Brin. ADN

23andMe : pour survivre, l’entreprise va exploiter le plus possible les données de l’ADN collecté

23andMe, mais aussi le reste du monde

Avatar de l'auteur
Martin Clavey

Publié dans

ÉconomieSociété numérique

15/02/2024 7 minutes
14

Brin. ADN

Alors que l'entreprise a reconnu une fuite de données de 7 millions d'utilisateurs en fin d'année dernière, 23andMe se trouve en grande difficulté avec plus de 30 poursuites judiciaires, un marché des tests ADN qui s'effondre et le Nasdaq qui menace de la sortir de sa liste alors que son action est sous la barre du dollar depuis cinq mois.

Comme l'écrit Futurism, « 23andMe est un paquebot en train de couler et sa PDG en reste la cheffe d'orchestre ». On pourrait ajouter que le bateau en question souffre d'une sacrée fuite découverte cinq mois après son ouverture, avec 7 millions d'utilisateurs dont les données se sont retrouvées entre les mains d'un groupe de pirates l'année dernière, la compagnie rejetant la faute sur ses clients.

Pourtant, il y a tout juste trois ans, l'entreprise rejoignait le Nasdaq en atteignant dans sa première année une valorisation de 6 milliards de dollars. L'entreprise ne vaut maintenant quasiment plus rien et le Nasdaq pense sérieusement à la supprimer de sa liste.

Un marché des tests récréatifs en perte de vitesse

La fuite de données de la fin de l'année dernière a fait beaucoup de mal à l'entreprise de test ADN en faisant grand bruit en octobre dernier. L'entreprise a mis du temps à réagir, pour ensuite rejeter la faute sur les utilisateurs et modifier ses conditions de service afin de rendre « plus difficile pour les victimes de se regrouper pour déposer une plainte » contre elle. De plus, le fait que l'on apprenne plusieurs mois après que 23andMe n’a détecté l’attaque qu'au bout de cinq mois, n'aide pas à remettre la structure à flot.

Mais l'entreprise n'était pas au mieux de sa forme avant même que cette fuite ne soit connue. Comme le remarque Gizmodo, « presque tous ceux qui veulent un test ADN en ont déjà acheté un ». On pourra ajouter que les pays comme la France où ce genre de test est interdit ne semblent pas prêts à ouvrir les vannes pour sauver 23andMe.

L'entreprise, essentiellement connue pour la vente de ses tests ADN, doit donc « pivoter » comme on dit dans le milieu des startups, c'est-à-dire changer de raison d'être, si elle veut survivre.

Proche de la faillite il y a 10 ans

Comme le rappelle Wired dans l'introduction de son interview de la PDG de l'entreprise, Anne Wojcicki, 23andMe a déjà failli tomber en faillite lorsqu'en 2013, la Food and Drug Administration (FDA) lui a demandé de cesser la commercialisation des évaluations des risques pour la santé tant que la méthode n'était pas validée.

En effet, jusqu'en novembre 2013, l'entreprise indiquait à ses clients la présence d'un marqueur de maladie comme le cancer ou le diabète. Mais ce n'est qu'en 2015 que la FDA a finalement pu donner à 23andMe une première autorisation de mise sur le marché de tests génétiques permettant la détection de signes génétiques d'une maladie (le syndrome de Bloom).

Des données « pour la recherche » utilisables en coopération avec l'industrie pharmaceutique

Anne Wojcicki espère relancer son entreprise en misant sur des partenariats avec l'industrie pharmaceutique. Car si les utilisateurs reçoivent les résultats de tests ADN rapidement effectués par l'entreprise pour évaluer leur risque de santé ou leur généalogie, l'entreprise leur demande aussi s'ils acceptent de partager leurs ADN pour la recherche. Comme le dit Gizmodo, c'est « une façon plus conviviale de dire "donner aux compagnies pharmaceutiques" ».

Wired a d'ailleurs demandé à Anne Wojcicki si elle pensait que la plupart des clients de 23andMe savent que s'ils acceptent de participer à la recherche, ils acceptent également que leurs données soient utilisées par des partenaires pharmaceutiques potentiels.

