Publicité : Google promet plus de transparence et de ciblage aux annonceurs

Publicité : Google promet plus de transparence et de ciblage aux annonceurs

Don't be evil

Avatar de l'auteur

Kevin Hottot

Publié dansInternet

24/01/2017
5
Publicité : Google promet plus de transparence et de ciblage aux annonceurs

Chez les géants du web, les annonceurs sont en quête d'une meilleure transparence quant aux audiences touchées par leurs publicités. Google va accéder à cette demande en améliorant les outils mis à leur disposition pour consulter et vérifier ces données ô combien précieuses.

Ces derniers mois, Facebook et Twitter se sont attirés les foudres du monde publicitaire en raison de couacs à répétition. Du côté de chez Mark Zuckerberg, les audiences des publications sur Instant Articles étaient mal comptabilisées, tandis que pour Twitter, le nombre de visionnages de certaines publicités vidéo a pu être gonflé d'environ 35 %, surfacturant d'autant les annonceurs. 

Comme nous l'expliquions alors, le Syndicat des Régies Internet est monté au créneau et a réclamé aux géants du web davantage de transparence sur ces chiffres. « Ces révélations et ces mea culpa successifs rappellent la nécessité d’une meilleure mesurabilité de ces plateformes, une exigence à laquelle se conforme déjà l’ensemble des autres acteurs ».

Un point d'autant plus important qu'il estime que « plus de 68% des investissements publicitaires qui sont concentrés sur le Search & les Réseaux sociaux ». 

Google promet de meilleurs outils

Dans un long billet de blog, Google assure être de son côté en train de développer de nouvelles solutions pour mesurer plus finement les audiences, promettant qu'elles seront « à la pointe à la fois pour ce qui est de générer des informations pour les annonceurs, ainsi qu'en termes de sécurité et de vie privée, au travers de Google et de YouTube ».  

Google fait savoir que ses nouveaux outils seront capables par exemple de dire à un vendeur de voitures comment les publicités sur YouTube ont influencé une audience spécifique (comme les acheteurs de SUV), en fonction du périphérique de lecture. Une granularité très fine qui intéressera certainement les annonceurs, tout en faisant lever quelques sourcils inquisiteurs chez les consommateurs et autres instances en charge du respect de la vie privée.

Certains dispositifs verront leur usage se réduire, tels que les cookies anonymes et autres pixels de suivi, dont Google estime l'utilité limitée quand on cherche à suivre un client sur plusieurs appareils. Parallèlement, ces solutions seront également accessibles à des entreprises tels que comScore ou Nielsen, dont le métier est de certifier les audiences.

Un point qui permettra au marché d'être rassuré par la possibilité d'un contrôle indépendant sur les chiffres fournis par Google. Ce que Facebook ou Twitter ne permettent pas vraiment pour le moment. 

Un ciblage de plus en plus pointu

Google précise également que ces nouveaux outils permettront de suivre les clients au travers de tous leurs écrans, qu'il s'agisse de leur smartphone ou de leur ordinateur, ce grâce à leur identifiant maison. « Désormais, les données d'activité associées avec un compte Google (comme les informations démographiques ou l'historique de recherche) pourront être utilisés pour influer sur les publicités que ces utilisateurs verront sur YouTube », s'enorgueillit le géant de Mountain View. 

D'un autre côté, les utilisateurs auront également une main sur les publicités qui leur seront proposées. Ils pourront par exemple ne pas afficher les publicités d'une marque en particulier, et cela sera effectif sur l'ensemble de leurs appareils. De quoi s'éviter quelques bannières sur des produits que l'on vient d'acheter, mais aussi de quoi affiner le ciblage des marques.

Les GAFA en position de force concernant les données

Reste à voir comment va réagir le reste des acteurs du marché publicitaire , qui commence à s'émouvoir de ces pratiques. Les géants du Net semblent en effet bien décidés à profiter du fait que les internautes sont connectés en permanence à leur service pour assurer un suivi précis de leur activité, exploitée à des fins publicitaires.

Pendant ce temps, les autres acteurs doivent faire sans cet « avantage », tout en devant s'adapter aux nouvelles lois européennes concernant la vie privée. N'étant pas encore capables de proposer une gestion unifiée de leurs données à travers des DMP communes (certains y travaillent), les éditeurs passent souvent par des prestataires tiers pour assurer la gestion de leur publicité et n'ont pas la même possibilité d'inciter l'utilisateur à être connecté en permanence.

