Rachat de SFR par Numericable : l'Autorité de la concurrence s'autosaisit

Rachat de SFR par Numericable : l’Autorité de la concurrence s’autosaisit

Une hausse de tarif qui ne passe pas bien

Avatar de l'auteur
Sébastien Gavois

Publié dans

Économie

22/01/2015
19

Rachat de SFR par Numericable : l'Autorité de la concurrence s'autosaisit

Alors que l'on pensait que le rachat de SFR par Numericable appartenait désormais au passé, l'Autorité de la concurrence a décidé de se rappeler au bon souvenir du nouveau groupe. Elle a en effet décidé de s'autosaisir afin d'« examiner les conditions dans lesquelles Numericable exécute l'engagement qu'il a pris de céder les activités mobiles d'Outremer Télécom (Only) à La Réunion et à Mayotte ».

Le rachat de SFR par Numericable a été finalisé le 27 novembre dernier, pour la modique somme de 13,366 milliards d'euros. Mais avant d'en arriver là, il avait fallu convaincre l'Autorité de la concurrence qui avait émis des « doutes sérieux d'entraves à la concurrence » et qui avait demandé un « examen approfondi », une procédure qui n'avait rien d'exceptionnel étant donné les enjeux économiques.

Rachat de SFR : un des engagements de Numericable sur la sellette

En octobre dernier, un mois avant la finalisation de la vente de SFR, l'Autorité de la concurrence rendait son verdict avec un « oui », mais « sous conditions ». Le cas de l'outre mer était alors notamment pointé du doigt car entre SRR, filiale de SFR, et Outremer Telecom, filiale d'Altice, ce rapprochement « conférait à Numericable un pouvoir de marché significatif dans le secteur de la téléphonie mobile dans l'Océan Indien (66 % de parts de marché à La Réunion, 90 % à Mayotte) ». Sur ce point précis, Numericable avait pris deux engagements : « céder les activités de téléphonie mobile d'Outremer Telecom (Only) à la Réunion et à Mayotte » et « préserver la viabilité économique, la valeur marchande et la compétitivité de ces activités jusqu'à leur cession ».

Si le premier point suit son cours et que « plusieurs offres de reprises ont été déposées », l'Autorité de la concurrence « s'interroge sur les conditions qui président à cette cession ». Dans un communiqué, elle indique en effet qu'Outremer Telecom avait décidé, en novembre dernier, d'augmenter « le tarif de ses principaux forfaits de téléphonie mobile aussi bien pour les nouvelles souscriptions que pour les abonnements en cours à partir du 1er janvier 2015 ». Par conséquent, cela donne aux « clients concernés un droit de résiliation anticipé de leur abonnement ». Pour rappel, on est dans la même situation que lors de la hausse de la TVA en décembre 2010.

L'Autorité de la concurrence s'autosaisit et montre ses muscles

« Afin d'examiner la compatibilité de cette décision avec les obligations souscrites par Numericable  de préserver la viabilité économique, la valeur marchande et la compétitivité des activités de téléphonie mobile d'Outremer Télécom jusqu'à leur cession, le collège de l'Autorité a décidé de se saisir pour vérifier le respect de cet engagement » indique ainsi l'Autorité. Si cela « ne préjuge en rien des suites qui pourraient être données », elle rappelle que le Code du Commerce lui octroie divers pouvoirs : 

  • Retirer la décision ayant autorisé la réalisation de l'opération, l'entreprise étant tenue de notifier de nouveau l'opération dans un délai d'un mois à compter du retrait de la décision, à moins de revenir à l'état antérieur à la concentration (cf par exemple décision de retrait de l'autorisation de rachat de TPS par Groupe Canal Plus/communiqué du 21 septembre 2011),
  • Enjoindre sous astreinte à l'entreprise d'exécuter les engagements,
  • Prononcer des sanctions pécuniaires qui peuvent aller jusqu'à 5 % du chiffre d'affaires France de l'entreprise.

Il faudra maintenant attendre le verdict de l'Autorité de la concurrence, mais aucun calendrier n'a été précisé.

19

Écrit par Sébastien Gavois

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Rachat de SFR : un des engagements de Numericable sur la sellette

L'Autorité de la concurrence s'autosaisit et montre ses muscles

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (19)


Le 22/01/2015 à 11h 55

Franchement à la Réunion ça a été un gros n’importe quoi… entre autres on avait un deux FAI izi et Only ce dernier fesait également du mobile, ce qui n’était pas le cas d’izi.

Aujourd’hui Only commercialise les offres d’internet d’izi sous la marque izibox mais continue sur le mobile avec ses offres à lui.

Un joyeux bordel en somme, je sais même pas ce que sont devenus les clients only box…


Le 22/01/2015 à 12h 13

MDR il préfère couler le bateau plutôt que de le laisser. J’espère que sanction il y aura. C’est trop facile sinon.


