Le directeur de Zynga New York revient sur les accusations de plagiat

Le directeur de Zynga New York revient sur les accusations de plagiat

Everybody lies

Avatar de l'auteur
Kevin Hottot

Publié dans

Société numérique

11/03/2013
11

Le directeur de Zynga New York revient sur les accusations de plagiat

Dan Porter, l'ancien PDG d'OMGPOP et désormais directeur des studios new yorkais de Zynga a souhaité revenir sur les accusations de plagiat qui ciblaient son entreprise. Sa réponse est éloquente : « Zynga est souvent accusée de copier des jeux, ce qui est plutôt vrai ».

the ville zynga

 

Récemment concernée par une plainte d'Electronic Arts, jugeant que le jeu The Ville ressemblerait de trop près à The Sims Social, la firme avait aussi vu sa réputation écornée après qu'un studio indépendant ait pointé du doigt la ressemblance entre son titre Tiny Tower et Dream Heights.

 

Lors d'une conférence s'étant tenue mercredi dernier à New York, Dan Porter, le directeur des studios new yorkais de Zynga est revenu sur ces affaires en affirmant que oui, « Zynga est souvent accusée de copier des jeux, ce qui est plutôt vrai ». L'homme plaidera ensuite que le talent de sa firme résidait dans sa capacité à ajouter des fonctionnalités pour transformer ces jeux en services. 


Cependant, après que ces propos aient été rapportés par Yahoo, le dirigeant semblait vouloir revenir sur ces dernières. « Quand j'ai parlé à ce groupe, je leur ai dit ce que je pensais vraiment, le débat autour de la copie des jeux n'est qu'une distraction, quand vous essayez de deviner l'avenir des jeux sociaux. Ce qui compte c'est la capacité que l'on a à transformer ces jeux en un service. Je sais aussi que c'est un avis discutable et qu'il n'est pas franchement plaisant de le voir dans les gros titres. J'aurais dû le savoir. J'ai appris une leçon, il est parfois préférable de ne rien dire du tout », conclut Porter. 


La question du plagiat dans les jeux vidéo s'est toujours plus ou moins posée, d'une certaine façon, on pourrait très bien considérer que des jeux d'un même genre peuvent être des copies l'un par rapport à l'autre. Cependant, s'il est toléré de reprendre le principe d'un jeu, en lui apportant quelques modifications, reprendre le même concept avec les mêmes éléments graphiques est souvent moins bien perçu. EA l'a bien fait comprendre à Zynga avec sa plainte. 

11

Écrit par Kevin Hottot

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

Commentaires (11)


Le 11/03/2013 à 15h 30

On appelle ça une faute de com’.




J’ai appris une leçon, il est parfois préférable de ne rien dire du tout », conclut Porter.





Ah ben pas mal celle-là…Gameloft et Zynga… <img data-src=" />


John Shaft Abonné
Le 11/03/2013 à 15h 33



Ce qui compte c’est la capacité que l’on a à transformer ces jeux les moutons en un service vaches à lait





Fixed <img data-src=" />



Vivement que Zynga et consorts disparaissent. Leurs “jeux sociaux” ne sont ni des “jeux” et encore moins “sociaux”


Le 11/03/2013 à 15h 47







John Shaft a écrit :



Vivement que Zynga et consorts disparaissent. Leurs “jeux sociaux” ne sont ni des “jeux” et encore moins “sociaux”







Et pour moi encore moins un “service” !

Je ne comprends d’ailleurs pas ce qu’il entend par service !? Serait-ce une mauvaise interprétation/traduction du texte d’origine ?

Depuis qd me rend-on service en me proposant un jeu ; à part perdre mon temps, je n’en retire normalement que du plaisir. <img data-src=" />

Donc le plaisir serait un service, selon lui ! (d’un coup ça me fais vachement penser à une péripatéticienne) <img data-src=" />



Le 11/03/2013 à 16h 00

Les services en question doivent être ce qu’ils en retirent quand ils revendent les informations collectées sur les joueurs connectés à leur serveurs. D’ailleurs, si je crois bien me souvenir, Zynga s’était faite pincée pour avoir récupéré des informations et les avoir revendus sans l’accord des utilisateurs sur Facebook.


Le 11/03/2013 à 16h 02

Non, ce n’est pas une faute de trad…



Il faut comprendre ça dans le sens SaaS. Nous sommes en plein dedans, du casual “social” avec de la facturation in-app pour de nombreux services.


LordZurp Abonné
Le 11/03/2013 à 17h 25

vive zynga ! ca plume les moutons …


zefling Abonné
Le 11/03/2013 à 19h 15

<img data-src=" /> Y’a une vidéo qui donne une bonne idée que ce qu’est le jeu social : Merci Dorian.


Le 11/03/2013 à 19h 20

Pour bien comprendre : social = achats intégrés.

Les annonces sur FB sont là pour inciter les autres à jouer et, au final, à payer des trucs à la con pour progresser dans le jeu.



Dans un jeu (pas un jeu FB hein), je n’achète aucun contenu qui n’est pas nécessaire. Les avatars (des jpeg payants !!!), les chapeaux, les bidules, les trucs, osef total. Il y a bien que les extensions de MMO (avant) que j’achetais en sus du jeu.



Mais je vois des gamin(e)s perdre un temps monstrueux sur ce genre de jeu dit social. Ils feraient mieux d’ouvrir un bouquin ou de jouer à de “vrais” jeux.


Le 11/03/2013 à 20h 16

“Everybody lies” tiens ça me rappelle cette chanson de la bande a Serj Tankian http://www.youtube.com/watch?v=8VyzYbqRuFE



Plutôt adaptée au sujet <img data-src=" />


Le 11/03/2013 à 21h 49

En gros ils prennent des jeux qui marchent, transforment les fonctionnalités principales en achat in-app potentiel via une monnaie virtuelle volontairement rare et des prix démesurés pour quiconque ne voudrait pas sortir un centime.

C’est la tendance de 90% des jeux “sociaux” des gros groupes du moment….