Après son rachat, Qobuz nous présente ses pistes pour se développer en 2016

Après son rachat, Qobuz nous présente ses pistes pour se développer en 2016

Cours de rattrapage

Avatar de l'auteur
Guénaël Pépin

Publié dans

Internet

15/01/2016
9

Après son rachat, Qobuz nous présente ses pistes pour se développer en 2016

Le nouveau propriétaire de Qobuz, Xandrie, a présenté les idées qui doivent aider le service en ligne cette année. Au programme : forfait famille, fonctions sociales et nouvelles applications. La société de Denis Thébaud compte investir 12 millions d'euros dans les prochaines années, en gardant le même cap qu'auparavant.

Qobuz est relancé et prépare de grosses évolutions pour 2016. Après sa reprise fin décembre, le service de streaming et de téléchargement de musique haute-fidélité reprend sa marche. Son nouveau propriétaire, Xandrie, a annoncé hier les nouveautés prévues dans les prochains mois, sur le fond et la forme. Nous avons également pu discuter de la stratégie à venir avec l'entreprise, qui compte rester dans la droite lignée de l'ancienne direction.

Pour rappel, Qobuz est un service qui vise un public « mélomane », avec une forte emphase sur la qualité de son, l'éditorialisation et l'aide au choix de matériel audio. Malgré des dizaines de milliers de clients et un chiffre d'affaires en hausse de 55 % en 2015, l'entreprise a longtemps été en difficulté, faute d'investisseur prêt à donner au service les moyens de ses ambitions, notamment à l'étranger.

Après un an de procédure de sauvegarde et un redressement judiciaire, Xandrie est enfin venue à la rescousse de Qobuz. Pour l'instant, l'entreprise édite Allbrary, un magasin culturel en ligne. « Avec Xandrie, j’ai décidé de devenir le spécialiste de la culture et du divertissement. J’avais déjà repéré Qobuz il y a environ un an. Quand il y a eu l’annonce qu’ils cherchaient un repreneur en octobre, nous nous sommes mobilisés » nous explique son patron, Denis Thébaud. « On avait beaucoup d’a priori, mais on a découvert une équipe formidable, passionnée » poursuit-il. L'activisme des clients et le soutien des majors ont aussi rassuré le repreneur.

Une nouvelle refonte des applications, avec plus de fonctions

L'annonce d'hier était surtout destinée à montrer les idées qui devraient être concrétisées en 2016, même si les détails manquent encore. Le service compte d'abord revoir ses applications, avec le support du Hi-Res (audio 24 bits) sur toutes les plateformes, une nouvelle interface et un nouveau moteur de recherche. La dernière refonte de ces applications date d'à peine un an, avec l'arrivée de nouvelles fonctions entretemps, comme le support du Chromecast en Hi-Res.

Une nouvelle application mobile Qobuz Mag, qui reprendra la partie magazine du service, est aussi prévue... Tout comme le Hi-Res sur Windows Phone. Pour le reste, Qobuz doit se livrer cette année à une grande séance de rattrapage face aux géants du streaming, comme Deezer ou Spotify.

Alertes, forfait familial, recommandations... Des ébauches d'idées

En 2016, le service doit ainsi inaugurer un forfait familial (Qobuz Family), comme tant d'autres en proposent aujourd'hui. Selon Denis Thébaud, il concernera tous les abonnements en streaming, du basique en MP3 à l'offre « Sublime » en 24 bits. Par contre, les prix et la date d'arrivée restent un mystère, tout n'étant pas arrêté. Il doit arriver au second semestre, selon les négociations avec les majors, pour un prix « beaucoup moins cher qu’un abonnement solo ».

Surtout, le service doit ajouter toute une ribambelle de fonctions qui lui font gravement défaut aujourd'hui. Qobuz doit ainsi se doter de meilleurs moyens de recommandation (algorithmes, listes de lecture et webradios) et d'alertes sur des artistes et albums, comme le proposent Deezer ou Spotify. 

De nouvelles fonctions de partage doivent aussi apparaître, comme des communautés d'utilisateurs par affinités, apprend-on. L'API Qobuz doit pour sa part passer à la « v3 » et s'enrichir, à la fois sur les métadonnées et dans ses intégrations dans des matériels et applications tierces.

