Disparition de l’antimatière : les (anti)neutrinos sur le banc des accusés

Disparition de l’antimatière : les (anti)neutrinos sur le banc des accusés

Attention, l’antimoine est un piège !

Avatar de l'auteur
Sébastien Gavois

Publié dans

Sciences et espace

17/04/2020
30

Disparition de l’antimatière : les (anti)neutrinos sur le banc des accusés

En physique, une question existentielle demeure insoluble : où est passée l’antimatière créée durant le Big Bang et pourquoi existe-t-il autant de matière dans l’Univers ? Selon l’expérience T2K, les (anti)neutrinos sont une piste prometteuse, qui demande confirmation. Deux nouvelles expériences se préparent au Japon et aux États-Unis.

Au début de l’Univers, il y a eu un Boom, un Grand Boom même que l’on connaît sous le nom de Big Bang et qui s’est déroulé il y a 13,8 milliards d’années (inutile de demander ce qu’il s’est passé avant). Aux premiers instants de la création de notre Univers, de la matière et de l’antimatière ont été « créées en quantités parfaitement égales », explique le CEA. Problème – façon de parler – « si nous vivons dans un monde de matière , c’est parce que celle-ci a très vite pris le dessus sur l’antimatière ».

Le CERN aussi y va de sa petite explication : « Au cours des premières fractions de seconde qui ont suivi le Big Bang, l’Univers dense et chaud était en effervescence : des paires particule-antiparticule ne cessaient d'apparaître et de disparaître. Si la matière et l’antimatière sont créées et détruites ensemble, l'Univers ne devrait contenir que de l'énergie résiduelle. Néanmoins, une minuscule partie de la matière – environ une particule sur un milliard – a réussi à survivre ». Comme nous pouvons le constater en regardant autour de nous, la matière a en effet pris le pas sur l’antimatière. 

La question que se posent donc depuis des années les scientifiques est de savoir pourquoi, et où est passée toute cette antimatière. Une nouvelle piste est avancée par une publication scientifique faisant la couverture de Nature (une version de prépublication est aussi disponible sur arXiv) : une différence de comportement dans les neutrinos et antineutrinos. Pas de panique, on vous explique de quoi il s’agit.

La matière a « gagné », et heureusement ! Mais pourquoi ?

Tout d’abord, un rappel général : « La matière et l’antimatière sont formées d’espèces complètement symétriques : à chaque particule élémentaire de matière correspond son image en antimatière ». Particules et antiparticules partagent de nombreuses propriétés physiques, comme leur masse et leur durée de vie, mais elles diffèrent sur leur charge électrique (et certaines de leurs propriétés quantiques sont inversées). 

Aux électrons s’opposent donc les positrons (ou antiélectrons), aux protons les antiprotons, aux neutrons les antineutrons et, cas particulier, aux photons les photons… car oui, le photon est sa propre antiparticule, cela fait partie des joies de la physique quantique.

Pour rappel, dans le monde qui nous entoure, chaque atome de matière est constitué d’un noyau, comprenant des protons et des neutrons (sauf l’hydrogène qui n'a pas de neutron), et d’un nuage d’électrons. Les atomes sont la base de la matière ordinaire présente dans l'Univers.

Créées en quantités égales et annihiliées en cas de contact l’une avec l’autre, l’Univers  devrait donc être vide de matière et ne contenir que de l’énergie. Fort heureusement pour nous, ce n’est pas le cas. « Pour expliquer ce déséquilibre, les physiciens cherchent des asymétries dans le comportement des particules de matière et d'antimatière, asymétries qu’ils nomment violations de symétrie CP ».

Le CEA rappelle que depuis « plusieurs décennies », des défauts de symétrie ont été observés entre les quarks et les antiquarks, mais  « l’amplitude de cette violation n’est pas assez grande pour expliquer la disparition de l’antimatière dans l’Univers ».

Les quarks sont une des deux familles de particules (avec les leptons) constituant l’ensemble des particules de matières : l’Univers est donc fait de « douze constituants de base appelés particules fondamentales », explique le CERN. 

big bang
Crédits : pixelparticle/iStock

Une piste « prometteuse » : une asymétrie entre neutrinos et antineutrinos

Au Japon se déroule une expérience baptisée T2K – Tokai-to-Kamioka, du nom des deux villes japonaises où se trouve les installations – sur laquelle collaborent plusieurs instituts français : le Laboratoire Leprince-Ringuet (CNRS/École polytechnique), le laboratoire de physique nucléaire et des hautes énergies (CNRS/Sorbonne Université) et l’Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers du CEA.

