Drapeaux de l’Union européenne

DMA : Meta critique à son tour Apple, qui minimise l’importance de l’Europe

Entre la pomme et la poire

Avatar de l'auteur
Vincent Hermann

Publié dans

DroitLogiciel

05/02/2024
10

Drapeaux de l’Union européenne

Mark Zuckerberg a fini par s’exprimer lui aussi sur les changements qu’Apple a annoncés pour se mettre en conformité avec le DMA. Il n’apprécie cependant pas lui-même le nouveau règlement européen, dont Apple tente de minimiser l’impact.

Comme les autres contrôleurs d’accès, Apple doit non seulement se conformer au DMA, mais répondre à deux exigences supplémentaires. Une attention particulière est ainsi portée sur la manière dont l’entreprise permet à la concurrence de s’épanouir. Dans la ligne de mire, l’App Store, ses règles strictes, la commission, ou encore le fonctionnement des navigateurs.

Face à ces nombreuses demandes, Apple a annoncé un grand nombre de changements. Plus de 600 nouvelles API sont prévues et les boutiques tierces vont être autorisées. De plus, les navigateurs vont pouvoir embarquer leur propre moteur. Ils devaient utiliser une vue déportée de WebKit jusqu’à présent.

Ces changements doivent être prêts pour l’entrée en vigueur du DMA le 7 mars. Cependant, Apple les a assortis de conditions d’utilisation faisant grincer des dents à de nombreux acteurs. Mark Zuckerberg, à la tête de Meta, est le dernier à s’être exprimé sur le sujet. Comme on pouvait s'en douter, ses mots ne sont pas tendres.

Aucune influence sur Meta, a priori

La suite est réservée à nos abonnés.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous
10

Écrit par Vincent Hermann

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Aucune influence sur Meta, a priori

Apple minimise la part de l’Europe

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (10)


SebGF Abonné
Le 05/02/2024 à 10h 46
C'est marrant mais je trouve que ça ressemble beaucoup aux réactions des politiques lors d'une annonce du gouvernement, s'offusquer de choses qu'ils auraient faites à leur place.
fred42 Abonné
Le 05/02/2024 à 11h 10
>Il ne fait aucun doute que Meta lancerait volontiers sa propre boutique sur iOS, même si cela signifie la limiter à l’Europe. Mais comme nous l’avions indiqué dans notre précédent article, les frais peuvent exploser si l’application concernée rencontre un grand succès et permet des gains substantiels. Le nouveau système peut alors se révéler bien plus cher que l’ancien.

Je ne comprends pas trop.

L'intérêt d'avoir sa propre boutique est essentiellement de ne pas payer de pourcentage à Apple sur ses ventes depuis l'iBudule.

Si META ne vend rien (il me semble que c'est le cas, mais je n'utilise aucun de ses produits), ça n'a aucun intérêt d'avoir sa boutique. Et dans ce cas, autant rester sur le store d'Apple parce que ça ne leur coûte rien.

Si META veut vendre depuis ses app sur iOS, il a intérêt d'avoir sa propre boutique, ça ne lui coûte que 0,5 € par an par appli (+ les coûts d'infra et de paiement qu'il a à gérer en propre. Je néglige le premier million d'app qui est gratuit. Comme tout le monde râle sur le pourcentage pris par Apple, c'est qu'ils pensent gagner plus sans Apple et ces 0,5 € ne sont pas grand chose.

Enfin, si avoir sa propre boutique génère plus que 0,5 € de bénéfice en plus par an et par app, c'est aussi rentable.

Tout ce que je dis ne change rien au côté très discutable des 0,5 € par app et par an sur quoi la Commission aura à se prononcer.
Le 05/02/2024 à 11h 50
Ça fait un moment que Meta cherche à monétiser ses produits par autre chose que de la pub.
Il me semble que les utilisateurs Européens ont la possibilité de payer un abonnement insta et FB par exemple.
Il y a aussi la question de What's app qui est un peu plus complique a monétiser avec de la pub vu que c'est chiffré de bout en bout.
Si ils peuvent éviter d'avoir Apple et ses frais d'utilisation dans tous les sens ça les arrangeraient.

META a aussi bien compris qu'il y avait un avantage stratégique à contrôler la plateforme sous-jacente car cela évite d’être a la merci de changements de politique de confidentialité notamment.
L'entreprise est bien contente de garder cet avantage sur les casques de VR, elle n'aimerait pas qu'un Google ou un Apple vienne concurrencer le Meta Store.
fred42 Abonné
Le 05/02/2024 à 12h 07

HenriTEL

Ça fait un moment que Meta cherche à monétiser ses produits par autre chose que de la pub.
Il me semble que les utilisateurs Européens ont la possibilité de payer un abonnement insta et FB par exemple.
Il y a aussi la question de What's app qui est un peu plus complique a monétiser avec de la pub vu que c'est chiffré de bout en bout.
Si ils peuvent éviter d'avoir Apple et ses frais d'utilisation dans tous les sens ça les arrangeraient.

