Publié dans Droit

4

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, l’accord entre Microsoft et OpenAI à la loupe

Logo OpenAIOpenAI

Microsoft a investi plusieurs milliards de dollars dans OpenAI, qui en a fait un partenaire privilégié. On sait notamment qu’OpenAI se sert d’Azure pour développer ses grands modèles de langage et que Microsoft a droit à la primauté sur certaines technologies.

Au Royaume-Uni, la CMA (Competition and Markets Authority, l’autorité de la concurrence) a annoncé vendredi 8 décembre qu’elle se penchait sur ce rapprochement. Dans son communiqué, elle indique donner l’occasion aux deux entreprises, ainsi qu’aux tiers intéressés, de se prononcer.

La chronologie de cette annonce ne peut que rappeler l’aventure de Sam Altman en novembre. Le PDG d’OpenAI a en effet été brutalement évincé par le conseil d’administration. Une grande partie de l’entreprise est alors entrée en révolte ouverte et Microsoft s’en est mêlée, son PDG Satya Nadella ayant annoncé qu’il accueillerait Altman – et tous les employés intéressés – au sein d’une nouvelle division.

On connait la suite : un nouveau conseil d’administration a été constitué, Sam Altman a été rétabli dans ses fonctions et Microsoft est membre du nouveau conseil, sans droit de vote.

La CMA souhaite maintenant « déterminer si le partenariat Microsoft-OpenAI, y compris les développements récents, a donné lieu à une situation de fusion pertinente et, dans l'affirmative, l'impact potentiel sur la concurrence ».

En particulier, la CMA veut chercher « une influence matérielle, un contrôle de facto ou plus de 50 % des droits de vote ». Si tel était le cas, la CMA devrait déterminer l’influence d’une telle situation sur la concurrence au Royaume-Uni.

Dans les heures qui ont suivi cette annonce, Reuters a indiqué qu’aux États-Unis, la FTC (Federal Trade Commission) comptait faire de même. La Commission n’a pas confirmé cette information. Selon nos confrères, elle en serait aux travaux préparatoires, mais la finalité serait la même que la CMA.

4

Tiens, en parlant de ça :

Spécialiste des signalements, Point de Contact s’apprête à déposer le bilan

Silence éloquent

17:49 SocialsSociété 4
Façade du bâtiment du New York Times

OpenAI contre-attaque et accuse le New York Times d’avoir « hacké » ses produits

16:27 DroitIA 3
Photo de la Maison-Blanche

Chine, Russie… Joe Biden veut interdire l’envoi de données sensibles américaines à six pays

Fort de roquefort

15:30 DroitSécu 2
Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

4

Commentaires (4)


Furanku Abonné
Le 11/12/2023 à 10h 38
Vu la tournure mélodramatique qu'ont pris le renvoi puis le retour de Altman, le rapprochement renforcé avec Microsoft depuis, je ne serais guère surpris que les autorités trouvent à y redire...

Il y a quelque chose qui cloche dans toute cette histoire.
Pseudooo Abonné
Le 11/12/2023 à 13h 38
@next, vous essayez de sortir rapidement le brief. C'est bien, mais n'oubliez pas la relecture. Même rapide elle permettrait de voir les coquilles.

Voir "... droite de vote"

Edit: je corrige une coquilles sur mon commentaire :D
Modifié le 11/12/2023 à 15h20
Le 11/12/2023 à 15h 08
D'autant que j'ai envoyé un signalement d'erreur dès la publication. Mais bon, ça arrive.
Le 11/12/2023 à 17h 21
Sans droite de vote, il ne pourra donc plus taper du point sur la table ?