Publié dans Internet

7

Plotting/farming en masse : face à l’émergence de Chia Network, Scaleway bride ses offres

Plotting/farming en masse : face à l'émergence de Chia Network, Scaleway bride ses offres

L'hébergeur revient sur cette cryptomonnaie imaginée par Bram Cohen, qui exploite non pas la puissance des GPU pour « miner » mais l'espace de stockage. Cela se fait en deux phases : une de calcul (plotting) puis de mise à disposition (farming). 

L'approche se veut « plus verte », mais a ses propres problèmes. Le premier est qu'elle tend l'approvisionnement du stockage, comme nous l'expliquions récemment, de nombreux acteurs espérant tirer profit de ces investissements. 

Le second est que le plotting use prématurément les SSD, surtout lorsqu'ils ne sont pas prévus pour des usages intensifs, comme c'est le cas des modèles grand public. Une fois exploités, ils sont bons à jeter, avec l'impact écologique que l'on devine.

Quoi qu'il en soit, Scaleway a fait face ces derniers temps à de petits malins qui se reposent sur ses infrastructures pour du plotting et du farming via Chia Network, au risque de voir ses serveurs se remplir dans leur intégralité ou ses SSD s'user prématurément.

Pour assurer la qualité de service et éviter de se retrouver à court de stockage sous peu, la société a pris les devants et interdit désormais le plotting sur toutes ses instances SSD, serveurs dédiés, RPN-SAN, ou même Block storage. Elle précise que ses contrats impliquent déjà qu'un usage menant à la destruction d'un composant peut mener à une facturation de ce dernier aux clients. 

Concernant le farming, il est autorisé sur les serveurs dédiés (à la demande ou non) et Block Storage sans restriction, ainsi qu'Object Storage dans le cadre de demandes spécifiques. Dans le cas contraire, il sera limité à 250 To et facturé 0,08 euro par Go. 

L'information a été repérée par Bram Cohen, qui n'a pas semblé concerné par l'effet de Chia Network. Il a simplement remercié Yann Lechelle, patron de Scaleway, d'avoir bien compris la différence entre farming et plotting.

7

Tiens, en parlant de ça :

Pilule rouge et bleue avec des messages codés

Europol milite pour un chiffrement de bout en bout « flexible »

Here we go again

17:00 Sécu 11
Collectif La Barbe

Inclusion dans la tech : critiqué, le CEO de Qovery menace une internaute de poursuites

Re:Qovery

14:49 Société 17
La Section 702 de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (Foreign Intelligence Surveillance Act – FISA)

L’extension des prestataires américains devant collaborer avec la NSA fait polémique

All your base are belong to US

12:25 DroitSécu 10
7

Fermer

Commentaires (7)


Excellente initiative, ça leur sert bien d’un point de vue financier, mais c’est toujours un petit pas pour décourager l’utilisation de cette crypto-monnaie (même si ça n’aura pas un très grand impact sur le marché).


Au début vous expliquez la différence entre farming et plotting, mais du coup c’est le plotting qui use prématurément les SSD et non le farming ;-)


Vivement que ces cryptomonnaies se cassent définitivement la gueule…


Après faut être patient pour transférer 250 tera de dans leur serveur, ça ne peut faire sens que sur du long terme.



Freeben666 a dit:


Vivement que ces cryptomonnaies se cassent définitivement la gueule…




T’es jaloux c’est tout, profite en le marché de la crypto s’est cassé la gueule, c’est le moment d’entrer :)


C’est pas parce qu’il s’est cassé la gueule qu’il va remonter. Ça peut ne jamais remonter et stagner voir descendre encore….



Pour assurer la qualité de service et éviter de se retrouver à court de stockage sous peu, la société a pris les devants et interdit désormais le plotting sur toutes ses instances SSD, serveurs dédiés, RPN-SAN, ou même Block storage. Elle précise que ses contrats impliquent déjà qu’un usage menant à la destruction d’un composant peut mener à une facturation de ce dernier aux clients.




Je serais bien curieux de voir comment ça se passerait au tribunal.
Est-ce que Scaleway fournit la durée de vie des équipements loués, au moment de l’achat?
Parce qu’en général, les hébergeurs ne le font pas ! Auquel cas, comment le client pouvait-il savoir que cela mènerait à la destruction (ce qui est différent d’une usure prématurée, hein).