11
9

Commentaires (9)


NiDé Abonné
Le 16/11/2022 à 07h 45

Et comment on prouve que « les technologies jouent un rôle dans les enquêtes judiciaires ou la lutte contre la criminalité » ?
Avec une déclaration sur l’honneur ?



Bon, dans la dépêche de Reuters, ils précisent que les municipalités voulant utiliser la reconnaissance facile devront préalablement s’accorder avec les gouvernements centraux (=régionaux?)




municipalities that want to use them have to strike “urban security pacts” with central government representatives




Mais ça sent l’accord bidon


dylem29 Abonné
Le 16/11/2022 à 07h 51

Donc si c’est autorisé pour lutter contre la criminalité, ce n’est pas interdit.


Patch Abonné
Le 16/11/2022 à 08h 26

(quote:2105010:NiDé)
Et comment on prouve que « les technologies jouent un rôle dans les enquêtes judiciaires ou la lutte contre la criminalité » ? Avec une déclaration sur l’honneur ?




Faut demander à la mairie de Nice, paraît qu’ils sont très compétents sur le sujet :D


Le 16/11/2022 à 12h 04

dylem29 a dit:


Donc si c’est autorisé pour lutter contre la criminalité, ce n’est pas interdit.




Le meurtre est interdit sauf pour un bourreau. Donc le meurtre n’est pas interdit.


fred42 Abonné
Le 16/11/2022 à 12h 12

Si, il est interdit (suivant ta définition) dans tous les pays où il n’y a pas de peine de mort.


dylem29 Abonné
Le 16/11/2022 à 12h 33

Le meurtre, c’est un peu plus précis que “la criminalité”. :D


SebGF Abonné
Le 16/11/2022 à 17h 28

dylem29 a dit:


Le meurtre, c’est un peu plus précis que “la criminalité”. :D




Accessoirement, la “criminalité” n’a pas la même définition juridique selon les pays (et combien de fois on peut voir des journalistes tomber dans le piège du “crime” anglais qui ne correspond pas au “crime” français).


Le 16/11/2022 à 19h 17

fred42 a dit:


Si, il est interdit (suivant ta définition) dans tous les pays où il n’y a pas de peine de mort.




On peut jouer longtemps comme ça :
Il est interdit dans les pays qui n’ont pas d’armée, ni de droit à l’autodéfense, ni de lois contre l’acharnement thérapeutique, ni de lois autorisant l’avortement…


TroudhuK Abonné
Le 16/11/2022 à 21h 38

C’est donc ça, le facisme !