Mais la PDG a évité de répondre directement en expliquant : « il ne s'agit pas de données individuelles, à moins qu'ils n'aient explicitement consenti à ce qu'elles le soient. Je pense que la plupart des gens veulent voir des améliorations dans leur vie. 23andMe peut aller plus loin. Mais nous devrons ensuite nous associer à d'autres pour accélérer réellement les progrès dans un certain nombre de maladies différentes ».

Elle rappelle dans l'interview que 23andMe avait déjà un contrat exclusif entre 2018 et 2023 avec l'entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline pour exploiter les données ADN récoltées par l'entreprise. Anne Wojciki semble en être plutôt contente : « cinquante cibles médicamenteuses ont été découvertes, bien plus que nous ne l'avions prévu », explique-t-elle à Wired.

Précisons que la découverte d'une « cible médicamenteuse » n'est pas celle d'un médicament. C'est celle d' « une molécule de l'organisme, généralement une protéine, qui est intrinsèquement associée à un processus pathologique particulier et sur laquelle un médicament pourrait agir pour produire l'effet thérapeutique désiré ». Ce qui est déjà un premier pas important.

D'autres entreprises pharmaceutiques visées

Mais Anne Wojciki espère pouvoir profiter de la fin de cette exclusivité pour travailler avec d'autres entreprises pharmaceutiques : « nous avons désormais la possibilité d'exploiter l'ensemble des données pour nous-mêmes, ainsi que de travailler en partenariat avec d'autres groupes », explique-t-elle à Wired.

Elle ajoute : « les équipes de 23andMe et de GSK ont toutes deux estimé qu'il y avait tellement de choses dans ces données qu'un seul groupe ne pouvait tout exploiter. Il s'agit d'une véritable ressource que nous pourrions utiliser avec d'autres entreprises pour leur propre découverte de médicaments ».

Dans l'interview avec Wired, Anne Wojciki explique qu'un médicament en essai de phase 1 (phase qui « vise principalement à étudier la tolérance au médicament et à définir la dose et la fréquence d'administration qui seront recommandées pour les études suivantes » comme l'explique la Ligue contre le cancer) et un en essai de phase 2 (phase qui vise à « confirmer l’activité clinique préliminaire et/ou pharmacologique du médicament à la dose recommandée à l’issue de la phase », sont issus de la recherche sur des données de son entreprise.

Mais rappelons que beaucoup de médicaments qui ont passé ces deux phases ne passent finalement pas la troisième phase qui consiste en la comparaison avec d'autres médicaments.

Si 23andMe peut espérer vendre l'accès à ses données à d'autres entreprises pharmaceutiques, il n'est pas encore sûr que cette manne puisse la sauver d'une faillite qui paraissait si loin, il y a encore quelques années.

Écrit par Martin Clavey

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Un marché des tests récréatifs en perte de vitesse

Proche de la faillite il y a 10 ans

Des données « pour la recherche » utilisables en coopération avec l’industrie pharmaceutique

D’autres entreprises pharmaceutiques visées

Fermer

Commentaires (14)


Ça me fait poser deux questions (de manière sérieuse, pas rhétorique) :

1. Est-ce que des entreprises voudront travailler avec 23andMe, sans peur que la réputation maintenant bancale les entache ?
2. Si les données qui ont fuité sont assez complètes et à un prix intéressant, que gagnerait une entreprise à travailler avec 23andMe plutôt que d'obtenir directement ces données ?

