MediaTek Pump Express 3.0 : une batterie chargée à 70 % en 20 minutes

MediaTek Pump Express 3.0 : une batterie chargée à 70 % en 20 minutes

Pimp my batterie

Avatar de l'auteur
Sébastien Gavois

Publié dans

Société numérique

31/05/2016
19

MediaTek Pump Express 3.0 : une batterie chargée à 70 % en 20 minutes

Après Qualcomm et OPPO, c'est au tour de MediaTek de faire une annonce dans le domaine de la charge rapide pour mobile : Pump Express 3.0. Cette fois-ci, il est question de recharger une batterie à 70 % en l'espace de 20 minutes.

MediaTek profite du Computex de Taipei pour annoncer non pas un nouveau SoC, mais une fonctionnalité : Pump Express 3.0. Il s'agit d'un système de charge rapide comme l'on en trouve déjà plusieurs chez la concurrence.

Le constructeur promet qu'il est ainsi possible de recharger à 70 % une batterie en l'espace de 20 minutes... mais sans donner aucune information sur la capacité de celle-ci. MediaTek ajoute que cinq minutes de charge permettent de profiter d'un maximum de quatre heures de communication en 3G (écran éteint).

Pour rappel, OPPO profitait du MWC de Barcelone pour présenter son Super VOOC qui permet de charger entièrement une batterie de 2 500 mAh en 15 minutes. Avec la technologie Quick Charge 3.0 de Qualcomm, il est question de 80 % d'une batterie de 2 750 mAh en 35 minutes.

MediaTek explique néanmoins que « Pump Express 3.0 est la première solution au monde permettant la charge directe par USB Type-C Power Delivery ». Une manière pour MediaTek de tacler Qualcomm  et son Quick Charge 3.0 qui ne serait pas en adéquation avec les normes USB Type-C selon Benson Leung (un expert de chez Google qui a notamment testé de nombreux câbles USB Type-C, avec des résultats parfois étonnants).

Pour Qualcomm néanmoins, pas de problème : « Quick Charge est conçu pour être indépendant du connecteur. Quick Charge peut être mis en œuvre avec une variété de formats, y compris l'USB type-A, microUSB, USB Type-C et d'autres connecteurs propriétaires » détaille le site de la société.

Il faudra maintenant attendre que toutes ces solutions soient intégrées et disponibles pour voir ce qu'il en est réellement dans la pratique et effectuer un comparatif afin de voir ce qu'il reste des promesses de chacun une fois le temps des discours marketing passé.

19

Écrit par Sébastien Gavois

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Commentaires (19)


Le 31/05/2016 à 08h 21

ça doit bien bousiller la batterie n’empêche<img data-src=" />


Le 31/05/2016 à 08h 37

A quand les batteries à base de condensateur plutôt que de trouver des moyen de polluer encore plus vite la planète ?


Nozalys Abonné
Le 31/05/2016 à 08h 41

Pas forcément, ça dépend de la techno de la batterie. Il me semble que justement pour des batteries Lithium-ion la charge rapide (donc à fort courant) est meilleure que la charge lente.


Nozalys Abonné
Le 31/05/2016 à 08h 49

La fabrication des condensateurs à l’échelle de l’utilisation en tant que batterie poserait les même problèmes que la fabrication (+recyclage, etc.) des batteries actuelles. Et apporterait d’autres inconvénients aussi. Un condensateur de forte capacité est soit électrolytique (et la composition de l’électrolyte n’est ni neutre, ni anodine pour l’environnement), soit au tantale, et là je crois qu’on ne dispose pas de méga ressources dans la roche… Bref, pas mieux :)


Le 31/05/2016 à 09h 03

Enfin quelqu’un qui comprend ! Merci ! <img data-src=" />


Le 31/05/2016 à 10h 02

Il ne devait pas y avoir une techno à base de nanotubes de carbone ? Ca promettait monts et merveilles ce truc: charge rapide, effet mémoire inexistant, longévité, capacité…


Nozalys Abonné
Le 31/05/2016 à 12h 18

Pour les batteries, oui, mais pas pour les condensateurs.

