Spotify abandonnera totalement le modèle P2P dans les mois qui viennent

Spotify abandonnera totalement le modèle P2P dans les mois qui viennent

Une offre familiale en préparation

Avatar de l'auteur
Vincent Hermann

Publié dans

Internet

17/04/2014
53

Spotify abandonnera totalement le modèle P2P dans les mois qui viennent

De la même manière que Skype est dans une période de transition visant à abandonner son architecture P2P pour des échanges plus classiques de type client/serveur, Spotify va lui aussi laisser de côté les échanges de pair à pair. Une bascule qui devrait permettre à terme selon l’entreprise de proposer des formules de type familiales.

spotify web

Un développement de l'entreprise basé essentiellement sur le P2P 

Spotify est depuis plusieurs années maintenant l’un des ténors du streaming musical. Grand concurrent de Deezer et d’autres services tels que Rdio, il dispose d’un catalogue avoisinant les 30 millions de titres et propose, comme pratiquement tous les autres, une formule gratuite et deux payantes. La première, à 5 euros par mois, permet d’écouter de la musique en illimité sur son ordinateur, sans publicité. La seconde, à 10 euros par mois, ajoute l’utilisation mobile (iOS, Android et Windows Phone) et la possibilité de synchroniser les listes de lecture en mode local.

 

Alors que presque toutes les applications ont reçu récemment une importante mise à jour rénovant largement l’interface et l’ergonomie, en ajoutant notamment une gestion classique des collections musicales, Spotify continue ses travaux et annonce d’importants changements à venir dans son infrastructure. Il faut savoir en effet que le service s’est très largement appuyé sur les échanges P2P jusqu’à récemment, mais que les envois de données se font pour la plupart depuis des fermes de serveurs aujourd’hui.

L'une des plus grosses plateformes d'échanges pair à pair 

Comme le précise TorrentFreak, qui rapporte l’information, le P2P a permis à Spotify de s’étendre très rapidement et à moindres frais, le nombre de pays concernés atteignant étant désormais de 61. Le site rappelle également que Spotify a été pendant des années l’une des plus grosses plateformes d’échanges P2P. Quand un utilisateur demandait un titre, ce dernier pouvait provenir de trois emplacements différents : le cache sur l’ordinateur dans le cas où le fichier avait déjà été lu, l’un des serveurs de Spotify, ou d’un ou plusieurs autres utilisateurs via le P2P. Sachez d’ailleurs que pour concevoir cette architecture, Spotify avait engagé Ludvig Strigeus, principal auteur du client uTorrent, comme l’un de ses principaux ingénieurs.

 

En 2011, le trafic provenant des sources P2P représentant la bagatelle de 80 % de tous les échanges faits sur Spotify. Mais ce qui pouvait être crucial pour une jeune entreprise l’est nettement moins aujourd’hui et de nouvelles problématiques sont apparues. Elles rejoignent en fait un long billet explicatif qui avait été posté par Skype l’année dernière et expliquant pourquoi le P2P n’était pas réellement une solution pouvant répondre universellement à tous les besoins.

Une infrastructure classique client/serveur et une offre familiale 

En ligne de mire, l’utilisation sur les mobiles. Les échanges P2P massifs ne se prêtent pas à ces appareils sur lesquels ils consomment davantage de ressources, le processeur effectuant davantage de calculs. En outre, le P2P permettait de maintenir une latence faible, un critère essentiel pour rendre le service agréable à utiliser. Là encore, la multiplication des serveurs a permis de prendre le relais au fur et à mesure sans que cela impacte l’attente sur une action.

 

L’information de cette importante transition a été confirmée par une porte-parole de Spotify, Alison Bonny : « Nous supprimons progressivement l’utilisation de la technologie P2P qui a aidé nos utilisateurs à profiter de leur musique facilement et rapidement ». Plus précisément, le P2P sera totalement supprimé au cours des prochains mois, l’envoi de musique se faisant depuis des centres classiques de données.

 

Pour les utilisateurs, la bascule devrait être transparente. Il y aura d’ailleurs une conséquence positive car le cache de Spotify deviendra moins important sur la durée, n’étant plus utiles comme sources de données pour les autres utilisateurs. Cela permettra également à la société de proposer prochainement des offres familiales, à la manière de ce pratique déjà Rdio : une formule à 17,99 euros par mois pour deux personnes, chaque personne supplémentaire (dans une limite totale de cinq) n’ajoutant que 5 euros de plus par mois, contre 10 normalement. On imagine que l’offre de Spotify devrait être du même acabit.

53

Écrit par Vincent Hermann

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Un développement de l'entreprise basé essentiellement sur le P2P 

L'une des plus grosses plateformes d'échanges pair à pair 

Une infrastructure classique client/serveur et une offre familiale 

Commentaires (53)


Le 17/04/2014 à 15h 22

Je trouve ça dommage, ils auraient dû garder le P2P pour les fixes et augmenter un peu leurs serveurs et BP pour les mobiles.

Surtout que la majorité des utilisateurs ne savent pas comment ça marche derrière <img data-src=" />


Le 17/04/2014 à 15h 24

En quoi l’utilisation du P2P empêchais les offres familiales ?


Le 17/04/2014 à 15h 30



La première, à 5 euros par mois, permet d’écouter de la musique en illimité sur son ordinateur, sans publicité. La seconde, à 10 euros par mois, ajoute l’utilisation mobile (iOS, Android et Windows Phone) et la possibilité de synchroniser les listes de lecture en mode local.