Toutes ces nouveautés ne sont pourtant pas garanties. Comme nous l'affirme le patron de Xandrie, ce ne sont que des pistes qui étaient déjà dans les tuyaux de Qobuz. L'équipe doit lui présenter un plan détaillé fin janvier lors d'un séminaire. En clair, au-delà de l'annonce, tout reste vraiment à construire, y compris avec les partenaires.

Injecter 12 millions d'euros tout en gardant le cap

Pour répondre à ses ambitions, Daniel Thébaud compte injecter 12 millions d'euros dans Qobuz sur cinq ans. Sept millions d'euros seront consacrés au marketing, notamment à l'étranger, et cinq millions à la technique. Des montants qui correspondent à ce qu'espérait globalement le cofondateur du service, Yves Riesel. « Ça ne veut pas dire que Qobuz n’avait pas de marketing et ne faisait pas de technique, mais qu'elle n'avait pas les moyens de ses ambitions » affirme Denis Thébaud.

Qobuz est déjà présent dans neuf pays européens, même s'il n'en avait pas les moyens, nous expliquait Yves Riesel. Les sept millions d'euros supplémentaires doivent contribuer à la communication et aux partenariats.

Côté technique, l'argent doit permettre au service de « renforcer son système d'information », notamment pour ingérer plus de métadonnées par morceau. L'un de ses objectifs est de passer d'un modèle centré sur l'album à une gestion par piste, qui doit le rendre plus accessible. Cet investissement est aussi censé améliorer la gestion commerciale de l'entreprise. Cette plateforme technique sera d'ailleurs partagée avec Allbrary, nous affirme-t-on.

Pour Xandrie, le but est de respecter les choix de Qobuz. « La rencontre avec les fondateurs (Alexandre Leforestier et Yves Riesel) chez l’administrateur judiciaire. On est tombés assez vite sur la même longueur d’onde. Nous adhérions à la direction artistique et aux choix. Ça a énormément facilité les relations avec Yves Riesel », qui reste en conseil externe pendant la transition, nous affirme Xandrie. 

Deux services de musique dans un même groupe ?

Qobuz est un choix logique pour Xandrie, qui compte multiplier les acquisitions « dans la culture et le divertissement » dans les prochains mois. « Nous cherchons des entreprises qui ont un potentiel de développement, très riches humainement et qui ont besoin de s'adosser à groupe en préservant leur identité » nous affirme son patron.

Reste que la stratégie a mis du temps à se mettre en place. Ainsi, quand le magasin culturel en ligne Allbrary devait se lancer en 2013, il a finalement ouvert début 2015. « On a mis beaucoup de temps à construire les fondations de nos services, qui doivent être très bonnes quand on s'adresse à un marché mondial » défend Xandrie.

Dans ses prochains lancements, l'entreprise devra aussi veiller à la cohérence. Elle compte ainsi lancer un service musical lié à Allbrary au second semestre, qui devra être « différent de Qobuz », sans plus de précisions. « Dans tous les domaines, vous avez une clientèle plus exigeante, c’est sur ce créneau qu’on se positionne » avec Qobuz, se contente-t-elle d'expliquer.

9

Écrit par Guénaël Pépin

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Une nouvelle refonte des applications, avec plus de fonctions

Alertes, forfait familial, recommandations... Des ébauches d'idées

Injecter 12 millions d'euros tout en gardant le cap

Deux services de musique dans un même groupe ?

Commentaires (9)


Le 15/01/2016 à 11h 18

Je viens de découvrir que Qobuz propose des aPI permettant - en théorie - de développer un plugin opensource pour un logiciel :https://github.com/Qobuz/api-documentation



Si c’est vraiment le cas et que la clé est gratuite, il serait donc possible d’ajouter (avec j’imagine gestion distante login + mot de passe pour les abonnés) la possibilité d’une option sur un programme compatible Ubuntu (Gmusicbrowser, Gnome Music, Amarok…) afin d’intégrer Qobuz et son service directement dans celui-ci ?