Les nanotubes de carbone concernent la fabrication des électrodes, car dans une batterie Li-ion ce sont les électrodes qui vieillissent (elles s’oxydent malgré une protection dans un matériau spécifique). Avec cette techno du futur (ou de demain, c’est selon), les électrodes se dégraderaient 100 fois moins vite, donc une durée de vie plus élevée. Malheureusement ça ne change rien quant au matériau réactif : le lithium :/



L’avantage également c’est de pouvoir supporter des courants plus élevés donc la charge rapide, et de pouvoir fournir plus de courant, décharge rapide (intense). En revanche aucun impact sur l’effet mémoire qui est déjà inexistant sur du Li-ion.


zazitsme Abonné
Le 31/05/2016 à 15h 18

Content de voir qu’une avancée en terme de batterie va un peu plus loin que le simple concept…



Ca ne concerne malheureusement pas l’autonomie, mais ça semble bouger un peu plus ces temps-ci sur les batteries.


Le 31/05/2016 à 17h 31

Les condos tantale c’est de la daube, ça a la fâcheuse tendance à se mettre en cours jus à la moindre contrariété (cause très fréquente de pannes sur les cartes fabriquées à l’économie blindées de tantales parceque ça coûte que dalle) du coup envisager d’utiliser ça comme source d’alimentation … <img data-src=" />

Perso ça fait longtemps que j’ai banni ces machins de mes réalisations.


Nozalys Abonné
Le 01/06/2016 à 09h 12

Tiens c’est marrant c’est la première fois que j’entends parler de ça. J’ai jamais eu de soucis ni connaissance dans mon entourage.. Je garderais l’oreille alors ^^



D’un autre côté, sur les cartes fabriquées à l’économie, le choix des condo chimiques n’est pas meilleur, ils sont souvent sous-dimensionnés en tension admissible (les pics de tension ne sont pas inclus au choix), et tu te retrouve souvent avec des condos gonflés prêt à claquer après 1 an d’utilisation…



Je crois que quand il s’agit de fabriquer de l’électronique à bas coût, peu importe le type de techno, les composants sont tous sélectionnés n’importe comment. C’est d’ailleurs la seule manière de réduire les coûts après tout…


Nozalys Abonné
Le 01/06/2016 à 13h 14

Je me suis renseigné, la réalité n’est pas aussi monochrome :

Tu as des applications ou le tantale ne peut pas remplacer le chimique (“grandes” tension d’utilisation par exemple), et les choix du composant se font principalement sur 2 paramètres distincts :

-si tu privilégie la stabilité et la durée de vie liée à la température de fonctionnement, tu choisis du chimique. La durée de vie double tous les 10°C. Donc si t’as un besoin à 85°C tu choisis un condo prévu pour 105°C.

-si tu privilégie la fiabilité/stabilité de fonctionnement et la plus faible valeur d’ESR possible, tu prends du tantale. Après c’est sur que le tantale ne tolère aucune inversion de polarité, là ou le chimique est moins contraignant.



Toujours est-il que sur une même carte tu retrouvera souvent les 2 technos car leur dimensionnement dépend de ces paramètres variés. (en tout cas sur des choix ou le budget éco ne prime pas sur la qualité et la durée de vie. Je parle là de cartes qualifiées pour des garanties de 20 à 25 ans…)



Ca me replonge dans mes cours anciens tout ça :)


Le 01/06/2016 à 20h 05

Effectivement fonctionnellement et niveau fiabilité les chimiques de merde ne valent pas mieux que les tantales, limite l’avantage serait même aux tantales.



Après leur comportement quand ils dégagent est également très différent : là où généralement un chimique s’ouvre complètement un tantale se mettra souvent en court circuit et du coup si dans les 2 cas le circuit a de fortes chances de ne plus fonctionner il y en a quand même un où les dommages collatéraux seront moins importants. (j’ai le malheur d’avoir rencontré pas mal de machines avec du tantale partout en guise de découplage d’alim, et d’avoir passé des heures à les dépanner)



Savoir choisir ses composants en fonction des contraintes qu’on a (taille, tension admissible, tenue en température, etc …) et de l’endroit où ils sont dans le montage ça fait partie du taff, s’en est même une grande partie en fait puisque rien ne sert de pondre un super circuit si on le réalise n’importe comment/avec n’importe quoi et qu’à cause de ça il ne marche pas/mal/pas longtemps.