Ils explorent une autre piste qui serait « prometteuse » : « une asymétrie entre les comportements des neutrinos [famille des leptons, ndlr] et des antineutrinos pourrait constituer une grande part de la réponse ».

Les neutrinos sont des particules élémentaires extrêmement légères. Ils existent en trois « saveurs » : électronique, muonique et tauique. Pour information, les trois autres leptons sont les électrons, muons et taus. Pour ne pas faciliter les opérations, les neutrinos « traversent tous les matériaux, sont très difficiles à détecter, et encore plus à étudier avec précision », explique le CEA. Ils n'interagissent en fait pas avec la matière.

Le changement de comportement entre neutrinos et antineutrinos se trouverait dans l’oscillation, c’est-à-dire « la capacité de ces particules à changer de saveur lors de leur propagation ». Ce phénomène est important : « mis en évidence à la fin des années 90, [il] apporte la preuve que, bien que très légers, les neutrinos ont une masse non nulle », rappelle le département d’astrophysique du CEA Saclay.

Au Japon, une expérience confirme une asymétrie quasi maximale…

Dans le cas de T2K, un accélérateur de particules produit alternativement des faisceaux de neutrinos et antineutrinos de saveur muonique. Une toute petite fraction de ces faisceaux de neutrinos (ou d’antineutrinos) est ensuite « détectée grâce à la trace lumineuse qu’ils laissent dans les 50 000 tonnes d’eau du détecteur Super-Kamiokande [40 mètres de haut et 40 mètres de diamètre, ndlr], implanté à 1 000 mètres de profondeur dans une ancienne mine ».

Super-Kamiokande
Crédits : Kamioka Observatory, ICRR, The University of Tokyo

Après avoir parcouru 295 km à travers les roches (soit une fraction de seconde à peine), certains (anti)neutrinos ont en effet changé de saveur pour devenir électroniques (au lieu de muoniques, si vous avez bien suivi). Les chercheurs font les comptes et le résultat est sans appel : « la collaboration T2K a montré que les neutrinos semblent osciller plus souvent que les antineutrinos. Les données pointent même vers une asymétrie quasi maximale entre le comportement des neutrinos et celui des antineutrinos ». 

 … mais sur un tout petit nombre de particules

Attention par contre, il faut prendre les pincettes de rigeur face à une importante incertitude expérimentale : « Ces résultats, fruits de dix ans de données accumulées dans Super-Kamiokande avec un total de 90 neutrinos et 15 antineutrinos électroniques détectés, n’ont pas encore la statistique suffisante pour les qualifier de découvertes ».

À titre de comparaison, le physicien Yves Sacquin du CEA explique dans cette vidéo que l’ordre de grandeur de neutrinos est généralement de 40 milliards par cm² : « sur votre ongle, il passe 40 milliards de neutrinos chaque seconde, mais vous ne les voyez pas et ils n’interagissent pas ».

On s’était dit rendez-vous dans 10 ans

Dans tous les cas, les résultats de T2K « constituent une indication forte et une étape importante ». L'expérience va se poursuivre avec une meilleure sensibilité et une nouvelle génération d’instruments scientifiques se prépare. Au Japon, la construction du détecteur Hyper-K, successeur de Super-Kamiokande avec une cuve encore plus grande dans laquelle Notre-Dame pourrait tenir, vient d’être actée. Signalons aussi Dune, en cours de réalisation aux États-Unis. Ils devraient être opérationnels vers 2027-2028.

« Si leurs nouvelles données confirment les résultats préliminaires de T2K, les neutrinos pourraient bien apporter d’ici dix ans une réponse au problème de la disparition de l'antimatière dans notre Univers », explique le CEA, plein d’espoir.

30

Écrit par Sébastien Gavois

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

La matière a « gagné », et heureusement ! Mais pourquoi ?