Ils ne peuvent donc pas offrir des prestations similaires, et rêvent donc d'avoir le droit de récolter et d'exploiter plus simplement les données de leurs visiteurs. Mais l'on imagine aussi que des organismes tels que la CNIL pourraient imaginer un dispositif inverse, où les GAFA ne pourraient pas exploiter directement les données de leurs utilisateurs d'un service à un autre, sous prétexte d'une connexion unique et de conditions d'utilisation qui le permettent.

Un sujet qui ne manquera pas de revenir sur le devant de la scène alors que le règlement européen sur les données s'appliquera l'année prochaine et que la directive ePrivacy est encore en discussion.

5
Avatar de l'auteur

Écrit par Kevin Hottot

Tiens, en parlant de ça :

Trois consoles portables en quelques semaines

Et une nouvelle façon de concevoir le jeu se confirme

10:45 Hard 14
Une tasse estampillée "Keep calm and carry on teaching"

Cyberrésilience : les compromis (provisoires) du trilogue européen

CSIRT vs ENISA, égalité balle au centre

08:27 DroitSécu 3

#Flock a sa propre vision de l’inclusion

Retour à l’envoyeur

13:39 Flock 21

Sommaire de l'article

Introduction

Google promet de meilleurs outils

Un ciblage de plus en plus pointu

Les GAFA en position de force concernant les données

Trois consoles portables en quelques semaines

Hard 14
Une tasse estampillée "Keep calm and carry on teaching"

Cyberrésilience : les compromis (provisoires) du trilogue européen

DroitSécu 3

#LeBrief : fuite de tests ADN 23andMe, le milliard pour Android Messages, il y a 30 ans Hubble voyait clair

#Flock a sa propre vision de l’inclusion

Flock 21
Un Sébastien transformé en lapin par Flock pour imiter le Quoi de neuf Docteur des Looney Tunes

Quoi de neuf à la rédac’ #10 : nous contacter et résumé de la semaine

43
Autoportrait Sébastien

[Autoportrait] Sébastien Gavois : tribulations d’un pigiste devenu rédac’ chef

Next 18
Logo de StreetPress

Pourquoi le site du média StreetPress a été momentanément inaccessible

Droit 19
Amazon re:Invent

re:Invent 2023 : Amazon lance son assistant Q et plusieurs services IA, dont la génération d’images

IA 14
Un œil symbolisant l'Union européenne, et les dissensions et problèmes afférents

Le Conseil de l’UE tire un bilan du RGPD, les États membres réclament des « outils pratiques »

Droit 6

19 associations européennes de consommateurs portent plainte contre Meta

DroitSocials 16

#LeBrief : Ariane 6 l’été prochain, Nextcloud rachète Roundcube, désinformation via la pub

Chiffre et formules mathématiques sur un tableau

CVSS 4.0 : dur, dur, d’être un expert !

Sécu 16
Une tête de fusée siglée Starlink.

Starlink accessible à Gaza sous contrôle de l’administration israélienne

Web 35
Fibre optique

G-PON, XGS-PON et 50G-PON : jusqu’à 50 Gb/s en fibre optique

HardWeb 53
Photo d'un immeuble troué de part en part

Règlement sur la cyber-résilience : les instances européennes en passe de conclure un accord

DroitSécu 10
lexique IA parodie

AGI, GPAI, modèles de fondation… de quoi on parle ?

IA 11

#LeBrief : logiciels libres scientifiques, fermeture de compte Google, « fabriquer » des femmes pour l’inclusion

livre dématérialisé

Des chercheurs ont élaboré une technique d’extraction des données d’entrainement de ChatGPT

IAScience 3
Un chien avec des lunettes apprend sur une tablette

Devenir expert en sécurité informatique en 3 clics

Sécu 11
Logo ownCloud

ownCloud : faille béante dans les déploiements conteneurisés utilisant graphapi

Sécu 16
Le SoC Graviton4 d’Amazon AWS posé sur une table

Amazon re:invent : SoC Graviton4 (Arm), instance R8g et Trainium2 pour l’IA

Hard 12
Logo Comcybergend

Guéguerre des polices dans le cyber (OFAC et ComCyberMi)

Sécu 10

#LeBrief : faille 0-day dans Chrome, smartphones à Hong Kong, 25 ans de la Dreamcast

Mur d’OVHcloud à Roubaix, avec le logo OVHcloud

OVHcloud Summit 2023 : SecNumCloud, IA et Local Zones

HardWeb 2
algorithmes de la CAF

Transparence, discriminations : les questions soulevées par l’algorithme de la CAF

IASociété 62

Plainte contre l’alternative paiement ou publicité comportementale de Meta

DroitIA 39
Nuage (pour le cloud) avec de la foudre

Économie de la donnée et services de cloud : l’Arcep renforce ses troupes

DroitWeb 0
De vieux ciseaux posés sur une surface en bois

Plus de 60 % des demandes de suppression reçues par Google émanent de Russie

Société 7
Une vieille boussole posée sur un plan en bois

La Commission européenne et Google proposent deux bases de données de fact-checks

