Publié dans Droit

7

Démission de l’une des cinq dirigeantes de la CNIL belge

Démission de l'une des cinq dirigeantes de la CNIL belge

Alexandra Jaspar, l’une des cinq personnes qui dirigent l’APD, l’Autorité de Protection des données belge, a choisi de démissionner, après avoir tiré la sonnette d’alarme et dénoncé une APD qui ne serait pas en mesure de remplir ses objectifs légaux, relate la RTBF.

Elle avait déjà, à plusieurs reprises, attiré l’attention de la Chambre, l’autorité de contrôle de l’APD, sur le fait qu’un autre directeur, qui préside aussi l’APD, ainsi que des conseillers sont en conflit d’intérêts, à la fois juge et partie.

A chaque fois, il s’agissait de dénoncer de « graves dysfonctionnement » dont serait affectée l’Autorité de Protection des Données. Selon elle, l’APD « était infiltrée par des personnes qui dépendent du gouvernement. Comment voulez-vous contrôler les organes du gouvernement et des institutions publiques si vous êtes vous-même infiltrés par des membres du gouvernement ou des gens qui travaillent pour le gouvernement ? », interroge Alexandra Jaspar.

« Quand il s’agit d’agir contre des entreprises, l’APD est fonctionnelle. On est même assez sévères », explique Alexandra Jaspar. « Par contre, quand il s’agit de contrôler le respect du RGPD par des institutions publiques, il n’y a plus personne ».

Avertie de la situation, « la Commission européenne confirme, à peu près mots pour mots nos dires dans des courriers assez secs et tranchés envoyés à la Belgique », souligne-t-elle. Le dernier en date a été envoyé le 12 novembre dernier. Il enjoint la Belgique de mettre fin aux irrégularités pour le 12 janvier prochain. 

7

Tiens, en parlant de ça :

Un mélange entre une réunion d’Anonymous et de tête d’ampoules, pour le meilleur et le pire

663e édition des LIDD : Liens Intelligents Du Dimanche

I’m Blue myself

00:00 Next 0

[Édito] Le buzz à tout prix sur les réseaux sociaux

Intelligence artificielle vs bêtise humaine

17:32 NextSocials 54

La Commission européenne se penche sur l’alternative paiement ou publicité comportementale de Meta

Neverending Story

17:02 DroitSocials 5
next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

7

Commentaires (7)


tpeg5stan Abonné
Le 10/12/2021 à 10h 27

Cf. cette autre actu : https://www.nextinpact.com/lebrief/48821/la-commission-epingle-belgique-pour-manque-dindependance-membres-sa-cnil



Je ne sais pas s’il y aura des réactions de Vivaldi…


neod Abonné
Le 10/12/2021 à 11h 05

J’ai travaillé comme développeur pour une application dans le domaine des soin de santé et de ce que je voyais, c’était toujours les fédérations en tout genre du coté francophone qui devais se battre contre les décisions du gouvernement fédérale pour faire respecter la protection des données personnels


Le 10/12/2021 à 18h 28

“Démission de l’une des cinq dirigeantes de la CNIL belge”



Ha ? Il n’y a que des femmes qui dirigent à la CNIL ? Et la parité ?


Methio Abonné
Le 12/12/2021 à 11h 57

Ricard a dit:


“Démission de l’une des cinq dirigeantes de la CNIL belge”



Ha ? Il n’y a que des femmes qui dirigent à la CNIL ? Et la parité ?




On s’en tape ?


Le 12/12/2021 à 17h 45

C’est pas faux. La parité, on s’en tape.


Le 13/12/2021 à 19h 41

“infiltré par des membres du gouvernement, on nous demande d’être partiaux, et de prendre des décisions totalement illégales” dénonce la directrice de la CNIL Belge sur LN24.



Ça fait penser a l’affaire du SNAF annuairefrancais.fr qui dénonce le vol de 21 millions de données personnelles de Qwant dans un business parallèle en France où la CNIL ferme les yeux, mais se retourne contre le SNAF et “oublie” de mentionner les 10.000 traitements et 4000 preuves de traitement du registre non obligatoires des données d’entrepreneurs, la CNIL qui demandait 40% d’amende du CA annuel du SNAF ( au lieu de 4% maxi) pour 5 entrepreneurs non effacés du fichier INSEE et toujours présents encore à ce jour a l’INSEE et bien d’autres annuaires, 2 ans plus tard.



En France aussi on a des vrais problèmes de corruption ou d’indépendance dans certaines institutions ou autorité judiciaire comme la CNIL FR dans ce jugement SNAF abusif.



La bonne combine, être ami du pouvoir


Le 01/03/2024 à 11h 06
Rien compris