Une piste « prometteuse » : une asymétrie entre neutrinos et antineutrinos

Au Japon, une expérience confirme une asymétrie quasi maximale…

 … mais sur un tout petit nombre de particules

On s’était dit rendez-vous dans 10 ans

Commentaires (30)


Ami-Kuns Abonné
Le 17/04/2020 à 14h 02

inutile de demander ce qu’il s’est passé avant : La réponse et simple : 42.<img data-src=" />



On est dans l’univers matière, peut-être un univers miroir composé d’antimatière.<img data-src=" />


Le 17/04/2020 à 14h 20



La matière a « gagné », et heureusement ! Mais pourquoi ?





Pourquoi ce “heureusement” ?


Z-os Abonné
Le 17/04/2020 à 14h 21

Ou notre univers visible n’est qu’un petit îlot de matière dans un univers de matière et d’antimatière beaucoup plus grand ?


Z-os Abonné
Le 17/04/2020 à 14h 23

Cela devient terrible, il y a un parti pris dans chaque article maintenant, même sur un sujet de physique ! <img data-src=" /> Ils sont racistes, c’est tout. <img data-src=" />


Le 17/04/2020 à 14h 24

“Un Grand Boom même que l’on connaît sous le nom de Big Bang”

FAUX : Le Big bang n’est pas une explosion mais une expansion. Pas de boom !!!


Ami-Kuns Abonné
Le 17/04/2020 à 14h 24

Aucune idée, faudra demandé à un John Doe ou attendre d’être mort pour avoir peut-être certaine réponse.<img data-src=" />





Et pour le Boom, personne n’a du l’entendre si c’était vide.<img data-src=" />


Z-os Abonné
Le 17/04/2020 à 14h 49







Ami-Kuns a écrit :



Et pour le Boom, personne n’a du l’entendre si c’était vide.<img data-src=" />





Si j’ai bien compris, il n’y avait pas de vide non plus à l’époque. <img data-src=" />



Mihashi Abonné
Le 17/04/2020 à 15h 07

Une explosion étant une expansion très rapide, ça colle <img data-src=" />.


darkigo Abonné
Le 17/04/2020 à 18h 07



sur votre ongle, il passe 40 milliards de neutrinos chaque seconde, mais vous ne les voyez pas et ils n’interagissent pas&nbsp;»

C’est quand même impressionnant d’imaginer ce flux de matière permanent qui passe au travers de tout.


alain_p Abonné
Le 17/04/2020 à 18h 37







eliumnick a écrit :



Pourquoi ce “heureusement” ?





Bah, sinon, on n’existerait pas. Heureusement pour nous, un petit surplus de matière a subsisté de l’annihilation matière/antimatière lorsque la température de l’univers a baissé en dessous du seuil d’énergie nécessaire pour créer des paires de particules/antiparticules.



Le 17/04/2020 à 19h 25







alain_p a écrit :



Bah, sinon, on n’existerait pas. Heureusement pour nous, un petit surplus de matière a subsisté de l’annihilation matière/antimatière lorsque la température de l’univers a baissé en dessous du seuil d’énergie nécessaire pour créer des paires de particules/antiparticules.







Ah ^^ Gagner face à la symétrie ^^ Bien vu j’avais compris la matière gagne face à l’antimatière.



Le 17/04/2020 à 19h 41

Malheureusement je crois que l’antimatière grise a déjà gagné :(


Le 17/04/2020 à 21h 59







eliumnick a écrit :



Pourquoi ce “heureusement” ?









alain_p a écrit :



Bah, sinon, on n’existerait pas. Heureusement pour nous, un petit surplus de matière a subsisté de l’annihilation matière/antimatière lorsque la température de l’univers a baissé en dessous du seuil d’énergie nécessaire pour créer des paires de particules/antiparticules.







Pourtant, si cela n’as pas n’as pas été le cas (puisque cela reste à prouver ?), on est quand même là !



Le 17/04/2020 à 22h 23

La question fondamentale, pour laquelle on peut espérer très prochainement une réponse décisive, est: l’antimatière produit-elle de l’antigravité ?

&nbsp;


jelus Abonné
Le 17/04/2020 à 22h 57

Merci pour cette article.

J’adore ce sujet mais une question : quel rapport avec NetInpact ?