Petite erreur, spotify propose maintenant seulement une offre a 10€ malheureusement, plus d’offre only PC.

en revenant a la news, je trouve ça dommage, ça fait des économie de peering. Peut être faire du client/serveur pour mobile et laisser en P2P.



Le 17/04/2014 à 15h 32

Je ne comprend pas ces choix. Moins de problème de peering, de latence, de ressource serveur…


Arona Abonné
Le 17/04/2014 à 15h 40







knos a écrit :



Je ne comprend pas ces choix. Moins de problème de peering, de latence, de ressource serveur…





Problème de lobby des sociétés de peering?



Le 17/04/2014 à 15h 47

Le P2P est le seul moyen de réduire les couts de réseau : quand les transferts se font entre utilisateurs d’un même réseau alors le cout est virtuellement 0.



A mon avis c’est plutôt une question de contrôle de la distribution et avoir de meilleur stats.

Quand les transferts se font en P2P, ils n’ont plus le contrôles total de ces transferts.



Il y a aussi une question de ressource Dev, puisqu’ils ont 2 code réseau a maintenir (i.e modifier tout le temps pour éviter le reverse engineering).

La ils ont plus qu’un seul code a maintenir.


Le 17/04/2014 à 15h 48







Janus24 a écrit :



En quoi l’utilisation du P2P empêchais les offres familiales ?







C’est pas le simple fait que l’upload obligatoire et simultané sur plusieurs machines de la maison serait impossible sans dégrader toute l’expérience? voir impossible tout court, dégradant du coup le service (“ratio” très faible pour ces utilisateurs).



Après c’est vrai que l’audio ça consomme pas non plus des masses, mais bon. Je vois pas d’autre explication <img data-src=" />



Le 17/04/2014 à 15h 52







Sarah Greene a écrit :



De toute évidence, tu n’as pas lu le troisième paragraphe!







euh .. justement si et ceux avant/après aussi car je ne comprends rien à votre commentaire .. mais comme à aucun moment vous ne citez ce qui vous choque dans ce “troisième” paragraphe (je cherche encore, perso..), vous partez en live sur du vide, là … <img data-src=" /> ça semble contagieux en ce moment









Sarah Greene a écrit :



Le truc c’est que je dois sortir ce soir, et je ne sais pas quoi me mettre! Je veux dire, j’ai l’impression d’avoir fait le tour de ma garde-robe et d’avoir essayé toutes les combinaisons possibles, tu vois ce que je veux dire? Et je suis à sec ce mois-ci: pas possible de faire une séance shopping avec mes coupineuhs!









hum .. okay .. bonne soirée … (recule, sort de la pièce, ferme la porte de la cellule matelassée à double tour, jette la clé dans le caniveau)



Le 17/04/2014 à 16h 15

C’est du tout bon tout ça ! Moins de stockage utilisé par l’application vu que le cache se réduira, peut être même encore une meilleure réactivité. Vivement l’arrivé des offres familles !


dada55 Abonné
Le 17/04/2014 à 16h 20







Tim-timmy a écrit :



<img data-src=" /> c’est n’importe quoi les commentaires depuis quelques jours ou c’est moi ? NextI s’est mis à distribuer des trucs bizarres à ses lecteurs ? :p







<img data-src=" />



Le 17/04/2014 à 16h 51







Sarah Greene a écrit :



Désolé mais, je ne suis pas pharmacien!







Et tu n’es pas Bernard Minet non plus <img data-src=" />



Le 17/04/2014 à 16h 54

Spotify est limité à un PC ? Si j’ai 2 PC je ne peux pas écouter de la musique sur les 2 en même temps ?


Le 17/04/2014 à 17h 20

Le passage du P2P au modèle centralisé est plus probablement dû à des raisons de licences qu’à des raisons techniques, autrement ils auraient tout simplement laissé le mode P2P comme mode secondaire. Leur insistance à vouloir retirer le mode P2P entièrement montre que ça leur porte préjudice.



Ma petite intuition me dit que spotify est sensé payer ses royalties dans le pays où est basé le serveur qui émet les données. (le point de diffusion)

Dans le cas de transferts P2P, on a des milliers de points de diffusions dont la plupart se trouvent dans des pays où les royalties coûtent cher (usa, france, etc…), et donc une grosse partie des revenus partent en royalties aux 4 coins du monde.



Dans le cas de transferts centralisés, l’intégralité des données sont émises là où se trouve le serveur central : Spotify n’a qu’à implanter son serveur dans un paradis fiscal à royalties très faible, (regardez où s’est implanté l’iTunes store d’Apple) et c’est le jackpot.


Le 17/04/2014 à 17h 24







BlackSharkfr a écrit :



Le passage du P2P au modèle centralisé est plus probablement dû à des raisons de licences qu’à des raisons techniques, autrement ils auraient tout simplement laissé le mode P2P comme mode secondaire. Leur insistance à vouloir retirer le mode P2P entièrement montre que ça leur porte préjudice.



Ma petite intuition me dit que spotify est sensé payer ses royalties dans le pays où est basé le serveur qui émet les données. (le point de diffusion)

Dans le cas de transferts P2P, on a des milliers de points de diffusions dont la plupart se trouvent dans des pays où les royalties coûtent cher (usa, france, etc…), et donc une grosse partie des revenus partent en royalties aux 4 coins du monde.