Nozalys Abonné
Le 02/06/2016 à 08h 28

En effet, et c’est souvent cette étape de sélection des composants qui est gentiment évincée des plannings dans la conception low-cost <img data-src=" />


Le 02/06/2016 à 15h 44

En fait c’est surtout une affaire de contraintes à respecter selon ce qu’on veux/doit faire :




  • pour un industriel qui doit fabriquer des cartes par milliers/millions gratter quelques cents par ci par là peut vite représenter de très grosses économies, et comme la fiabilité inconditionnelle n’est généralement pas vraiment son objectif …

  • en ce qui me concerne je ne fais que de l’unitaire ou de la très petite série (moins de 10 exemplaires la plupart du temps) en revanche comme c’est destiné à tourner sur des lignes de prods vu le coût horaire d’un arrêt machine la fiabilité passe toujours avant le coût de fabrication et du coup on ne lésine pas sur la qualité des composants (accessoirement moins ça tombe en panne moins je bosse pour dépanner du coup bosser un peu plus à la conception permet de glander beaucoup plus ensuite, c’est un genre d’investissement quoi <img data-src=" /> )


Nozalys Abonné
Le 02/06/2016 à 15h 59







Guinnness a écrit :



accessoirement moins ça tombe en panne moins je bosse pour dépanner du coup bosser un peu plus à la conception permet de glander beaucoup plus ensuite, c’est un genre d’investissement quoi <img data-src=" />





Quelle philosophie rafraichissante :) <img data-src=" />



Le 03/06/2016 à 02h 46

Pour que t’ai un ordre d’idée, un condensateur à la place de ta batterie ferait à vue de nez 5% de celle-ci. Ca charge vite, mais t’as 5% de batterie …


Le 03/06/2016 à 08h 58

C’est pour ça qu’il faut continuer les recherches: pour augmenter la densité des condensateurs.


Le 03/06/2016 à 15h 11

Yakafokon.&nbsp;&nbsp;

Il y en a beaucoup de crack en chimie et en nanomatériaux qui bossent dessus.&nbsp;&nbsp;

Il existe déja des batteries avec des très grosses autonomie, mais toujours trop chère ou complexes a produire à grande échelle.&nbsp;&nbsp;

Le futur à court terme sera des batteries avec des meilleur résistance au gros courant de recharge. On aura pas plus d’autonomie mais une recharge très rapide. (secteur ou avec une une batterie externe)


Le 04/06/2016 à 08h 10

Sauf que le jour où on arrivera à fabriquer un condensateur qu’on peut utiliser comme une batterie on appellera plus ça un condensateur mais une batterie.

C’est pas parceque vu de loin le fonctionnement des 2 composants se ressemble vaguement que c’est la même chose : les 2 ont des constructions, des caractéristiques techniques, et des utilités très différentes, l’un ne pourra jamais faire le boulot de l’autre et vice versa.



En se cantonnant à une utilisation “puissance” le seul domaine qui me vient à l’esprit où un condo peut faire office de batterie c’est les systèmes type kers sur les bagnoles de course et c’est précisément parceque dans cette utilisation bien particulière les caractéristiques du condensateur, possibilité d’emmagasiner une charge très rapidement à courant très important et de la restituer de façon tout aussi rapide à courant tout aussi important et ce de façon répétitive, le rend plus adapté qu’une batterie conventionnelle qui elle ne supporterait pas bien longtemps ce genre de traitement.



Après la densité de charge d’un condo ne sera jamais aussi importante que celle d’une batterie, ni d’ailleurs sa capacité à conserver sa charge dans le temps(l’autodécharge d’un condo est infiniment plus rapide que celle d’une batterie “standard”) , tout simplement parcequ’ils ne sont ni conçus ni fabriqués pour ça.