Publié dans Internet

5

La police israélienne n’a pas utilisé le logiciel espion Pegasus sans autorisation

La police israélienne n'a pas utilisé le logiciel espion Pegasus sans autorisation

L’équipe chargée d’enquêter sur les allégations visant l'utilisation du logiciel espion Pegasus par la police israélienne a annoncé lundi qu’elle n’avait trouvé « aucune indication » qu'elle ait mis des appareils sur écoute sans recevoir l’approbation du tribunal, rapporte The Jerusalem Post.

Elle a cependant constaté que la police « avait bien collecté des données qu'elle n'était pas légalement autorisée à collecter », mais également qu' « elle ne les avait pas utilisées ».

L'équipe a aussi trouvé quelques cas dans lesquels l'ordonnance du tribunal rendue ne correspondait pas à l'opération d'écoute téléphonique effectuée par la police à l'aide du logiciel Pegasus, « mais dans ces cas, l'infection a échoué et aucune donnée n'a été collectée », précise The Jerusalem Post.

En février, le quotidien économique israélien Calcalist avait en effet accusé la police israélienne d'avoir utilisé le logiciel espion du groupe NSO contre des politiciens, des responsables gouvernementaux, des militants et des journalistes sans ordonnance du tribunal et en violation directe de la loi.

« Il a été constaté qu'il n'y avait aucune indication que les allégations selon lesquelles des téléphones auraient été mis sur écoute sans mandat étaient vraies », précise le rapport, d'après The Times of Israel. À l'exception de quatre cas, la police israélienne « a agi avec l'autorité légitime » :

« Dans ces quatre cas, note le rapport, la police a tenté en vain de pirater un téléphone, mais n'a reçu aucune information sur cette tentative. Dans deux de ces cas, la police avait un mandat pour pirater et enregistrer secrètement des appels téléphoniques, mais pas pour pirater des communications numériques ; dans un troisième, l'opération a été effectuée peu de temps après l'expiration du mandat ; et dans le quatrième cas, la police a cru qu'elle avait un mandat et a découvert plus tard que ce n'était pas le cas. »

L'équipe a travaillé avec l'aide d'experts technologiques du Shin Bet et du Mossad pour mener une inspection approfondie des systèmes appartenant à la police israélienne. 

Les enquêteurs ont également appelé à l'adoption d'une législation qui réglementerait l'utilisation des écoutes téléphoniques à l'ère numérique, en tenant compte des caractéristiques uniques de la violation de la vie privée avec les systèmes modernes.

Calcalist, de son côté, maintient que « la police a outrepassé ses pouvoirs », et déplore qu' « on nous demande de croire que la police a tout fait "de bonne foi" [et] qu'un mur de fer a été érigé entre l'unité SIGINT de la police israélienne et les enquêteurs ». 

En cause, le fait que « Siphon », la version « bridée » de Pegasus destinée à la police israélienne, aurait été mal paramétré et/ou utilisé, lui permettant d'accéder à des données et fonctionnalités qui auraient dû lui être refusées.

5

Tiens, en parlant de ça :

ADRAS-J : un autre « camion poubelle » de l’espace d’Astrocale en orbite

Explorons la décharge orbitale !

17:32 Science 2
répéteur wifi 7 free

Dans les entrailles du répéteur Wi-Fi 7 de Free

C’est comme une Freebox Ultra, en castrée

16:10 HardWeb 7
Conteneurs

Conteneurs, machines virtuelles : quelle différence ?

Mise en boîte

11:59 Soft 12
5

Commentaires (5)


jamesnoone Abonné
Le 03/08/2022 à 09h 11

Dans ces quatre cas, note le rapport, la police a tenté en vain de pirater un téléphone, mais n’a reçu aucune information sur cette tentative.




J’ai tenté de voler mon voisin mais j’ai pas réussi donc je suis pas poursuivi ?


Le 03/08/2022 à 09h 58

La police israélienne n’a pas utilisé le logiciel espion Pegasus sans autorisation




La NSA n’a pas mis en place PRISM sans autorisation.
La police chinoise n’a pas tué des opposants au régime sans autorisation.
Les militaires russes n’ont pas envahi l’Ukraine sans autorisation.
Pendant le confinement, je n’ai pas promené mon chien sans d’abord remplir une autorisation.



L’important c’est d’avoir une autorisation.


fred42 Abonné
Le 03/08/2022 à 10h 22

Tu plaisantes sur l’autorisation, mais c’est important. Il s’agit ici d’autorisation par la justice qui contrôle ainsi ce que fait le pouvoir exécutif.



En plus, ce titre est faux.



Ils ont bien utilisé le logiciel 4 fois soit en dépassant les autorisations (tentative d’enregistrement des communications numériques : 2 fois, dépassement de la date du mandat : 1 fois) et une fois sans autorisation en pensant en avoir une.



Ces 4 fois, ils n’ont pas utilisé les données, mais ils ont bien violé la loi.


Le 03/08/2022 à 13h 34

“L’équipe”



On parle de qui exactement et quel est le niveau d’indépendance? Si c’est comme l’IGPN ….


Le 03/08/2022 à 16h 16

J’adore ceci : “et dans le quatrième cas, la police a cru qu’elle avait un mandat et a découvert plus tard que ce n’était pas le cas. »”
Là, ça sent trop le foutage de gueule.