Dans le cas de transferts centralisés, l’intégralité des données sont émises là où se trouve le serveur central : Spotify n’a qu’à implanter son serveur dans un paradis fiscal à royalties très faible, (regardez où s’est implanté l’iTunes store d’Apple) et c’est le jackpot.







Je ne suis pas sur que les royalties soit dépendant du pays sources. Sinon tu vas dans un pays qui ce fout du droit d’auteur.



Le 17/04/2014 à 17h 32







BlackSharkfr a écrit :



Le passage du P2P au modèle centralisé est plus probablement dû à des raisons de licences qu’à des raisons techniques, autrement ils auraient tout simplement laissé le mode P2P comme mode secondaire. Leur insistance à vouloir retirer le mode P2P entièrement montre que ça leur porte préjudice.



Ma petite intuition me dit que spotify est sensé payer ses royalties dans le pays où est basé le serveur qui émet les données. (le point de diffusion)

Dans le cas de transferts P2P, on a des milliers de points de diffusions dont la plupart se trouvent dans des pays où les royalties coûtent cher (usa, france, etc…), et donc une grosse partie des revenus partent en royalties aux 4 coins du monde.



Dans le cas de transferts centralisés, l’intégralité des données sont émises là où se trouve le serveur central : Spotify n’a qu’à implanter son serveur dans un paradis fiscal à royalties très faible, (regardez où s’est implanté l’iTunes store d’Apple) et c’est le jackpot.









je pense surtout que c’est logique à partir du moment où ils vendent des abonnements … Dire “‘on vend un service qui s’appuie sur vos ressources pour économiser sur nos coûts”, c’est compliqué à vendre .. Pour un service gratuit en lancement ça va .. après, des clients payants doivent tiquer un peu..



Le 17/04/2014 à 17h 49







Tim-timmy a écrit :



je pense surtout que c’est logique à partir du moment où ils vendent des abonnements … Dire “‘on vend un service qui s’appuie sur vos ressources pour économiser sur nos coûts”, c’est compliqué à vendre .. Pour un service gratuit en lancement ça va .. après, des clients payants doivent tiquer un peu..





Non,

ils ne se sont pas gênés jusqu’à maintenant pour faire payer les gens alors qu’ils utilisaient le P2P à plein pot.



Dans le même communiqué de presse ils associent une nouvelle formule commerciale (c’est pas technique), à la suppression progressive du P2P.

On peut bien sûr en déduire que c’est une histoire d’argent.



Le 17/04/2014 à 17h 53







BlackSharkfr a écrit :



Non,

ils ne se sont pas gênés jusqu’à maintenant pour faire payer les gens alors qu’ils utilisaient le P2P à plein pot.



Dans le même communiqué de presse ils associent une nouvelle formule commerciale (c’est pas technique), à la suppression progressive du P2P.

On peut bien sûr en déduire que c’est une histoire d’argent.







oui, tout comme le fait que les coûts de BP se sont effondrés depuis le lancement du service … si ça leur coûte peut être quelques clients, que ça squatte des ressources aux autres, que ça ne leur fait plus vraiment économiser de sous, et que l’arrêter permet d’une manière ou d’une autre de proposer de nouvelles offres, tout en gardant une même qualité de service … ça commence à en faire des raisons d’arrêter, même si c’est moins “cool” :p



Le 17/04/2014 à 18h 00

D’après ce que j’ai compris, une des raisons pour lequel ils lâchent le P2P c’est que ca leur coute un bras de garder 2 code réseau (direct et p2p), sachant que le code P2P n’est utilise que pour le client desktop et qu’il doivent se taper de le modifier tout les 4 matins pour éviter le rétro-engineering.

Du coup il peuvent recentrer leur service sur le code direct, la version mobile et web.



Je ne serais pas complétement étonné que le client desktop passe a la trappe d’ici quelques mois une fois la transition effectue.


Le 17/04/2014 à 18h 20







Tim-timmy a écrit :



oui, tout comme le fait que les coûts de BP se sont effondrés depuis le lancement du service … si ça leur coûte peut être quelques clients, que ça squatte des ressources aux autres, que ça ne leur fait plus vraiment économiser de sous,





Si, utiliser le P2P fait toujours économiser pas mal d’argent en bande passante et en disponibilité. Mais ce coût est largement dépassé par les royalties à verser aux producteurs de musique. Fais une simple recherche d’actualités sur le bilan financier de Spotify, tu verras qu’ils sont financièrement dans le rouge, et que le coût n°1, c’est les licences.



Le 17/04/2014 à 18h 50







BlackSharkfr a écrit :



Si, utiliser le P2P fait toujours économiser pas mal d’argent en bande passante et en disponibilité. Mais ce coût est largement dépassé par les royalties à verser aux producteurs de musique. Fais une simple recherche d’actualités sur le bilan financier de Spotify, tu verras qu’ils sont financièrement dans le rouge, et que le coût n°1, c’est les licences.







sauf que tu es le seul à penser que le prix change pour cela selon la localisation physique des données … ce qui a franchement peu de sens .. Ils payent au nombre d’écoutes comme les autres, c’est plutôt ce que je pense, avec un accord global par maison de disques ..



Et non, comme le précise kernelcoffee, les coûts de développement, de maintenance, de support, de sécurisation, d’une architecture maison sont probablement assez élevés .. Avoir les deux en parallèle n’est pas très efficace.. donc si ils sont forcés de passer par leurs serveurs pour certaines versions (je vois mal le p2p efficace sur les versions mobiles, par exemple), autant ne garder qu’une des deux..



