E-commerce  : les Français dépensent toujours plus, mais le panier moyen baisse

Une moyenne de plus de 2 000 €/s

E-commerce : les Français dépensent toujours plus, mais le panier moyen baisse

E-commerce  : les Français dépensent toujours plus, mais le panier moyen baisse

L'e-commerce se porte bien en France, avec 64,9 milliards d'euros dépensés en 2015. C'est donc une hausse par rapport à 2014, mais avec une baisse du panier moyen qui atteint « le montant le plus bas jamais enregistré ». Dans le même temps, le nombre de cybermarchands ne cesse d'augmenter, sur fond de concentration pour certains.

La FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) vient de publier son bilan 2015 du e-commerce en France. Suite à cela, Martine Pinville, secrétaire d'État chargée du commerce, explique il s'agit d'« un secteur en bonne santé », mais sur lequel tous les indicateurs ne sont pas forcément au vert.

Pour réaliser cette étude, la FEVAD recueille des informations « auprès des principaux sites marchands et sur le montant agrégé des transactions réalisées par les principales sociétés prestataires de paiement pour le compte de plus de 182 000 sites internet ».

Montant total en hausse, mais le panier moyen est en baisse

L'année dernière, le montant total des dépenses a atteint 64,9 milliards d'euros, en hausse de 14,3 %, soit un meilleur score qu'en 2014 où il n'était question « que » de 11 %. Dans le détail par contre, la FEVAD note que le panier moyen annuel est à 78 euros (soit 6 % de moins qu'en 2014), pour atteindre « le montant le plus bas jamais enregistré ». Pour la fédération, cela « confirme la normalisation de l’achat en ligne qui se rapproche ainsi chaque année un peu plus du montant moyen des achats réalisés par les Français sur les autres circuits de commerce ».

Mathématiquement, si le montant total est en hausse alors que le panier moyen est en baisse, cela signifie que les achats sont plus nombreux. En effet, le nombre de transactions a également largement augmenté avec 19 % de plus qu'en 2014, pour atteindre 835 millions.

Sur 2015, les clients ont réalisé 23 achats en moyenne (soit près de deux par mois) pour un total de 1 780 euros. Dans les deux cas, c'est en hausse de respectivement 13 % et 8 % par rapport à 2014. De son côté, Médiamétrie indique que 2,3 millions de personnes ont succombé pour la première fois aux achats sur Internet.

Marketplaces et mobiles en très forte hausse

Un peu plus dans les détails, les marketplaces sont en très nette progression avec 46 % de ventes (en volume) en plus sur un an. Ce segment représenterait environ 3 milliards d'euros en 2016, soit 9 % du marché global. Même chose ou presque sur le mobile avec 39 % de hausse (en volume), pour un total de 6 milliards d'euros (soit environ 20 % du total des ventes).

Pour cette année, la FEVAD s'attend à une progression de 10 %, avec un montant total qui devrait dépasser les 70 milliards d'euros. Elle pense également que le milliard de transactions sur l'année sera atteint.

Entre concentration et créations de sites de cybermarchands historiques

Dans son bilan, elle précise que « le nombre de sites marchands a augmenté de 16% en un an soit près de 25 000 sites supplémentaires sur 12 mois, ce qui constitue un record historique ». Au total, elle ne dénombre pas moins de 182 000 sites marchands actifs en France, soit 100 000 de plus qu'il y a cinq ans, et pense que la barre des 200 000 sera atteinte cette année.

On rappellera par contre qu'une concentration des revendeurs est en marche, à l'image de Mutares qui a croqué Grosbill ou de Carrefour qui a finalisé le rachat de Rue du Commerce (et donc de Top Achat). Les premières synergies sont d'ailleurs déjà en place depuis peu : « Le site Carrefour Online poursuit son activité sur le site de RueduCommerce.com sur lequel vous retrouverez progressivement l'ensemble de ses produits et services ». On peut également citer le cas de la Fnac qui souhaite croquer Darty, ou encore de LDLC qui est en négociations exclusives avec Domisys pour racheter Materiel.net

Pour d'autres, la situation est plus compliquée. C'est notamment le cas de Pixmania qui est placé en redressement judiciaire. Selon nos confrères de l'AFP, deux repreneurs potentiels se seraient manifestés, mais il faudra attendre le 5 février pour savoir quelle sera la décision du tribunal. Attention d'ailleurs : si le site marchand accepte encore les commandes, il ne les livrerait pas, comme le révèlent de nombreux témoignages clients.

Commentaires (14)


C’est le sens de l’histoire. Que ça plaise ou pas, c’est comme ça. Il faut donc que les entreprises le comprennent.



Merci pour l’article, il va me servir sur un prospect qui hésite encore pour sortir les sous pour que je lui fasse son site marchand&nbsp;<img data-src=" />


Les markets places sont pris en compte dans les sites marchands ?

Car ca doit faire baisser a mort le panier moyen.



La reduction generale des frais de port aide aussi, pour des commandes de plus faible valeur.


