Les données budgétaires des collectivités locales bientôt en Open Data ?

Les données budgétaires des collectivités locales bientôt en Open Data ?

Encore un coup de Rabault

Avatar de l'auteur

Xavier Berne

Publié dansDroit

03/12/2014
6
Les données budgétaires des collectivités locales bientôt en Open Data ?

Le Parlement devrait se prononcer dans les semaines à venir sur un projet de loi qui obligera l’administration à mettre en ligne, si possible en Open Data, d’importantes informations concernant les dotations budgétaires qui sont versées chaque année par l’État aux collectivités territoriales (communes, départements, etc.). Explications.

À l’occasion de l’examen du projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019, la députée Valérie Rabault a déposé victorieusement un amendement visant à ce que le détail des « attributions individuelles » versées chaque année aux collectivités territoriales soient diffusées en Open Data sur la plateforme « data.gouv.fr ». L’idée est qu’il soit ainsi possible de retrouver, notamment commune par commune, l’ensemble des enveloppes budgétaires allouées par l’État : dotation globale de fonctionnement, dotation au titre des parcs nationaux, etc.

 

En fait, ces informations sont d’ores et déjà entre les mains de Bercy, mais l’institution les conserve pour l’instant à l’abri des regards... « Ces données sont fournies sous la forme d’un cédérom aux rapporteurs de l’Assemblée nationale et du Sénat », a ainsi expliqué Valérie Rabault lors des discussions relatives à son amendement. L’élue socialiste, justement rapporteure générale du projet de loi de finances pour 2015, a surtout fait valoir « qu’il pourrait être intéressant pour l’ensemble des citoyens français et pour l’ensemble des députés et des sénateurs de disposer de ces données sous la forme d’un tableau publiable sur Internet et, partant, accessible à tout le monde. Ces données, qui existent donc, pourraient ainsi bénéficier à tous. »

 

Sur le plan juridique, il est prévu que ces données individuelles soient impérativement « mises à la disposition du public sur Internet sous une forme susceptible d’être exploitée grâce à des logiciels de traitement de base de données ». Cette rédaction s’avère donc assez vague et imprécise (on aurait pu imaginer qu’une mise à disposition gratuite et dans un format ouvert soit explicitement imposée), mais elle pourrait tout de même conduire les pouvoirs publics à s’engager sur la voie de l’Open Data.

Le Sénat muscle le dispositif

Adopté le 15 octobre dernier avec le feu vert du gouvernement, sans débat particulier, cet amendement a ensuite été transmis au Sénat, après que l’Assemblée nationale a voté le projet de loi dans son ensemble. Mais les élus du Palais du Luxembourg ont souhaité compléter le dispositif.

 

data.gouv.fr budget ile de france

 

Un amendement rédigé par le rapporteur général Albéric de Montgolfier (UMP) a en effet été adopté, afin que les données mises en ligne comportent, en plus des attributions perçues par chaque collectivité, les « prélèvements » dont elles feraient l’objet, au titre par exemple des sommes que les communes, départements ou régions « riches » peuvent avoir à verser à d’autres collectivités moins bien dotées budgétairement.

 

Il a également été précisé que l’administration devra présenter « de façon distincte chaque dispositif compris dans ce périmètre », ce qui signifie qu’il ne sera pas possible d’agréger les données.

Un texte en dernière ligne droite

Voté par le Sénat le 6 novembre, le projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019 fait actuellement l’objet d’une commission mixte paritaire (composée de sept députés et sept sénateurs), afin d’arriver à un compromis entre les deux assemblées. Il serait toutefois extrêmement surprenant que les parlementaires reviennent sur ces dispositions qui semblent avoir fait l’objet d’un grand consensus.

 

Si le texte était voté en l’état, il entrerait en vigueur à partir de l’année prochaine, ce qui signifie que l’administration commencerait à dévoiler des données à l’occasion des discussions sur le projet de loi de finances pour 2016. Quant aux informations concernant les années précédentes, rien ne garantit cependant qu’elles seraient mises en ligne.

 

Cette ouverture aurait quoi qu’il en soit le mérite de faire la transparence sur les ressources budgétaires dont bénéficient toutes les collectivités territoriales françaises. À titre d’illustration, les communes, départements, régions et EPCI ont reçu plus de 40 milliards d’euros en 2014, et ce pour la seule dotation globale de fonctionnement !

 

Certaines collectivités publient d’ores et déjà leurs données budgétaires sur data.gouv.fr, mais le tout se révèle clairsemé car seules quelques institutions jouent le jeu, et il faut d’autre part piocher à différents endroits afin de pouvoir faire un comparatif. Avec cette réforme, toutes les données devraient pouvoir être mises en perspective au travers d’un seul et même fichier, dont on devine qu'il intéressera l'association Regards Citoyens – laquelle présente actuellement une « petite partie » des données comptables des communes françaises sur son site « NosFinancesLocales.fr ».

 

nosfinanceslocales
Exemple de réutilisation proposée sur « NosFinancesLocales.fr » à partir de données publiques en Open Data

6
Avatar de l'auteur

Écrit par Xavier Berne

Tiens, en parlant de ça :

Windows en 2024 : beaucoup d’IA, mais pas forcément un « 12 »

Technique contre marketing

17:36 Soft 6
Einstein avec des qubits en arrière plan

Informatique quantique, qubits : avez-vous les bases ?