ArKoS Abonné
Le 17/04/2014 à 19h 01

Perso j’avais abandonné spotify car l’upload bouffait toute ma bande passante.

Et comme ils n’avaient pas de version web à l’époque, je suis parti pour deezer.

Quand ils auront viré le P2P je reviendrais volontier vers eux.


Le 17/04/2014 à 19h 03

Le P2P c’est bien à la maison. Mais dans un bureau, c’est interdit. Sur mobile, ça fait fondre les batteries. Derrière un firewall, ça ne marche pas. Derrière un NAT tu l’as dans l’os.

Vu la croissance du nombre d’utilisateur mobile dans le monde entier, la portion de client qui peut utiliser cette technologie se réduit de plus en plus. Il est donc normal de se poser la question si ça vaut toujours le coup.



Il faut bien voir que dans les nouveaux marchés, les gens ont très peu d’ordinateurs fixes et plus souvent des téléphones. Il est donc nécessaire d’avoir des serveurs dans ces régions pour qu’ils aient une bonne qualité de service. Si tu as déjà des serveurs un peu partout, alors l’importance du P2P est bien moindre.



De plus, du code qui fait du P2P, c’est pas simple. C’est pas évident à interfacer avec le reste. Donc ça simplifiera probablement le code et la robustesse du service. Et le P2P de Spotify fonctionne avec des trackers chez eux (un peu comme Bittorrent). Imaginez un tracker qui supporte 20 millions de fichiers avec plusieurs millions de clients en simultané. A mon avis, ça doit être difficile de le faire supporter la charge avec la croissance de l’entreprise…


Le 17/04/2014 à 20h 56







Tumeconnais a écrit :



Petite erreur, spotify propose maintenant seulement une offre a 10€ malheureusement, plus d’offre only PC.

en revenant a la news, je trouve ça dommage, ça fait des économie de peering. Peut être faire du client/serveur pour mobile et laisser en P2P.





Pourtant quand je clic sur m’abonner j’ai bien une offre à 4.99€ et une autre à 9.99€ <img data-src=" />



Le 17/04/2014 à 21h 24

Tu etait déja abonné au forfait a 4.99?

Moi je n’ai que ça :http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=614586Capture.jpg


Le 17/04/2014 à 21h 34

Mince je peux plus édite :



et sur clubic : (je ne trouve plus la source PCINpact)



L’offre intermédiaire Unlimited à 5 euros/mois disparait



Ce qui n’a pas été dit non plus lors de la conférence, c’est ce que devient l’offre intermédiaire Unlimited à 5 euros/mois. Contacté par nos soins, un porte parole du service nous confirme qu’elle a été purement et simplement supprimée. Pour s’épargner d’intermèdes publicitaires, il ne reste donc plus que l’abonnement Premium à 10 euros/mois, auquel sont également réservés l’audio haute qualité ainsi que la synchronisation hors ligne, quasi indispensable pour faire de Spotify sa source principale de musique.



Source :http://www.clubic.com/telecharger/logiciel-musique-et-streaming/spotify/actualit…


Qruby Abonné
Le 17/04/2014 à 21h 45







Kernelcoffee a écrit :



Le P2P est le seul moyen de réduire les couts de réseau : quand les transferts se font entre utilisateurs d’un même réseau alors le cout est virtuellement 0.



A mon avis c’est plutôt une question de contrôle de la distribution et avoir de meilleur stats.

Quand les transferts se font en P2P, ils n’ont plus le contrôles total de ces transferts.



Il y a aussi une question de ressource Dev, puisqu’ils ont 2 code réseau a maintenir (i.e modifier tout le temps pour éviter le reverse engineering).

La ils ont plus qu’un seul code a maintenir.





C’est clairement la maintenance qui a fait pencher la balance. Les utilisateurs sont majoritairement mobile à présent, du coup maintenir une techno qui allège peu la BP, ça vaut sans doute pas le coup.



Le 18/04/2014 à 01h 12







Orphis a écrit :



Le P2P c’est bien à la maison. Mais dans un bureau, c’est interdit. Sur mobile, ça fait fondre les batteries.





Ok







Orphis a écrit :



derrière un firewall, ça ne marche pas.





Hein ? <img data-src=" />





Orphis a écrit :



Derrière un NAT tu l’as dans l’os.





Hein ? <img data-src=" />







Orphis a écrit :



De plus, du code qui fait du P2P, c’est pas simple.





Hein ? <img data-src=" />





Orphis a écrit :



C’est pas évident à interfacer avec le reste.





L’inverse tu veux dire ?





Orphis a écrit :



Donc ça simplifiera probablement le code et la robustesse du service.





Même pas.





Orphis a écrit :



Et le P2P de Spotify fonctionne avec des trackers chez eux (un peu comme Bittorrent). Imaginez un tracker qui supporte 20 millions de fichiers avec plusieurs millions de clients en simultané.







Hey wait, comme tout les services P2P légaux, illégaux, montés pas des chats, des chiens, et même des harou pour du dogecoin ! ça les empêche pas de tenir &lt;_&lt;



<img data-src=" />




Le 18/04/2014 à 07h 54

La plupart des gens sont derrière un firewall ou dans un réseau NAT. Ce qui fait qu’ils sont juste consommateurs et non émetteurs. Ils n’ajoutent rien à la bande passante disponible globalement.