Il faudrait préciser ce que la FEVAD entend par “marketplace”. Ca concerne des vendeurs tiers à la plateforme ? Les achats numériques (musique, applications,…) sont-elles comprises dans l’étude ?

La location de films entr-t-elle dans l’e-commerce ?

etc.





le panier moyen annuel est à 78 euros (soit 6 % de moins qu’en 2014), pour atteindre&nbsp;« le montant le plus bas jamais enregistré »





Cela permettrait de mieux interpréter ces chiffres (forcément, si on compte les applis à 0.99€, ça fait baisser la moyenne…)



Mais je trouve la phrase « le montant le plus bas jamais enregistré » plutôt étonnante . Cela signifie que même quand l’e-commerce était balbutiant, dans ses premières années, le panier moyen était déjà à plus de 78€ ? <img data-src=" />




Attention d’ailleurs : si le site marchand accepte encore les commandes, il ne les livrerait pas, comme le révèlent de nombreux témoignages clients.





C’est dingue ça ! L’article montre que le site permet toujours les commandes, avec des grosses images à la CDiscount pour les soldes (donc mise à jour récente) ! Quelle escroquerie ! <img data-src=" />








Jarodd a écrit :



Il faudrait préciser ce que la FEVAD entend par “marketplace”. Ca concerne des vendeurs tiers à la plateforme ? Les achats numériques (musique, applications,…) sont-elles comprises dans l’étude ?

La location de films entr-t-elle dans l’e-commerce ?

etc.



Même question ici.







Jarodd a écrit :



Mais je trouve la phrase « le montant le plus bas jamais enregistré » plutôt étonnante . Cela signifie que même quand l’e-commerce était balbutiant, dans ses premières années, le panier moyen était déjà à plus de 78€ ? <img data-src=" />



Ça ne me choque pas. Pour généraliser et supposer, on devait acheter “essentiellement” des produits plus chers type électroménager, hifi, alors qu’on achèterait désormais de plus en plus de produits pour la consommation courante.



Rien d’étonnant, acheter sur le net, par rapport à il y a de cela dix ans quand je m’y suis mis, c’est devenu banal.



Et un point essentiel : avec le net, la petite boutique de quartier a tout de suite la même zone de chalandise que la multinationale au chiffre d’affaires en milliards, à savoir le monde entier.









coucou_lo_coucou_paloma a écrit :



Ça ne me choque pas. Pour généraliser et supposer, on devait acheter “essentiellement” des produits plus chers type électroménager, hifi, alors qu’on achèterait désormais de plus en plus de produits pour la consommation courante.







Cas perso : je n’achetais que des bien d’équipement sur le net à mes débuts. Aujourd’hui, il n’y a plus que les courses de la semaine que j’achète hors net. Même l’épicerie fine ou spécialisée, je passe en ligne direct.



Donc, plus de paniers mais au montant unitaire moindre, au fur et à mesure que des produits plus “quotidiens” devenaient intéressants à acheter en ligne.









Jarodd a écrit :



Il faudrait préciser ce que la FEVAD entend par “marketplace”. Ca concerne des vendeurs tiers à la plateforme ? Les achats numériques (musique, applications,…) sont-elles comprises dans l’étude ?

La location de films entr-t-elle dans l’e-commerce ?

etc.





Et les achats en bitcoin sur Silkroad ne sont certainement pas comptés non plus. <img data-src=" />









picatrix a écrit :



Et les achats en bitcoin sur Silkroad ne sont certainement pas comptés non plus. <img data-src=" />





De toutes façons, pour acheter quoi que ce soit avec des bitcoins ailleurs que sur Silkroad, j’aimerai bien voir ça…



Sachant que dans les magasins physiques le choix est moindre, et la tenue des stocks est déplorable (pas rare de voir des rayons avec l’étiquette du produit recherché mais plus le produit, c’est assez agaçant). Donc au final plus rapide et pratique d’aller sur le net.





Toujours pas compris pourquoi les grands magasins n’ont pas tout leur catalogue sur le net, avec un moteur de recherche et la dispo en rayon, sachant que tout est déjà informatisé.



&nbsp;Une grande enseigne de bricolage le fait déjà, c’est non seulement hyper pratique mais en plus quand on se déplace on sait que ce n’est pas pour rien.



&nbsp;








Mithrill a écrit :



Ca fait un moment que c’est possible…



&nbsp;http://lebitcoin.fr/ pour un annuaire de lien, mais ça fait au moins plus d’un an ou 2 que les sites fleurissent.





103 sites et commerces contre 182000 sites cités par la FEVAD dans l’étude qui fait l’objet de cette news, c’est en effet impressionnant…



Pour la baisse du panier moyen, plusieurs hypothèses:




  • Baisse des prix dans le domaine de l’électronique (bon ça à toujours été le cas)

  • Frais de port gratuit avec le pass annuel, ce qui fait que l’on ne groupe pas les achats, mais on dépasse à peine le montant minimal pour que le port soit gratuit


La prochaine fois, essayez de mettre une photo moins floue de la CB, &nbsp;afin de distinguer les chiffres, merci&nbsp;<img data-src=" />


Fermer