Q-Doliprane sur demande

16:10 HardScience 6
Notifications iPhone

Surveillance des notifications : un sénateur américain demande la fin du secret

De qui ? Quand ? Comment ?

12:00 DroitSécu 13

Sommaire de l'article

Introduction

Le Sénat muscle le dispositif

Un texte en dernière ligne droite

Windows en 2024 : beaucoup d’IA, mais pas forcément un « 12 »

Soft 6
Einstein avec des qubits en arrière plan

Informatique quantique, qubits : avez-vous les bases ?

HardScience 6
Notifications iPhone

Surveillance des notifications : un sénateur américain demande la fin du secret

DroitSécu 13

En ligne, les promos foireuses restent d’actualité

DroitWeb 16

#LeBrief : modalité des amendes RGPD, cyberattaque agricole, hallucinations d’Amazon Q, 25 ans d’ISS

Logo Twitch

Citant des « coûts prohibitifs », Twitch quitte la Corée du Sud

ÉcoWeb 26
Formation aux cryptomonnaies par Binance à Pôle Emploi

Binance fait son marketing pendant des formations sur la blockchain destinées aux chômeurs

Éco 8
Consommation électrique du CERN

L’empreinte écologique CERN en 2022 : 1 215 GWh, 184 173 teqCO₂, 3 234 Ml…

Science 6
station électrique pour voitures

Voitures électriques : dans la jungle, terrible jungle, des bornes de recharge publiques

Société 73

#LeBrief : intelligence artificielle à tous les étages, fichier biométrique EURODAC

KDE Plasma 6

KDE Plasma 6 a sa première bêta, le tour des nouveautés

Soft 13
Un homme noir regarde la caméra. Sur son visage, des traits blancs suggèrent un traitement algorithmique.

AI Act et reconnaissance faciale : la France interpelée par 45 eurodéputés

DroitSociété 4
Api

La CNIL préconise l’utilisation des API pour le partage de données personnelles entre organismes

SécuSociété 3
Fouet de l’Arcep avec de la fibre

Orange sanctionnée sur la fibre : l’argumentaire de l’opérateur démonté par l’Arcep

DroitWeb 22
Bombes

Israël – Hamas : comment l’IA intensifie les attaques contre Gaza

IA 22

#LeBrief : bande-annonce GTA VI, guerre électronique, Spotify licencie massivement

Poing Dev

Le poing Dev – Round 7

Next 99
Logo de Gaia-X sour la forme d’un arbre, avec la légende : infrastructure de données en forme de réseau

Gaia-X « vit toujours » et « arrive à des étapes très concrètes »

WebSécu 6

Trois consoles portables en quelques semaines

Hard 37
Une tasse estampillée "Keep calm and carry on teaching"

Cyberrésilience : les compromis (provisoires) du trilogue européen

DroitSécu 3

#LeBrief : fuite de tests ADN 23andMe, le milliard pour Android Messages, il y a 30 ans Hubble voyait clair

#Flock a sa propre vision de l’inclusion

Flock 25
Un Sébastien transformé en lapin par Flock pour imiter le Quoi de neuf Docteur des Looney Tunes

Quoi de neuf à la rédac’ #10 : nous contacter et résumé de la semaine

44
Puce AMD Instinct

IA : AMD annonce la disponibilité des accélérateurs Instinct MI300A et MI300X

Hard 0

Un œil symbolisant l'Union européenne, et les dissensions et problèmes afférents

Cloud : 1,2 milliard d’euros pour un Projet important d’intérêt européen commun

Web 0

Sonde OSIRIS-REx de la NASA lors du retour de la capsule des échantillons sur Terre

Échantillons d’OSIRIS-REx : la NASA n’est pas passée loin de la catastrophe…

Science 0

CPU AMD Ryzen avec NPU pour l’IA

Ryzen 8040 : AMD lance de nouveaux CPU mobiles (Zen 4, RDNA 3, NPU)

Hard 0

Commentaires (6)


wanou Abonné
Hier à 14h10

Pas mal du tout.
Il faudrait également demander des comptes ouverts à toutes les organisations publiques ou privées dés lors qu’elles bénéficient d’aides publiques.


coket Abonné
Hier à 14h17

Je ne me ferais jamais à “rapporteure”; d’ailleurs, même mon correcteur orthographique veut me le corriger en “rapporteuse”.

Pour en revenir au fond, c’est une bonne mesure pour une fois. Et ça permettra au citoyen de vérifier que les attributions ne sont pas affectées en fonction de la couleur politique.


juliusc
Hier à 15h36

Mais qui a eu la bonne idee de cliquer sur Montcuq?


yvan Abonné
Hier à 16h30

C’est déjà possible, les comptes des collectivités sont publics mais c’est organisme par organisme.

Là la nouveauté c’est que ce soit centralisé, et donc possiblement comparable de manière automatisée.


wanou Abonné
Hier à 16h42

Oui mais quid des associassions et des entreprises?


yvan Abonné
Hier à 10h36

Ben ce sont des privés donc leur comptes sont disponibles pour leurs CA, patrons etc. selon la forme sociale.

Faut voter Arlette Laguiller si tu veux forcer les privés à rendre leurs comptes publics&nbsp;&nbsp; <img data-src=" />