Mes deux questions sont certainement naïves, je ne connais pas assez ce marché ni les détails de la fuite de données, l'avenir me répondra probablement.
Pour 1., il "suffit" d'avoir un bon NDA (y'a pas que eux sur le marché). Et puis sinon les big pharma, c'est des boîtes financières. Combien de personnes savent qui fabrique tel médicament ? (Surtout en France où c'est souvent gratuit)
Ensuite ils ont quantité de filiale, souvent à cause de rachats (les gros ne font plus trop de recherche, ils font de l'achat de petits qui ont fait une découverte intéressante). Donc quantité de nom à écrire sur la boîte.
Incapable d'assumer ses responsabilités, prétendre que les problèmes viennent des utilisateurs lorsque les problèmes se voient, la routine.
Puisses-tu te noyer, définitivement.
Pas foncièrement en désaccord sur le constat, mais si on peut éviter de souhaiter la mort aux dirigeants d'entreprise sur ce site (et à tout autre être vivant d'ailleurs), je dormirais mieux la nuit 😝

Ferd

Pas foncièrement en désaccord sur le constat, mais si on peut éviter de souhaiter la mort aux dirigeants d'entreprise sur ce site (et à tout autre être vivant d'ailleurs), je dormirais mieux la nuit 😝
J'évoquais l'entreprise 23andMe par rapport à la rèf du paquebot :transpi: et non sa PDG :chinois:

Vous pouvez dormir tranquille...du moins jusqu'à demain :fume:

Hun-k

J'évoquais l'entreprise 23andMe par rapport à la rèf du paquebot :transpi: et non sa PDG :chinois:

Vous pouvez dormir tranquille...du moins jusqu'à demain :fume:
Me voilà rassuré… pour le moment.
Je vais pouvoir couler un jour heureux (terme plus naturel pour un paquebot d’ailleurs 😜)

Ferd

Me voilà rassuré… pour le moment.
Je vais pouvoir couler un jour heureux (terme plus naturel pour un paquebot d’ailleurs 😜)
Espérons que le terme reste l'exception et pas la règle pour un paquebot et qu'il ne soit donc pas naturel ! :langue:

fred42

Espérons que le terme reste l'exception et pas la règle pour un paquebot et qu'il ne soit donc pas naturel ! :langue:
C’est pas qu’un physique Fred42, il n’est pas que beau.
C'est vrai qu'à partir du moment où tous les clients potentiels sont déjà passés à la caisse, il faut attendre le renouvellement des générations, et là ça ne va plus du tout à la même vitesse...
Sauf que vu que c'est la génétique, tu sais globalement ce que le mélange de deux personne peut donner.

Si deux personnes ayant fait le test pour voir leurs origines ont un enfant, ça ne va pas changer beaucoup pour l'enfant...
Pour les risques maladies c'est +/- pareil sauf s'il y a des gênes récessifs.

D'ailleurs les données ont déjà été utilisé pour retrouver des gens simplement sur analyse d'une trace ADN et le fait qu'un membre de la famille éloingné aie fait le test ADN d'une boite pareille

Dj

Sauf que vu que c'est la génétique, tu sais globalement ce que le mélange de deux personne peut donner.

Si deux personnes ayant fait le test pour voir leurs origines ont un enfant, ça ne va pas changer beaucoup pour l'enfant...
Pour les risques maladies c'est +/- pareil sauf s'il y a des gênes récessifs.

D'ailleurs les données ont déjà été utilisé pour retrouver des gens simplement sur analyse d'une trace ADN et le fait qu'un membre de la famille éloingné aie fait le test ADN d'une boite pareille
Tu peux quand même avoir un enfant qui a envie de faire le test alors que ses parents ne voulaient pas le faire.

alex.d.

Tu peux quand même avoir un enfant qui a envie de faire le test alors que ses parents ne voulaient pas le faire.
Oui mais le marché est ridicule par rapport a un nouveau produit que les gens veulent tous tester la nouveauté.

Dj

Sauf que vu que c'est la génétique, tu sais globalement ce que le mélange de deux personne peut donner.

Si deux personnes ayant fait le test pour voir leurs origines ont un enfant, ça ne va pas changer beaucoup pour l'enfant...
Pour les risques maladies c'est +/- pareil sauf s'il y a des gênes récessifs.

D'ailleurs les données ont déjà été utilisé pour retrouver des gens simplement sur analyse d'une trace ADN et le fait qu'un membre de la famille éloingné aie fait le test ADN d'une boite pareille
Tu oublies les enfants adultérins.
Un bateau qui coule suite à une fuite causée par des pirates ? Quel beau dessin en perspective pour samedi !