Ça ne ferait qu’un seul soft pour gérer à la fois le streaming et sa collection locale de MP3. C’est la solution qui me motiverait de quitter Spotify (abo à 4,99 €) pour soutenir Qobuz (même plus cher), sans coût de dév supplémentaire pour eux (je me doute que Linux n’est pas leur priorité, mais ainsi ça pourrait être dispo à la fois sur Ubuntu desktop et mobile), car je ‘naime pas gérer ça dans le navigateur - et Spotify propose un tel logiciel, certes non libre, qui gère aussi les fichiers du PC ; mais je préfère par exemple Gmusicbrowser <img data-src=" />



Reste ensuite à convaincre les dév’ des programmes en question de l’implémenter !


Le 15/01/2016 à 12h 02

S’il y a moyen d’intégrer ça à kodi, ça prend du sens effectivement.



Le soucis, c’est qu’en général les majors ont trop la trouille qu’on utilise ça pour tipiaker, d’où des solutions fermées et pète couilles qui font qu’on tipiake…


Sur Kodi, ça existe déjà. Je m’en sers et c’est très pratique.



J’ai récemment fait une demande de clé mais comme la situation était bancale pour eux ça n’a pas abouti. Le fait, aussi, que mon projet était plus personnel n’a pas du joué en ma faveur. Et je n’ai pas forcé non plus.

&nbsp;

Alors, intégrer leur système à des logiciels touchant un public plus large (type tous les players opensource) les intéresse certainement !!


Le 15/01/2016 à 14h 00

Comme un plugin pour Tomahawk?


Le 15/01/2016 à 14h 33







wolatuky a écrit :



Comme un plugin pour Tomahawk?





Oui, exactement. Après pour le plugin Spotify par exemple, je crois qu’il ne fonctionne qu’avec l’abo payant le plus cher, permettant le offline, et non l’intermédiaire (juste streaming), à confirmer. &nbsp;Mais un plugin de ce genre pour Qobuz, ce serait top !



Le 15/01/2016 à 15h 15

J’aime bien qobuz, mais il faudrait vraiment qu’ils refassent de A à Z leurs applis, même après la refonte ça reste catastrophique.

Il y a pas très longtemps, j’ai voulu passer de spotify à Qobuz niveau abonnement, et ça a été une vrai catastrophe qui m’a fait couper mon abonnement en moins de 24h. Tout leurs titres n’étaient pas disponibles via l’abonnement sur l’app, et pire encore : certains titres étaient dispos sur l’app android mais pas sur celle de windows, ou inversement ! Et j’ai essayé de rajouter aux playlist des titres que j’avais déjà acheté par le passé et qui étaient bien disponibles au téléchargement et pareil, impossible de les trouver pour les écouter en streaming…

L’idée est bonne, mais la programmation est à revoir&nbsp;


Le 17/01/2016 à 22h 20

En fait, ils ont déjà fait ce plugin!


Le 18/01/2016 à 23h 28







wolatuky a écrit :



En fait, ils ont déjà fait ce plugin!





Merci beaucoup pour l’info !



Sur Github, le dernier commit de Qobuz date de 4 ans, mais il est forké depuis tomahawk-resolvers et là, celui de Qobuz a été modifié il y a deux mois.



Par contre, sur le site Web de Tomahawk, dans la liste des services dispos sur abonnement, Qobuz n’apparaît pas - il y a Spotify, Beats, Google Play Music, Rdio, Deezer. Il n’est pas non plus dans la liste proposée directement par le logiciel…



Quelqu’un d’abonné à Qobuz a-t-il testé SVP ce plugin Tomahawk et cela fonctionne-t-il toujours ? Est-ce valable sur l’offre de base Premium à 9,99 € / mois ? Il n’est pas cité non plus sur la page

https://github.com/Qobuz/api-documentation



Après, même sur Ubuntu 16.04, le paquet Tomahawk fourni est très ancien (0.7.0) mais ils fournissent un ppa (0.8.4).&nbsp; À suivre, si ça marche, j’essaie et je vois avec le dév’ de Gmusicbrowser si c’est implémentable sur son soft

<img data-src=" />



Le 19/01/2016 à 23h 21

Il n’est pas cité sur le site, mais sur le github: «Third party-developed resolvers have also been written for services like YouTube, Qobuz and others».



Par contre, il n’y a pas beaucoup de résolveurs qui permettent de lire les playlists et de parcourir les collections (voir le tableau du github des résolveurs).