DroitWeb 3

#LeBrief : des fichiers Google Drive disparaissent, FreeBSD 14, caméras camouflées, OnePlus 12

Hubble mission maintenance

Il y a 30 ans, Hubble recevait sa première mission de maintenance

Science 12

Des menottes autour d'un rouleau de billets de banque

Les deux principaux responsables de l’agence de cybersécurité ukrainienne accusés de corruption

DroitÉcoSécu 7

Google Messages

Sur Android, Messages fête son milliard d’utilisateurs, de nouvelles fonctions en approche

WebSoft 11

Une femme en blouse blanche et portant des lunettes adaptées utilise un séquenceur à ADN

Tests ADN : 23andMe avoue que les infos d’un « nombre significatif » d’utilisateurs ont fuité

Sécu 6

Commentaires (5)


Graphico
Il y a 7 ans

Où à terme on va s’apercevoir que les pubs ne sont regardées que par peu de monde,souvent mal ciblées et que les GAFA se gavent depuis des années sur un phénomène de mode largemnt surrévalué…
Ce serait rigolo !


Citan666 Abonné
Il y a 7 ans

Bah, Google, on sait qu’ils se gavent depuis des années…
C’est trop vieux pour que je puisse fournir des informations précises, mais j’ai de vagues souvenirs qu’au début Google était suspecté de gonfler les chiffres des visionnages de pub… Bien que si je ne me trompe pas rien n’ait été prouvé au final…

Cela dit même si ça me paraît crédible pour les deux-trois premières années (il est difficile d’acquérir son premier milliard en étant tout à fait honnête <img data-src=" />), quoiqu’il en soit ils auront arrêté très vite… Pourquoi prendre le risque de “tricher” quand on a de toute façon déjà atteint une place monopolistique sur le marché ?
Maintenant que Google dispose d’une avance quasi-irrattrapable sur les recherches, la seule qualité fait que les gens y reviennent toujours, donc l’accroissement naturel du volume de visites suffit largement à leur faire leur beurre, nul besoin d’en rajouter. <img data-src=" />

Remarque, on pourrait arguer en sens inverse que cette même avance qualitative leur permet de tenir tout le monde par les couilles, donc ils peuvent bien faire de la merde il est impossible de les boycotter (et le temps qu’un procès arrive à terme…).


petitevieille
Il y a 7 ans






Graphico a écrit :

Où à terme on va s’apercevoir que les pubs ne sont regardées que par peu de monde,souvent mal ciblées et que les GAFA se gavent depuis des années sur un phénomène de mode largemnt surrévalué…
Ce serait rigolo !






  • 200000 !

    C’est toute la pub qui est surévaluée. On paye des fortunes pour cette nuisance, alors que ses effets sur le commerce sont largement surévalués par… les parasites qui en vivent.



anonyme_b3e05f43bed326da32611ec4ad59c217
Il y a 7 ans

Encore un peu plus de ciblage de la part de Google. Ca m’étonne qu’il n’y ait pas davantage de commentaires.


skankhunt42
Il y a 7 ans

Crachez pas sur google c’est un des régie les plus honnête ! Il y à 15 ans déja, pas possible de “transformer” une bannière en faux menu, d’intégrer plus de 3 pubs par pages, ect. Après concernant les soucis de ciblage ça viens des annonceurs qui veulent cibler large comme à la télévision. En plus pour eux c’est peanut, à la télévision c’est 100k la minutes, la ou sur internet c’est 20k le milliard d’affichage de bannière. Pour pas cher tu peut facilement monopoliser l’attention des utilisateurs de certains site, comparé à la télévision / affichage publique / ect.

Après pour lancer une campagne de pub il vaut mieux le faire sur facebook qui permet d’afficher des images, des vidéos, ect et ce de manière standardisé. Le ciblage est très précis car la plupart des gens ont rentrés leur date d’anniversaire. Le danger avec les réseaux sociaux c’est qu’ils peuvent supplanter le web et donc l’influencer ( comme avec les fake news des élection américaines ).

Google n’a pas cette précision à moins d’avoir une connexion via fb vu que google + n’a pas bien fonctionné. Ils peuvent quand même ce rattraper avec youtube, ou les pubs s’affiche même si l’ont est dans fb.

Dans l’absolu je pense que ça à déja commencé ou pour faire une recherche internet ils tape facebook dans google, pour ensuite taper leur recherche dans facebook. <img data-src=" />