Publié dans Droit

2

La base de données sur les défibrillateurs cardiaques prévue pour 2020

La base de données sur les défibrillateurs cardiaques prévue pour 2020

Conformément à la récente loi sur les défibrillateurs cardiaques, le gouvernement a publié au Journal officiel du 28 décembre un décret précisant les contours de la future base de données nationale qui sera alimentée par les « exploitants » de tels appareils.

À compter du 1er janvier 2020, ceux-ci devront fournir toutes les « informations relatives aux lieux d'implantation et à l'accessibilité » de leurs défibrillateurs (à un organisme qu’il reste encore à désigner par décret). Cette obligation concerne dans un premier temps les établissements capables de recevoir plus de 300 personnes. Elle visera ensuite les structures plus petites, à partir de 2021, avant d’être généralisée au 1er janvier 2022.

Un arrêté du ministre de la Santé devra enfin préciser les modalités de mise en œuvre de cette base, qui pourrait bien être proposée en Open Data afin qu’il soit aisément possible de géolocaliser un défibrillateur sur le territoire national.

2

Tiens, en parlant de ça :

Pilule rouge et bleue avec des messages codés

Europol milite pour un chiffrement de bout en bout « flexible »

Here we go again

17:00 Sécu 11
Collectif La Barbe

Inclusion dans la tech : critiqué, le CEO de Qovery menace une internaute de poursuites

Re:Qovery

14:49 Société 17
La Section 702 de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (Foreign Intelligence Surveillance Act – FISA)

L’extension des prestataires américains devant collaborer avec la NSA fait polémique

All your base are belong to US

12:25 DroitSécu 10
2

Fermer

Commentaires (2)


“Un arrêté du ministre de la Santé devra enfin préciser les modalités de mise en œuvre de cette base, qui pourrait bien être proposée en Open Data”

Ça ne devrait même pas être mis au conditionnel, ça devrait être carrément imaginé dès le départ. Ça me donne l’impression que ça en dit long sur la vision de ce qu’est l’OpenData dans les ministères.


Je n’ose imaginer le temps de travail en ministère pour réfléchir à ces décrets pour une question aussi techniquement triviale, et qui aurait dû être réglée depuis le départ. Ça fait partie de ces manques de donnés accessibles qui me surprennent toujours. C’est un peu comme la Base d’Adresses Nationale Ouverte - BANO entachée à son lancement parce cafouillage autour des licences.