Ensuite non, du code qui fait du P2P, ce n’est pas simple, surtout quand tu dois être robuste et rapide, sans trop surcharger les connexions. Tu dois aussi coté serveur géolocaliser en permanence les peers pour les faire télécharger sur des seeds à proximité (imagine si toutes tes sources étaient en Asie la latence que tu aurais). J’imagine que comme ça doit aller vite, tu ne peux pas te permettre d’envoyer des listes de seeds énormes (le client n’aurait jamais le temps de se connecter à toutes) et la majorité du code est coté serveur.



Et non, ce n’est pas évident à interfacer avec le reste nécessairement. Si tu as 2 code paths pour télécharger des fichiers, ils doivent être synchronisés et ça complexifie énormément la problématique. Si tu avais déjà fait des applications réseau avancées, tu saurais de quoi je parle.



Et non encore, les services illégaux gèrent plusieurs ordres de magnitudes moins de clients simultanés et d’activité que Spotify. Et si tu regardes TPB, ils sont maintenant sans trackers (pour des raisons de robustesse et de surcharge). Aussi, tu n’as pas des clients qui te téléchargent un fichier toutes les 3 minutes (contre des temps d’announce relativement longs sur les trackers normaux). Tu as beaucoup plus de fichiers disponibles et des impératifs de vitesse. Ce n’est vraiment pas le même usage.


Patch Abonné
Le 18/04/2014 à 08h 52







Orphis a écrit :



La plupart des gens sont derrière un firewall ou dans un réseau NAT. Ce qui fait qu’ils sont juste consommateurs et non émetteurs. Ils n’ajoutent rien à la bande passante disponible globalement.



hein? <img data-src=" />



j’ai l’impression que tu ne sais pas vraiment de quoi tu parles…



Le 18/04/2014 à 09h 43

Pour que le P2P fonctionne, il faut que la plupart des gens émettent autant qu’ils consomment. Avec les firewalls et NAT, il y a dissymétrie. Dans ces cas là, les clients se serviront de plus en plus sur les serveurs centraux et l’intérêt du P2P est grandement diminué.



J’ai l’impression que vous avez une vision très idéaliste et complètement naive.


Le 18/04/2014 à 09h 59

J’ai l’impression que c’est aussi un effet de “mode”, maintenant ils partent tous sur du cloud (et on voit ce que ça donne). Jusqu’à la prochaine mode … <img data-src=" /> En attendant, quand le serveur tombera on sait c’est qui le pigeon à la fin


Le 18/04/2014 à 10h 58

Si le serveur tombe, tu connais pas les peers et tu ne peux pas stream non plus…


Le 18/04/2014 à 11h 59







Orphis a écrit :



Si le serveur tombe, tu connais pas les peers et tu ne peux pas stream non plus…







Faux, ya des technos comme les DHT ou permettant de taper dans les peers locaux ;)



C’est pas courant, mais j’ai déjà réussi à récupérer un torrent dont le tracker était down grâce aux DHT.



Le 18/04/2014 à 12h 03

Et tu as déjà vu des DHT ultra rapides ? Si tu dois attendre 2 minutes à chaque fois pour obtenir les peers pour télécharger ton morceau de musique, tu vas vite péter les plombs…

Le nombre de morceau est très élevé, donc une DHT serait compliqué à mettre en place de façon efficace. Plus tu as de fichiers, plus tu devras parcourir de noeuds pour trouver quelqu’un qui a le morceau qui t’intéresse ! Réfléchis donc un peu !


Le 18/04/2014 à 14h 30

Non mais stop la, l’asymétrie des résals, c’est pas a cause d’un NAT ou d’un firewall, c’est du pipeau, c’est à cause de l’asymétrie des connexions, a la base.

Ton NAT, ton firewall, ça se configure, tu le laisse pas comme ça vivre sa vie, sinon, je t’explique pas le trou d’balle que ça te fait niveau sécurité.

Ok le client lambda va pas configurer son firewall ou son NAT, c’est pour ça que upnp existe, et trou d’balle bis niveau sécurité, mais ça passe a travers, ça glisse même tellement y’a de la place pour passer.



Bref.



Pour que le P2P fonctionne, y’a pas grand chose a avoir, sachant que tu peu inclure les DHT dans la liste des seeds se qui te permet d’avoir, si tu as récupéré au moins 1 seed, et que celui ci en a un autre (en plus de toi) etc … au final de récupérer une liste de seeds bien complète, l’intérêt du P2P c’est justement le nombre de personnes qui l’utilisent, plus il y a de monde, indépendamment de leurs capacité d’upload, mieux c’est. Nan, le vrai problème du P2P c’est qu’au niveau FAI, au niveau DNS, et au niveau infra, c’est un service “distribué”. Je te laisse regarder se qui a “distribué” et cherche le pourquoi du comment quand on cherche a protéger un service, on évite de faire du “distribué” quand tout le monde conspue ce mode de partage. <img data-src=" />


Le 18/04/2014 à 18h 54







KissFC a écrit :



Non mais stop la, l’asymétrie des résals, c’est pas a cause d’un NAT ou d’un firewall, c’est du pipeau, c’est à cause de l’asymétrie des connexions, a la base.

Ton NAT, ton firewall, ça se configure, tu le laisse pas comme ça vivre sa vie, sinon, je t’explique pas le trou d’balle que ça te fait niveau sécurité.

