Publié dans Sciences et espace

6

Au CERN, 93,7 % des publications en accès libre

Au CERN, 93,7 % des publications en accès libre

L’Organisation européenne pour la recherche nucléaire rappelle qu’elle « a adopté une politique prévoyant la publication en libre accès de tous les articles présentant une recherche originale soumise à une procédure d’examen par des pairs qui sont rédigés par des auteurs du CERN ». Elle  annonce être « en bonne voie » : « en 2021, 93,7 % des 1 058 publications des auteurs du CERN ont été faites en libre accès ». 

« Depuis 2020, pas moins de sept accords Read & Publish (qui combinent droits de publication en libre accès et accès en lecture seule au contenu) avec AIP, APS, Elsevier, IEEE, IOP, Springer-Nature et Wiley ont été signés. Dans ce cadre, les auteurs du CERN sont à présent en mesure de publier leurs articles en libre accès dans plus de 3 800 revues. Ces accords ouvrent la possibilité à ce type de publication aux équipes du CERN, mais aussi, dans de nombreux cas, aux collaborations d'expériences du CERN ».

Un guide à l'intention des auteurs est disponible par ici. Enfin, l’organisation affirme que, « s’agissant du choix des revues pour la publication des articles, il est important de noter que les organismes de financement de la recherche accordent de moins en moins de poids aux facteurs d'impact des revues dans l’évaluation des propositions de recherche ». 

6

Tiens, en parlant de ça :

dessin satirique de Flock

#Flock : de Game of Shithrones au jeu des sept différences

Moi en retard ??? Non… (Ha si…)

13:37 Flock 11
Des chercheurs en noir et blanc regardent une fiole sur laquelle est écrit "Perlimpimpin" en jaune.

[Édito] Respectez les sciences, bordel !

Demi mole

17:07 NextScience 41
Vitrée brisée

Une faille critique dans le langage Rust, Windows trinque

De la rouille, des fenêtres, une rustine

17:02 SoftSécu 28
next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

6

Fermer

Commentaires (6)


Du coup c’est quoi les 6% non libres ?



Du secret défense ?


Les articles publiés par des éditeurs avec lesquels le CERN n’a pas passé d’accord.


Quelqu’un sait si ils paient plus pour avoir la diffusion en accès libre de leurs travaux de recherche ?


C’est pire que ça : quand tu veux publier sur une grosse revue (genre chez Elsevier, mais de manière générale toutes les revues demandant de payer pour accéder au contenu publié, hors summary), tu PAIES pour ça, et tu assures aussi gracieusement le peer-review pour les articles soumis dans ton périmètre d’expertise. ET tu PAIES (et tout ceux qui veulent le consulter en intégralité) aussi la souscription à ces revues, et les reprints au format papier (même si ça doit plus trop se faire). D’où les initiatives (légales et parfois illégales) de ne plus suivre ce modèle…



Et quand je dis payer, on parle pas de quelques €, tant pour un papier à publier que les abonnnements éditeur ou par revue.



Un ancien thésard


Oui ils payent pour que les articles soient publiés en accès libre souvent avec une licence CC . Si tu ne veux pas payer/donner de l’argent aux éditeurs tu mets ton article sur arxviv ou similaire. Ou tu attends quelques mois pour qu’ils soient disponibles par exemple sur ResearchGate



Les deux sont aussi possible. C’est un choix coûteux du CERN de rendre les articles publiés via les éditeurs en open access car cela peut coûter des milliers d’euros par article Mais souvent les articles du CERN sont publiés avec un financement ERC donc de l’argent est mis de cote pour cela et ce n’est pas un problème



Dans mon cas je ne le fais pas pour mes papiers car je pense que dépenser plusieurs milliers d’euros est trop. Mais par contre routes les versions non éditées de mes papiers sont sur HAL/ResearchGate et je peux les envoyer gratuitement a qui me le demande



(reply:2073061:silent screamer)




Oui, oui je sais comment ça se passe.
Je voulais juste savoir si le CERN avait un accord spécifique leur permettant de publier en accès libre sans surplus ou si ils dépensaient plus d’argent publique pour publier en accès libre des articles concernant des recherches financées par l’argent publique.



Vu la réponse de Stephane_A il semblerait qu’ils paient le surplus, donc une couche d’utilisation d’argent publique en plus, tout ça pour garder le facteur d’impact …



Vu le poids du financement publique de la recherche en Europe, il serait temps qu’ils tordent le bras de ces revues …