En gros Numéricable a décidé de pourrir Outremer Telecom avant de les revendre histoire que d’ici là une part suffisamment conséquente soit passée dans une société sœur. ^^


Le 22/01/2015 à 12h 34

Ils auraient quand meme pu payer 4 millions de plus…


linkin623 Abonné
Le 22/01/2015 à 12h 38

C’est sacrément tordu comme raisonnement, car ils pouvaient vendre Outremer télécom bien plus cher avec les clients, et ainsi commencer à éponger la dette.



Au lieu de ça, ils sabordent l’entreprise en espérant récupérer les clients ailleurs. L’autorité a raison de se saisir.


Le 22/01/2015 à 12h 38

Pourquoi?


Le 22/01/2015 à 12h 59

si tu n’as pas 15 Milliards d’emprunts à 50 ans, on a râté sa vie ?!



En tous cas, faire fi des prestations externes du jour au lendemain et demander des rabais même au constructeur faut être sacrément gonflé !


Le 22/01/2015 à 12h 59

Après on a surtout l’impression que Numéricâble essaye par tout les moyens a éviter d’avoir à faire ce que lui a demandé l’autorité de concurrence pour valider le rachat.



Il font exactement le même chose dans le cadre du déploiement de la fibre optique là ou Numéricâble est déjà implanté alors qu’avant le rachat il avait signé des accords pour le déploiement.


Le 22/01/2015 à 13h 05

Ca peut sembler illogique de prime abord, mais en fait c’est bien calculé : Numericable = SFR Réunion + OM = 66%, si on fait fuir tous les clients de OM, on peut espérer 50% pour SFR Réunion, et le reste pour les concurrents hors OM qui ne représente plus rien, au lieu de se contenter de 33% avec un vrai OM conccurent


Bah ils ont dû faire leurs calculs, comme numéricable est gigantesque (66% et 90%), même s’ils perdent du marché à saborder leur propre boite ils doivent se dire qu’ils auront moins de mal à récupérer le chaland passé à la petite concurrence qu’à devoir lutter avec un concurrent qui aurait racheté un Outremer Telecom en pleine santé.



En fait ils répartissent leurs clients perdus entre différents concurrents, c’est malin puisqu’ils empêche la formation d’un unique concurrent plus gros.



Reste que c’est pas très sain comme action.


Le 22/01/2015 à 15h 04

Vous n’avez pas compris:

Drahi veut faire la promotion du sans-engagement, et que l’arrivée de freemobile et ses bas prix suscite l’allégresse chez les ultra-marins; Il est déjà attendu comme le pro-fête Momoramède.

C’est pour essayer de se réconcilier avec Niel, qu’il avait maladroitement insulté <img data-src=" /> #loveisintheair


Le 22/01/2015 à 15h 20

D’un côté je vois pas le soucis d’augmenter le tarif au 1er janvier quoi… c’est un classique…



Justement j’aurai tendance à dire qu’assurer un ARPU correcte reste plus proche d’une attitude responsable que de rien faire en attendant la vente.


Le 22/01/2015 à 16h 17

Télécoms : Passer de 4 à 3 opérateurs en 2015 ? Possible selon Orange


Le 22/01/2015 à 17h 23

Et rien a propos de l’arrêt de la fibre FTTH par SFR au profit du FTTLA de numericable ?


Le 22/01/2015 à 21h 44







Oxynux a écrit :



Et rien a propos de l’arrêt de la fibre FTTH par SFR au profit du FTTLA de numericable ?





et pourquoi l’autorité de la concurrence devrait dire quelque chose là dessus? <img data-src=" />



Le 22/01/2015 à 22h 57

Et là, comme ils ont pourri OM, l’autorité de la concurrence leur impose finalement de vendre l’autre, ce serait beau <img data-src=" />


Le 23/01/2015 à 08h 39

On constate hélas une fois de plus que la “finance pure” se fout complètement de l’entreprise. Le but est de faire un max de pognon le plus vite possible, quitte éventuellement à tuer l’entreprise, avec les dégâts que cela peut impliquer. Et redémarrer quelquefois en rachetant par le biais de sociétés écrans et autres filiales off-shore a vil prix quelque temps après pour la redémarrer, si on peut encore refaire un bon “essorage”.

Depuis pas mal d’années, le groupe Altice n’a donné qu’un signal clair: Il s’endette, et augmente régulièrement les tarifs au niveau des abonnés… Certains considèreront cela comme positif, d’autres non!


Le 23/01/2015 à 11h 51

Réponse en retard :



Pour que ça fasse 13,37 Milliards :)


Le 23/01/2015 à 13h 49

Dans ce cas il manque 67 million pour que ça face 14 milliard ^^



Je suppose que les arrondis vont surement même jusqu’au centime d’euros. (Et il doit y avoir une raison surement du au prix des actions)