Ok le client lambda va pas configurer son firewall ou son NAT, c’est pour ça que upnp existe, et trou d’balle bis niveau sécurité, mais ça passe a travers, ça glisse même tellement y’a de la place pour passer.







99.9% des gens ne connaissent pas le problème ou ne savent pas comment le régler. Dans le cas de NAT, c’est aussi souvent dans les pays émergents du NAT effectué au niveau de l’opérateur. L’UPnP ne servira à rien ! Et Spotify se développe de plus en plus dans ces pays là, la proportion d’utilisateurs capables d’émettre en P2P est d’autant plus réduite. Et c’est sans compter que les utilisateurs dans ces pays là sont pour la plupart mobiles et non pas desktop.







KissFC a écrit :



Pour que le P2P fonctionne, y’a pas grand chose a avoir, sachant que tu peu inclure les DHT dans la liste des seeds se qui te permet d’avoir, si tu as récupéré au moins 1 seed, et que celui ci en a un autre (en plus de toi) etc … au final de récupérer une liste de seeds bien complète, l’intérêt du P2P c’est justement le nombre de personnes qui l’utilisent, plus il y a de monde, indépendamment de leurs capacité d’upload, mieux c’est. Nan, le vrai problème du P2P c’est qu’au niveau FAI, au niveau DNS, et au niveau infra, c’est un service “distribué”. Je te laisse regarder se qui a “distribué” et cherche le pourquoi du comment quand on cherche a protéger un service, on évite de faire du “distribué” quand tout le monde conspue ce mode de partage. <img data-src=" />







La DHT ne servira à rien ! Tu sais combien de temps il faut pour trouver des peers sur BT via DHT pour des fichiers rares ? Tu as le temps d’écouter un autre morceau avant de trouver des peers auxquels tu peux te connecter. Sur BT, tu reçois aussi une grande quantité de peer via DHT, mais la plupart sont des fantômes et ne sont plus accessibles (donc intérêt limité).



Aussi, si tu considères le P2P comme étant un gros cache, tu auras plus souvent des cache miss que des hits en DHT. Chaque super noeud est relativeement limité dans le nombre d’entrées et de fichiers qu’il peut indexer et l’efficacité est très très réduite.

N’oublie pas que la quantité de fichier est très importante et qu’ils sont très fréquemment chargés. BT c’est “télécharge maintenant, regarde plus tard”. Spotify c’est “télécharge maintenant, écoute en même temps” ! Des contraintes bien différentes.



Le 19/04/2014 à 14h 11







Tumeconnais a écrit :



Tu etait déja abonné au forfait a 4.99?

Moi je n’ai que ça :http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=614586Capture.jpg





Non, je suis en gratuit depuis le début et je passe juste par l’interface web

http://hpics.li/e73442e



Patch Abonné
Le 20/04/2014 à 08h 16







Orphis a écrit :



Pour que le P2P fonctionne, il faut que la plupart des gens émettent autant qu’ils consomment. Avec les firewalls et NAT, il y a dissymétrie. Dans ces cas là, les clients se serviront de plus en plus sur les serveurs centraux et l’intérêt du P2P est grandement diminué.



J’ai l’impression que vous avez une vision très idéaliste et complètement naive.



confirmation, tu ne sais pas de quoi tu parles.

franchement, le NAT qui bloque les flux… <img data-src=" /> <img data-src=" /> <img data-src=" /> <img data-src=" />

c’est un NAT (donc une verrue), pas un pare-feu.

et si ton pare-feu est configuré pour laisser passer ton logiciel de P2P, je ne vois pas pquoi il bloquerait les flux d’up de données “utiles” et pas les flux d’up d’autres types de données inhérentes à ton logiciel.



Le 20/04/2014 à 08h 37







Patch a écrit :



confirmation, tu ne sais pas de quoi tu parles.

franchement, le NAT qui bloque les flux… <img data-src=" /> <img data-src=" /> <img data-src=" /> <img data-src=" />

c’est un NAT (donc une verrue), pas un pare-feu.

et si ton pare-feu est configuré pour laisser passer ton logiciel de P2P, je ne vois pas pquoi il bloquerait les flux d’up de données “utiles” et pas les flux d’up d’autres types de données inhérentes à ton logiciel.







Roooh…

Oui, le NAT bloque les flux car il est impossible de se connecter proprement à un serveur derrière un NAT (quand on oublie UPnP et autre redirection de port qui ne sont pour la plupart du temps pas utilisés). Donc ton pauvre client sans NAT qui va vouloir se connecter à l’adresse derrière un NAT, il va bien avoir du mal. Donc ton client derrière le NAT ne peut pas émettre. Donc il n’apporte aucune bande passante au pool de client. C’est ce type de client qui est de plus en plus fréquent et réduit l’intérêt du P2P.



Et les parefeu laissent souvent sortir un peu tout (car mal configurés), mais bloquent uniquement ce qui est white listé. Et c’est souvent fait en amont dans l’équipement réseau, pas uniquement sur chaque poste (dans le cas de parefeu entreprise par exemple).



Patch Abonné
Le 20/04/2014 à 08h 46







Orphis a écrit :



Et les parefeu laissent souvent sortir un peu tout (car mal configurés), mais bloquent uniquement ce qui est white listé.



tu as des pare-feu bizarres chez toi, s’ils laissent tout passer par défaut mais bloquent la whitelist.

partout ailleurs c’est l’inverse par défaut, bloquent tout et laissent passer la whiteliste.

et il est quand même possible de passer sans NAT, puisqu’il y aura toujours au moins un port ouvert. ca passe plus lentement, mais ca passe. de toute facon ca ne rentre toujours pas comme argument valable pour toi (“moins d’up pour toujours autant de down, ce qui tue le P2P”) vu que si ca bloque dans un sens, ca bloque aussi dans l’autre : donc soit tu peux envoyer ET recevoir, soit tu ne peux rien faire, ou lentement, dans les 2 sens.