Et à la fin : Dune en cours de réalisation aux E-U….j’ai pensé au film :-)


Le 18/04/2020 à 01h 53

Peut-être pour nous détourner des sujets qui ont motivé notre adhésion (Identité numérique, Arcom, StopCovid….) ?

Pourtant NextInpact reste l’un des plus précis et détaillés sur ces sujets, par ailleurs ignorés.

Si le “Tromptéger” (tromper pour protéger) adopté par les médias face à l’inconnu ne semble pas encore les avoir contaminés. Le confinement, et sa chape de plomb ne les ont certainement pas épargnés.

Je suppose que comme moi “Jelus” aimerait plus d’articles de fond sur les problématiques qui ont motivé nos adhésions.

Je suis conscient des difficultés auxquelles NextInpact est confronté actuellement. C’est aussi pour vous une opportunité unique d’affirmer votre particularité dans le paysage médiatique.

Un grand merci donc à toute votre équipe, pour continuer à nous informer dans cette période si “exceptionnelle”.


AhLeBatord Abonné
Le 18/04/2020 à 06h 36

Dans un univers d’anti-matière, nous pourrions être constitués d’anti-matière.


barlav Abonné
Le 18/04/2020 à 06h 37





Parce que le sujet est passionnant.

<img data-src=" />



Sinon en bas de page il y a un bouton “Mentions légales”



Qui sommes nous:



Mais au fil du temps, nous nous sommes ouverts à bien plus que l’univers des composants informatiques ou du PC. Ainsi, en avril 2014, le site change de nom et devient Next INpact. Il se donne alors pour but d’informer le public sur les révolutions en cours ou à venir qui sont liées au domaine du numérique et des nouvelles technologies, et ce, sous différents aspects : techniques, pratiques, juridiques, financiers ou même culturels. Le tout de manière claire, simple et en toute indépendance.



<img data-src=" />


AhLeBatord Abonné
Le 18/04/2020 à 06h 38

Une explosion se produit dans un milieu donné. Or, là il n’y a rien. Même pas le vide. Rien. Ça n’existe pas.


AhLeBatord Abonné
Le 18/04/2020 à 06h 40

105 observations en 10 ans, c’est même pas une observation par mois. En terme de boulot planqué, c’est du solide.


serpolet Abonné
Le 18/04/2020 à 08h 27







jelus a écrit :



Merci pour cette article.

J’adore ce sujet mais une question : quel rapport avec NetInpact ?





Si ça nous satisfait, quel est le problème ? Ma motivation d’abonnement, c’est 50% informatique, 50% astronomie (cette science étant d’ailleurs entièrement informatisée, fini le temps d’Hippolyte Calys qui utilise son téléscope à l’œil nu !)



TiDom Abonné
Le 18/04/2020 à 10h 45







AhLeBatord a écrit :



105 observations en 10 ans, c’est même pas une observation par mois. En terme de boulot planqué, c’est du solide.





“C’est quoi to boulot?”

“Compter les neutrinos… Zzzz”



serpolet Abonné
Le 18/04/2020 à 11h 06







TiDom a écrit :



Compter les neutrinos… Zzzz”





ou les bosons Z



Le 18/04/2020 à 11h 27

“La matière a « gagné », et heureusement !” Si tout n’était qu’antimatière, vu qu’on a quand même une grande symétrie on appelerai simplement l’anti-matière matière et inversement non?


Mihashi Abonné
Le 18/04/2020 à 11h 40

C’est toi qui considère que ça doit se produire dans un milieu donné.


Le 18/04/2020 à 14h 18

Il faut demander au gluon du trou <img data-src=" />


Le 18/04/2020 à 16h 14

Et pourtant nous sommes tous l’anti-matière de quelqu’un quelque part.


Le 21/04/2020 à 10h 32

Si si, on sait ce qui s’est passé juste avant: on a entendu quelqu’un qui disait “Touche pas à ça, connasse…” et puis Boooom !



Ami-Kuns Abonné
Le 21/04/2020 à 10h 42

J’aurai dit connard, vu qu’en majorité c’est des mecs qui aime bien tous faire péter.<img data-src=" />


Le 21/04/2020 à 16h 29

C’est Bestel, il a touché et ça a fait pchrrrt