Altice vend deux opérateurs portugais, SFR renoncerait au cloud souverain

Altice vend deux opérateurs portugais, SFR renoncerait au cloud souverain

Le fric, c'est chic

Avatar de l'auteur
Kevin Hottot

Publié dans

Économie

16/09/2015
15

Altice vend deux opérateurs portugais, SFR renoncerait au cloud souverain

Il y a du mouvement ces derniers jours du côté d'Altice et de sa filiale Numericable-SFR. La multinationale a dans un premier temps annoncé la vente de certains de ses actifs au Portugal, tandis que le fournisseur d'accès français chercherait à revendre ses parts dans Numergy, un des acteurs du fameux « cloud souverain ».

Altice continue de faire le ménage dans ses actifs. Après sa restructuration orchestrée le mois dernier, et la vente d'Outre-Mer Telecom qui a pris place simultanément, le groupe luxembourgeois vient d'annoncer la vente de deux opérateurs téléphoniques portugais, afin de contenter les autorités européennes suite au rachat de Portugal Telecom. 

Tudo bem para Drahi

En avril dernier, la Commission européenne avait validé le rachat de Portugal Telecom par Altice pour 7,4 milliards d'euros, à condition que le câblo-opérateur cède l'ensemble de ses autres activités au Portugal. Le groupe possédait déjà deux filiales sur place : Cabovisao et ONI. Les autorités européennes estimaient que le rapprochement de toutes ces entités aurait figé la concurrence et mené à terme à une hausse des prix pour les clients.

Le premier a été acquis par Altice en 2011 contre la somme de 45 millions d'euros. Il s'agit d'un des plus gros câblo-opérateurs du pays, avec un total de 4,5 millions de prises dans environ 70 villes portugaises. ONI est quant à lui un opérateur ciblant les entreprises et leur proposant divers services (cloud, hébergement de centre de données etc.) et avait coûté la bagatelle de 80 millions d'euros à Altice en août 2013. 

Finalement, Altice aura mis un peu moins de six mois à trouver un acquéreur pour ces deux entreprises. Dans un communiqué laconique, le groupe luxembourgeois explique avoir trouvé un accord de vente et d'achat de ses actifs avec le fonds d'investissement Apax France. Ce dernier avait déjà tenté de racheter Portugal Telecom, avant de se faire couper l'herbe sous le pied par Patrick Drahi. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé.

Numericable-SFR chercherait à se défaire de Numergy

Dans le même temps, nos confrères de l'Usine Digitale prêtent à Numericable-SFR l'envie de se séparer de sa participation dans Numergy, un des deux acteurs du fameux « cloud souverain ». Selon eux, l'opérateur démarche des acheteurs potentiels depuis cet été, suite au désengagement de l'État (via la caisse des dépôts et consignations) qui détenait 33 % des parts de la société, tandis que Numericable-SFR en possède 47 %. Cette nouvelle suit la reprise en main par Orange de l'autre hébergeur souverain, Cloudwatt, dont l'opérateur historique est désormais l'unique actionnaire.

Au total, 225 millions d'euros devaient être investis dans Numergy, mais la société n'est jamais vraiment parvenue à atteindre ses objectifs. Il devait être question d'un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros dès 2016, en 2014 et après deux ans d'activité, le CA n'était que de 6 millions d'euros. Bien loin du compte. Reste à voir s'il est possible de trouver un repreneur pour l'entreprise, mais les clients potentiels sont rares.

15

Écrit par Kevin Hottot

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Tudo bem para Drahi

Numericable-SFR chercherait à se défaire de Numergy

next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

Commentaires (15)


Le 16/09/2015 à 08h 39

Effectivement, Numergy ressemble à un gouffre financier, typique des largesses de l’ancienne direction. On ne peut pas avoir un groupe compétitif et puits sans fond.


Ami-Kuns Abonné
Le 16/09/2015 à 08h 40

Numericable-SFR chercherait à se défaire de Numergy, vu le CA réalisé, même pour un euro symbolique, la rentabilité sera pas top on dirait.<img data-src=" />


Jarodd Abonné
Le 16/09/2015 à 08h 41



Il devait être question d’un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros

dès 2016, en 2014 et après deux ans d’activité, le CA n’était que de 6

millions d’euros.