META a aussi bien compris qu'il y avait un avantage stratégique à contrôler la plateforme sous-jacente car cela évite d’être a la merci de changements de politique de confidentialité notamment.
L'entreprise est bien contente de garder cet avantage sur les casques de VR, elle n'aimerait pas qu'un Google ou un Apple vienne concurrencer le Meta Store.
Très juste, j'avais oublié ce nouvel abonnement pour l'UE.

Raison de plus pour foncer sur leur propre boutique : ce n'est pas le 0, 5 € par an par rapport aux 9,99 € par mois qui va faire la différence.

Et leur Meta Store est une autre bonne raison de foncer s'il a un intérêt à être utilisé sur iOS.
Patmanak Abonné
Le 05/02/2024 à 17h 24

fred42

Très juste, j'avais oublié ce nouvel abonnement pour l'UE.

Raison de plus pour foncer sur leur propre boutique : ce n'est pas le 0, 5 € par an par rapport aux 9,99 € par mois qui va faire la différence.

Et leur Meta Store est une autre bonne raison de foncer s'il a un intérêt à être utilisé sur iOS.
Il y a également les achats pour faire de la pub chez Meta.

Ce passage de la déclaration de Meta m'a bien fait rire :
et je pense si contraires à l’intention du règlement de l’UE
C'est vrai que eux, avec leur abonnement payant, n'ont pas du tout essayé de se moquer de l'UE, "soit on siphonne tes données soit tu payes très très cher, mis tu as le choix."

Pour les boutiques comme Amazon, il y a aussi une commission de 30% sur les achat in app ?
carbier Abonné
Le 05/02/2024 à 13h 59
"(...) le fabricant de l'iPhone a en outre annoncé que les achats de "boosts", ces outils qui permettent de promouvoir un contenu sur des réseaux sociaux, seraient désormais traités comme des dépenses dans l'application (...)
Or Apple prélève une commission de 30% sur ces dépenses dans les applis. Meta va donc perdre une partie de ses recettes publicitaires sur Facebook et Instagram. "Apple continue de faire évoluer ses règlements pour faire croître ses propres activités tout en sapant les autres acteurs de l'économie numérique", a réagi un porte-parole de Meta mercredi. "Apple avait dit dans le passé qu'ils ne prendraient pas de parts de revenus publicitaires aux éditeurs d'applications, mais apparemment ils ont changé d'avis".

Source (26/10/2022)
Modifié le 05/02/2024 à 14h00
fred42 Abonné
Le 05/02/2024 à 17h 33

carbier

"(...) le fabricant de l'iPhone a en outre annoncé que les achats de "boosts", ces outils qui permettent de promouvoir un contenu sur des réseaux sociaux, seraient désormais traités comme des dépenses dans l'application (...)
Or Apple prélève une commission de 30% sur ces dépenses dans les applis. Meta va donc perdre une partie de ses recettes publicitaires sur Facebook et Instagram. "Apple continue de faire évoluer ses règlements pour faire croître ses propres activités tout en sapant les autres acteurs de l'économie numérique", a réagi un porte-parole de Meta mercredi. "Apple avait dit dans le passé qu'ils ne prendraient pas de parts de revenus publicitaires aux éditeurs d'applications, mais apparemment ils ont changé d'avis".

Source (26/10/2022)
Une raison de plus pour que dans l'UE, META utilise sa propre boutique : dans ce cas, Apple ne prélève rien comme on peut le voir dans leur simulateur.
FrancoisA Abonné
Le 05/02/2024 à 18h 51
Le danger n'est pas là.
Si Apple minimise son chiffre d'affaires en Europe sur les applis, ils menacent en fait implicitement d'interdire l'App Store d'Apple aux iPhones.
Ce qui revient à dire qu'ils ne vendraient plus d'iPhone en Europe.
fred42 Abonné
Le 05/02/2024 à 19h 02
Je ne comprends pas le raisonnement qui te fait arriver à ça.

Ce n'est pas parce que le chiffre d'affaire dans l'UE de l'App Store est assez faible que c'est aussi le cas pour les iPhones.

Si on regarde la répartition du chiffre d'affaire d'Apple par zone géographique, on voit que l'Europe (ce qui fait plus que l'UE avec la GB) est en deuxième place pratiquement tout le temps (ou à quasi égalité avec la Chine) et représente plus de 20 % du CA mondial. Ça m'étonnerait qu'ils se passent de ce CA.
fofo9012 Abonné
Le 06/02/2024 à 08h 56
> ils menacent en fait implicitement d'interdire l'App Store d'Apple aux iPhones

Je ne vois pas bien ni pourquoi, ni comment ils feraient ça : le DMA oblige exactement l'inverse !

Le coup de "pression" d'Apple pourrait être de ne plus vendre d'iphone en Europe (sauf que le CA avec des téléphones à 1000€ à changer tous les 2ans et pas du tout le même que celui de l'appstore)