Le 20/04/2014 à 19h 16

Oups, tapé trop vite. Le parefeu bloquera souvent les connexions entrantes mais laissera les connexions sortantes tranquilles.



Le principe du NAT c’est de pouvoir joindre, pas être joignable. Et non, de dire qu’il y a “toujours un port de joignable” c’est faux. Quand tu as plusieurs centaines ou des milliers de machines derrière la même IP, c’est un peu délicat (carrier grade NAT). Et tu ne peux pas faire de trou dans ces NAT là. Et encore moins dans les modems routeurs non configurés de 99% des gens où l’UPnP est désactivé par défaut.



Et si ça bloque dans un sens, ça bloquera pas dans l’autre sens, sinon ça veut dire que tu n’es pas connecté à un réseau du tout… Il y aura toujours des clients joignables mais une plus grande partie injoignables (mais qui peut en joindre d’autre).


Patch Abonné
Le 21/04/2014 à 07h 56







Orphis a écrit :



Oups, tapé trop vite. Le parefeu bloquera souvent les connexions entrantes mais laissera les connexions sortantes tranquilles.



ca, c’est uniquement le pare-feu de Windows XP.

tous les autres, par défaut, bloquent entrant ET sortant (ce qui est bien plus logique… surtout lorsque l’attaque provient de ton propre PC, via des malwares : c’est ballot lorsque ton PC ne peut être attaqué de l’extérieur mais l’est déjà de l’intérieur et attaque les autres ou fournit plein de petites infos à d’autres personnes).





Orphis a écrit :



Le principe du NAT c’est de pouvoir joindre, pas être joignable.



erreur, le principe du NAT, c’est les 2. d’ailleurs tu donnes toi-même un exemple qui le prouve : quand tu as plusieurs milliers de machines derrière une IP. dans le cas de serveurs (et de sites web) il faut bien qu’ils soient eux-même joignables, sinon ca ne sert à rien d’avoir des serveurs là. à ma connaissance ce ne sont pas les serveurs qui joignent les clients, mais l’inverse.





Orphis a écrit :



Et si ça bloque dans un sens, ça bloquera pas dans l’autre sens, sinon ça veut dire que tu n’es pas connecté à un réseau du tout…



tu es au courant que dans un réseau il y a communication dans les 2 sens? et que donc si tu bloques un sens il n’y a plus de communication possible? d’ailleurs j’ai du mal à voir comment avec un NAT tu peux bloquer un sens et pas l’autre, sachant que ce n’est que de la translation de ports, pas un pare-feu…



sincèrement, étaler autant ce que tu crois savoir (qui est pour le plus gros faux) en pensant détenir la vérité, ca fait peur…



Le 21/04/2014 à 10h 01







Patch a écrit :



ca, c’est uniquement le pare-feu de Windows XP.

tous les autres, par défaut, bloquent entrant ET sortant (ce qui est bien plus logique… surtout lorsque l’attaque provient de ton propre PC, via des malwares : c’est ballot lorsque ton PC ne peut être attaqué de l’extérieur mais l’est déjà de l’intérieur et attaque les autres ou fournit plein de petites infos à d’autres personnes).







Et qu’est ce que les gens utilisent en majorité ? Oui oui, Windows XP.







Patch a écrit :



erreur, le principe du NAT, c’est les 2. d’ailleurs tu donnes toi-même un exemple qui le prouve : quand tu as plusieurs milliers de machines derrière une IP. dans le cas de serveurs (et de sites web) il faut bien qu’ils soient eux-même joignables, sinon ca ne sert à rien d’avoir des serveurs là. à ma connaissance ce ne sont pas les serveurs qui joignent les clients, mais l’inverse.







Ce qui est important, ce de considérer qui ouvre la connexion. Quand tu es derrière du NAT, c’est à toi de l’ouvrir. Tu es donc toujours client (tu ne vas pas ouvrir une connexion pour que tu envoies des données à un autre dans le cas de P2P). Chaque noeud est serveur dans le modèle P2P, donc si tu n’es pas joignable, tu ne peux pas participer pleinement.

Et personne n’a dit de placer les serveurs (de Spotify) derrière un NAT ? Et quand bien même ça se ferait, ce n’est pas un problème car ils contrôlent leur réseau et sont capables de le configurer (alors là le NAT n’est pas nécessairement un problème).







Patch a écrit :



tu es au courant que dans un réseau il y a communication dans les 2 sens? et que donc si tu bloques un sens il n’y a plus de communication possible? d’ailleurs j’ai du mal à voir comment avec un NAT tu peux bloquer un sens et pas l’autre, sachant que ce n’est que de la translation de ports, pas un pare-feu…







Je parle de la connexion. Et elle ne peut s’initier que dans un sens.







Patch a écrit :



sincèrement, étaler autant ce que tu crois savoir (qui est pour le plus gros faux) en pensant détenir la vérité, ca fait peur…





Ce qui me fait peur c’est que tu déformes mes propos pour te donner raison…



Patch Abonné
Le 21/04/2014 à 10h 11







Orphis a écrit :



Et qu’est ce que les gens utilisent en majorité ? Oui oui, Windows XP.





donc pour toi l’intégralité des parefeux = celui de XP parce que la majorité l’utilise?