&nbsp;

&nbsp;Ouh pinaise <img data-src=" />

&nbsp;

&nbsp;M’enfin ça reste jouable, passer de 6 à 400 millions en 2 ans ! Difficile mais pas impossible <img data-src=" />


Le 16/09/2015 à 08h 59

En lançant maintenant un appel au don, c’est jouable <img data-src=" />


Le 16/09/2015 à 09h 00

J’espère qu’il ne pense pas vendre leur Numergy… Autant le céder à Orange ça sera plus rentable !


Le 16/09/2015 à 09h 04

La question que je me pose , c’est qui rachètera cabovisao après.

&nbsp;4.5 millions de prises, autant de clients potentiels, ça doit en intéresser plus d’un.



&nbsp;&nbsp;Je sens bien Orange ou Free dans les starting block prêts à récupérer le petit opérateur.&nbsp;


Ami-Kuns Abonné
Le 16/09/2015 à 09h 15

Free directement pas certain, plutôt à travers de XN son actionnaire majoritaire, si il est intéresser.


Le 16/09/2015 à 09h 27

Ca reste du &nbsp;câble, c’est pas vraiment le créneau de Free ou Orange. (Ok, il semble que Monaco Telecom soit du câble, mais c’est XN et non Iliad).


Le 16/09/2015 à 09h 31

Orange a déjà du absorber Cloudwatt, j’suis pas certain qu’ils ont très envie de remettre le couvert tout de suite


ulhgard Abonné
Le 16/09/2015 à 09h 32

Quel montant de subventions publiques pour une entité qui dégage 6M€ de CA? De mémoire il me semble que c’est 75M€ de nos impôts qui ont servis à pondre cette merde.

&nbsp;



&nbsp;Il paraît que c’est la crise.


Le 16/09/2015 à 09h 38

33 % de 225 millions, c’est bien ça (via la CDC)


Ami-Kuns Abonné
Le 16/09/2015 à 09h 41

Niveau commerciale, c’est un flop gigantesque, j’ai l’impression que les employés doivent pas être à la fête.


Rmeteora Abonné
Le 16/09/2015 à 09h 43

Cabovisão n’est pas vraiment une bonne affaire selon moi, et ça ne risque pas de s’arranger. L’entreprise a une PdM faiblarde et en perte de vitesse, et a une image déplorable, à l’image de son double français Numéricâble. Sans compter le fait qu’il se retrouvent en concurrence directe avec NOS (le n°1) qui fait aussi du câble, et qu’ils font tailler de sérieuses croupières par Vodafone Portugal qui propose des offres 3-play sous les 30€… Bref, une revente est à attendre dans les prochaines années.

Au passage, ce fameux fonds d’investissement était déjà au capital de l’entreprise en 2011… avant de revendre ses parts à Drahi. Logique industrielle ? Je ne pense pas.



http://bit.ly/1F2h68t


Numergy, encore une belle réussite française en matière d’informatique “étatique”. <img data-src=" />


OlivierJ Abonné
Le 17/09/2015 à 15h 57







ulhgard a écrit :



Quel

montant de subventions publiques pour une entité qui dégage 6M€ de CA?

De mémoire il me semble que c’est 75M€ de nos impôts qui ont servis à

pondre cette merde.



&nbsp;





Ellierys a écrit :



33 % de 225 millions, c’est bien ça (via la CDC)





L’article indique : “suite au désengagement de l’État (via la caisse des dépôts et consignations) qui détenait 33 % des parts de la société”. Donc la CDC a récupéré sa participation ou du moins une partie. En supposant que de l’argent a réellement été dépensé par la CDC, il a permis de donner du travail à une entité et dans un but louable de toutes façons (cloud “souverain”).









Crysalide a écrit :



Numergy, encore une belle réussite française en matière d’informatique “étatique”. <img data-src=" />





En quoi c’est étatique ? C’est une société privée qui s’est occupée de son développement.