Logo Comcybergend

Guéguerre des polices dans le cyber (OFAC et ComCyberMi)

CyberCom'

Avatar de l'auteur
Jean-Marc Manach

Publié dans

Sécurité

29/11/2023
10

Logo Comcybergend

Un poste de Commandement du Ministère de l'Intérieur dans le cyberespace vient d'être créé. Le ministère prend la main sur le service qui sera dirigé par un gendarme.

Un décret paru ce 23 novembre annonce la création à compter du 1er décembre 2023 d'un service à compétence nationale au sein du ministère de l'Intérieur et de l'outre-mer dénommé commandement du ministère de l'Intérieur dans le cyberespace (ComCyberMi), rapporte Le Monde Informatique.

Le ComCyberGend va laisser place au ComCyberMi

Notre confrère précise que le commandement de la gendarmerie dans le cyberespace (ComCyberGend), dont la création remonte à 2021, est par ailleurs censé « devenir » ComCyberMi en 2024 selon un récent avis de l'Assemblée nationale. « Ce commandement exerce ses missions pour le compte du ministre de l'Intérieur, en associant l'ensemble de ses services et en liaison étroite et constante avec les services du Premier ministre, du ministre de l'Économie et des Finances, du ministre des Affaires Étrangères, du ministre de la Justice et du ministre des Armées », peut-on lire dans le décret. 

De plus, et bien que rattaché au ministère de l'Intérieur, le ComCyberMi « sera en fait dirigé par un officier général de la gendarmerie nationale », dont la nomination sera annoncée par décret présidentiel, souligne Le Monde Informatique. 

Une situation « qui montre à quel point l'État essaye tant bien que mal de ménager la chèvre et le chou en créant un service à compétence nationale (et non territorial) rattaché au ministère de l'Intérieur mais, en même temps, dirigé par un gendarme et dont une de ses composantes clés sera le ComCyberGend ».

Les missions du ComCyberMi comprennent notamment le fait d'élaborer la stratégie ministérielle de lutte contre la cybercriminalité, d'animer, coordonner et suivre sa mise en œuvre, et de produire un rapport annuel d'état de la cybermenace du ministère de l'Intérieur. 

Mais également d'élaborer, actualiser et diffuser des contenus de formation destinés aux services de la gendarmerie et de la police nationales en matière de prévention et de lutte contre la cybercriminalité, et de coordonner et d'assurer le suivi des actions de sensibilisations et de prévention des services du ministère de l'Intérieur à destination des collectivités et des entreprises. 

L’OCLCTIC devient l’OFAC

Ce même 23 novembre, un autre décret crée à compter du 1ᵉʳ décembre un Office anti-cybercriminalité (OFAC), rattaché au directeur national de la police judiciaire et qui se substitue à la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité et à l'office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC). 

« Son rôle ? Renforcer la coordination opérationnelle des services de lutte contre la cybercriminalité », sans que l'on comprenne bien les dessous et ressorts de cette nouvelle répartition du volet cyber des missions confiées à la gendarmerie et à la police.

Il appartient désormais à la « communauté cyber » du ministère de l’Intérieur de mettre en application ces deux décrets « avec pour seule ambition de porter le ministère au niveau qui devrait être le sien depuis près de vingt ans », souligne InCyber, qui revient en détail sur leurs missions respectives, et pour qui « depuis la loi de programmation de 2023 (LOPMI), il semble que les enjeux soient désormais pris en compte ».

10

Écrit par Jean-Marc Manach

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Le ComCyberGend va laisser place au ComCyberMi

L’OCLCTIC devient l’OFAC

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (10)


inextenza Abonné
Le 29/11/2023 à 10h 06
Le premier paragraphe me fait poser la question de l'organisation des différents acteurs: est-ce que ComCyberMi va chapeauter tous les autres ComCyber? Car il y a aussi un ComCyber au Ministère des Armées par exemple, et le MinArm est cité comme partie prenante du ComCyberMi...
manhack Abonné
Le 29/11/2023 à 10h 37
Je ne vois pas pourquoi un organisme du ministère de l'Intérieur pourrait "chapeauter" un organisme du ministère des Armées... la gendarmerie nationale étant par ailleurs sous la tutelle du ministère de l'Intérieur, et placée sous l'autorité du ministère des Armées pour la seule exécution de ses missions militaires : https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/notre-institution
inextenza Abonné
Le 29/11/2023 à 15h 34

manhack

Je ne vois pas pourquoi un organisme du ministère de l'Intérieur pourrait "chapeauter" un organisme du ministère des Armées... la gendarmerie nationale étant par ailleurs sous la tutelle du ministère de l'Intérieur, et placée sous l'autorité du ministère des Armées pour la seule exécution de ses missions militaires : https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/notre-institution
J'ai lu trop vite :) j'ai loupé le "en liaison avec" donc, comprendre, en coopération!
gouge_re Abonné
Le 29/11/2023 à 10h 29
Toutes ces administrations, tous ces acronymes qui se confondent... Compliqué d'y comprendre qui fait quoi là-dedans...
Le 29/11/2023 à 10h 48
Ils brassent du vent ... pour certains 😇
Le 29/11/2023 à 10h 33
Lorsqu'ils m'avaient invité à discuter avec eux quelques heures... ils se nommaient déjà "la brigade des aliens", tellement OCLCTIC c'était dur à retenir ^^
La rondache va prendre de la valeur... :)
Le 29/11/2023 à 13h 33
Pas encore lu l'article, mais du coup, ils ont choisit Arial ou Tahoma ?

(ok je sors)
Dark_SK Abonné
Le 29/11/2023 à 14h 11
Comic sans MS :)
Le 29/11/2023 à 14h 42
Cascadia a mis à terre l'Arial
gg40 Abonné
Le 29/11/2023 à 15h 27
Je ne sais pas pourquoi mais leur logo (moche) me fait penser à un groupe de hacker Ukrainien... Les couleurs certainement.