Orphis a écrit :



Ce qui est important, ce de considérer qui ouvre la connexion. Quand tu es derrière du NAT, c’est à toi de l’ouvrir. Tu es donc toujours client (tu ne vas pas ouvrir une connexion pour que tu envoies des données à un autre dans le cas de P2P). Chaque noeud est serveur dans le modèle P2P, donc si tu n’es pas joignable, tu ne peux pas participer pleinement.

Et personne n’a dit de placer les serveurs (de Spotify) derrière un NAT ? Et quand bien même ça se ferait, ce n’est pas un problème car ils contrôlent leur réseau et sont capables de le configurer (alors là le NAT n’est pas nécessairement un problème).



merci de prouver une nouvelle fois que tu n’as toujours rien compris au NAT.

quand c’est un serveur ou un site qui est NATé, comment tu fais pour y accéder en tant que client, puisque selon toi tu ne peux y accéder, vu que NATé?











Orphis a écrit :



Je parle de la connexion. Et elle ne peut s’initier que dans un sens.



merci de prouver une nouvelle fois que tu n’as toujours rien compris au NAT. (bis)

donc même question : quand c’est un serveur ou un site qui est NATé, comment tu fais pour y accéder en tant que client, puisque selon toi tu ne peux y accéder, vu que NATé?



PS, avant que tu ne répondes : j’ai déjà monté des serveurs de stockage accessibles depuis l’extérieur, derrière un NAT chez moi. j’y accédais très bien depuis l’extérieur. pourtant selon toi c’est impossible puisqu’on ne peut initier la connexion que depuis derrière le NAT. donc, comment ai-je fait pour réussir?







Orphis a écrit :



Ce qui me fait peur c’est que tu déformes mes propos pour te donner raison je fais tout pour me rattraper aux branches…



fixed. si tu ne sais pas t’exprimer, ce n’est pas ma faute, je ne fais que lire ce que tu écris.

le NAT n’est qu’une translation de ports, comme je l’ai déjà dit. pas un firewall…



Le 21/04/2014 à 10h 39







Patch a écrit :



donc pour toi l’intégralité des parefeux = celui de XP parce que la majorité l’utilise?





Justement oui, XP est majoritaire dans les pays en développement.





Patch a écrit :



merci de prouver une nouvelle fois que tu n’as toujours rien compris au NAT.

quand c’est un serveur ou un site qui est NATé, comment tu fais pour y accéder en tant que client, puisque selon toi tu ne peux y accéder, vu que NATé?





Justement, tu n’accèdes pas à des serveurs sur des NAT non configurés pour rediriger certains ports. 99.9% des NAT sont ainsi. Les serveurs commerciaux et autres sites webs sont derrières des reverse proxy, load balancer, gateway ou directement exposés.





Patch a écrit :



merci de prouver une nouvelle fois que tu n’as toujours rien compris au NAT. (bis)

donc même question : quand c’est un serveur ou un site qui est NATé, comment tu fais pour y accéder en tant que client, puisque selon toi tu ne peux y accéder, vu que NATé?





Si tu as un serveur derrière un NAT, tu configures la redirection de port. Ce qui n’est pas toujours fait, donc le serveur est innaccessible. Quand c’est un noeud de P2P, tu ne pourras pas t’y connecter et il n’émettra quasiment jamais.





Patch a écrit :



PS, avant que tu ne répondes : j’ai déjà monté des serveurs de stockage accessibles depuis l’extérieur, derrière un NAT chez moi. j’y accédais très bien depuis l’extérieur. pourtant selon toi c’est impossible puisqu’on ne peut initier la connexion que depuis derrière le NAT. donc, comment ai-je fait pour réussir?





99.9% du temps les NAT ne sont pas configurés ou configurables. Tu fais juste parti des 0.1% qui peuvent le faire et qui croient que la mamie du Cantal saura faire pareil.





Patch a écrit :



fixed. si tu ne sais pas t’exprimer, ce n’est pas ma faute, je ne fais que lire ce que tu écris.

le NAT n’est qu’une translation de ports, comme je l’ai déjà dit. pas un firewall…





La translation de port se fait majoritairement quand les connexions sortent du réseau NATé. Le sens inverse c’est au cas par cas. Ce qui fait que oui, effectivement, le NAT va bloquer les tentatives de connexion à des machines derrière l’IP exposée.



Patch Abonné
Le 21/04/2014 à 10h 44







Orphis a écrit :



[…]



j’abandonne.

tu me fais vraiment penser à ceux qui se croient informaticiens parce qu’ils savent lancer Word et Excel : tellement persuadés de détenir la vérité depuis leurs maigres connaissances qu’on a beau leur expliquer là où ils se plantent, ils préfèrent encore continuer à se planter que d’écouter. pour toi, c’est exactement pareil.



Le 21/04/2014 à 10h 51

Tu prends juste ton cas singulier pour une généralité. Tu mélanges “serveur commercial configurés par des administrateurs” et “simple utilisateur sans connaissance qui veut que ça marche sans rien faire”.

Ici on n’optimise pas pour le poweruser, mais pour l’utilisateur lambda.



Et ce n’est pas parce que c’est possible en théorie que cela fonctionnera dans la majorité des cas de façon automatique.