Publié dans Internet

6

Conflit Israël-Hamas : 349 marques financent la désinformation via la publicité programmatique

La Grande Mosquée se détache devant les toits des maisons de Jérusalem.

Au moins 349 marques soutiennent la désinformation qui a cours en ligne au sujet du conflit entre Israël et le Hamas via la publicité programmatique, selon l’entreprise spécialisée dans la lutte contre la désinformation Newsguard.

Dans une nouvelle étude menée entre le 7 octobre et le 15 novembre, celle-ci constate en effet que des entreprises comme Hulu, Zoom ou Groupon ont vu leurs marques affichées aux côtés d’articles véhiculant de fausses informations sur le fait que les attaques du Hamas contre Israël avaient été orchestrées par ce dernier pays, ou encore sur celle que le Yémen aurait déclaré la guerre à Israël.

Newsguard a doublé ce travail d’un sondage auprès d’un panel de 1 147 consommateurs américains. 53 % se déclarent méfiants envers une marque lorsqu’ils en aperçoivent le nom à côté d’une fausse information.

Newsguard indique qu’en l’état, les outils automatisés de « sécurité de marque » (brand safety) comme DoubleVerify ou IAS ne semblent pas suffire pour empêcher que des entreprises se retrouvent à financer de la désinformation via leurs opérations publicitaires.

6

Tiens, en parlant de ça :

dessin satirique de Flock

#Flock : de Game of Shithrones au jeu des sept différences

Moi en retard ??? Non… (Ha si…)

13:37 Flock 13
Des chercheurs en noir et blanc regardent une fiole sur laquelle est écrit "Perlimpimpin" en jaune.

[Édito] Respectez les sciences, bordel !

Demi mole

17:07 NextScience 43
Vitrée brisée

Une faille critique dans le langage Rust, Windows trinque

De la rouille, des fenêtres, une rustine

17:02 SoftSécu 28
Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

6

Fermer

Commentaires (6)


Ça me semble un peu violent comme accusation. Est-ce que ces marques ont demandé à avoir leurs pubs sur ce type d'article, ou est-ce qu'elles ont simplement accepté le choix par défaut de s'afficher potentiellement partout, et se retrouvent là par hasard ?
En effet, « Au moins 349 marques soutiennent la désinformation […] » pourrait faire croire que c’est volontaire, alors que c’est probablement à leur corps défendant. Cela dit, ce type d’étude a son intérêt dans le sens où ça ajoute une couche supplémentaire au constat que le système de la pub en ligne ne permet pas (au pas aisément) de contrôler où ça s’affiche.



[Limite HS] Quand, sur la page d’accueil de Next, j’ai lu « désinformation via la pub » dans le titre du Brief (donc sans autre info sur le contenu de la brève), je me suis dit « Bah ! La pub est, par nature, de la désinformation, du boniment. Rien de nouveau… »

DHMO

En effet, « Au moins 349 marques soutiennent la désinformation […] » pourrait faire croire que c’est volontaire, alors que c’est probablement à leur corps défendant. Cela dit, ce type d’étude a son intérêt dans le sens où ça ajoute une couche supplémentaire au constat que le système de la pub en ligne ne permet pas (au pas aisément) de contrôler où ça s’affiche.



[Limite HS] Quand, sur la page d’accueil de Next, j’ai lu « désinformation via la pub » dans le titre du Brief (donc sans autre info sur le contenu de la brève), je me suis dit « Bah ! La pub est, par nature, de la désinformation, du boniment. Rien de nouveau… »
C'est écrit "financent" et pas "soutiennent", mais en fait, tu as probablement écrit ce que tu avais compris ce qui prouve bien que ce titre est mauvais.
Techniquement, ils payent pour de la pub, donc le mot "financent" n'est pas faux, sauf que, ce qu'ils financent, c'est X (ex Twitter) et pas les messages de désinformation en eux même et pas non plus la désinformation en général sur X.
Sinon, tous ceux qui achètent de la pub sur X et tous les abonnés payants financent aussi cette désinformation. Cette affirmation est plus proche de la vérité que ce titre trompeur.
Tous ceux qui y publient contribuent aussi par leur présence au financement de la désinformation.
Titre putaclic à souhait !
On voit l'objectif de l'auteur, c'est dommage de voir ce genre de réflexion volontairement limitée pour aguicher... Prochains articles : "Toyota équipe les terroristes", "Nestlé nourrit les colons" ?
Ils ont l'habitude, faut bien payer les factures hey.