My Servers : après sa version 6.9, Unraid dévoile une solution de gestion distante

My Servers : après sa version 6.9, Unraid dévoile une solution de gestion distante

Pensez à la 2FA !

Avatar de l'auteur
David Legrand

Publié dans

Hardware

15/03/2021
20

My Servers : après sa version 6.9, Unraid dévoile une solution de gestion distante

Après avoir conquis de nombreux bidouilleurs, Lime Technology veut leur permettre de gérer simplement plusieurs machines exploitant son OS maison : Unraid. Avec le plugin My Servers, ils pourront en effet les relier à un même compte pour un accès distant/centralisé.

Unraid est un système d'exploitation né il y a quelques années pour faciliter la gestion du stockage sur un serveur, qui a gagné en fonctionnalités et en popularité au fil du temps, que ce soit à travers sa gestion du PCIe Passthrough pour donner un accès direct à une carte graphique dans une machine virtuelle, ou ses « Apps ». 

Une popularité étonnante pour un outil payant, alors que nombreux sont ceux privilégiant des solutions clé en main mais gratuites comme FreeNAS ou Proxmox. Cela s'explique sans doute par le fait qu'Unraid est unique en son genre, complet, mais surtout abordable. Pouvant être testées gratuitement pendant 30 jours, ses licences se paient serveur par serveur, sont perpétuelles et se paient selon le nombre de périphériques de stockage utilisés, dès 59 dollars.

Gérer plusieurs serveurs Unraid dans une même interface

Début mars, la version 6.9 était mise en ligne, avec l'intégration de drivers GPU, la possibilité de passer des paramètres aux modules via des fichiers de configuration, la gestion de pools de stockage multiples (jusqu'à 35, de 30 périphériques chacun au maximum), de nouvelles options pour Btrfs, des améliorations pour Docker ou SSH, le passage à un noyau Linux 5.10.x LTS, etc. Tous les détails sont donnés par ici.

Après une version 6.9.1 venant corriger quelques problèmes, l'équipe vient d'annoncer un nouveau projet d'ampleur : My Servers. Il s'agit d'un plugin permettant la gestion centralisée et distante de serveurs reliés à un même compte Unraid, avec des fonctionnalités de partage, de surveillance du statut et des composants, etc. 

On peut ainsi voir l'ensemble des machines, leur licence, gérer leurs sauvegardes, y accéder de manière simplifiée, à la manière de ce que l'on trouve dans l'interface de certains fabricants de NAS par exemple. Il ne s'agit que d'une première mouture promet l'équipe, qui dit que d'autres possibilités doivent être ajoutées par la suite.

Unraid My Servers

Le compte Unraid devient un élément sensible

Notez que l'accès se fait à travers le compte du forum Unraid, qui est donc nécessaire. Une fois My Servers activé, c'est donc de lui que dépendra une bonne partie de la sécurité de vos machines. Soyez donc vigilant sur le mot de passe utilisé et pensez à activer la double authentification pour limiter les risques d'accès frauduleux.

Une documentation dédiée est disponible. Y est notamment détaillée la liste des données qui sont récupérées pour cette fonctionnalité, essentiellement les IP, URL d'accès, hostname de la machine. L'équipe en profite pour annoncer un serveur Discord officiel pour discuter de ces nouveautés et de vos propres configurations.

20

Écrit par David Legrand

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Gérer plusieurs serveurs Unraid dans une même interface

Le compte Unraid devient un élément sensible

Commentaires (20)


dada051 Abonné
Le 15/03/2021 à 09h 19

Pareil pour le mot de passe root, pensez à en mettre un un minimum costaud, en cas de mise en place du “Remote Access”


Le 15/03/2021 à 10h 21

Le produit évolue bien :)



On sent qu’il y a la volonter de faire comme chez TrueNAS avec son TrueCommand. L’essentiel est que ca réponde au besoin et que ca reste simple pour l’utilisateur final. Et ca me semble à la lecture de l’article bien fait.


Burn2 Abonné
Le 15/03/2021 à 10h 33

Le seul truc qui me freine vraiment pour l’instant c’est justement qu’il soit closed source.
Payer une licence pour un truc qui gère et openSource ne me pose pas de pb, mais le côté closed source me freine vraiment pour cette solution.


dada051 Abonné
Le 15/03/2021 à 10h 54

Qu’est-ce qui te pose problème exactement ?


Burn2 Abonné
Le 15/03/2021 à 13h 12

Le fait de confier mes données à un systême proprio. :D
Je sais c’est un peu de la parano mais bon avec le patriote act etc…
J’ai tendance à vraiment privilégier l’openSource pour ça.


Le 15/03/2021 à 13h 55

Tu peux expliquer ce que le Patriot Act, ou tout autre Act, pourraient venir faire dans cette histoire ?



L’intégration forcée d’une porte dérobée pour la NSA ? C’est plus que de la parano à mon avis.


dada051 Abonné
Le 15/03/2021 à 14h 59

https://www.nextinpact.com/article/46216/cybersecurite-miroir-aux-alouettes-lopen-source-confiance-dans-composants



Même si en effet, c’est moins pire que le closed-source. Après tu peux toujours bloquer toute sortie sur Internet à Unraid


Le 15/03/2021 à 15h 58

Note à l’équipe : Quand on édite un commentaire et qu’on dépasse le temps alloué (5min?) c’est un « bug ou une feature » que tout ce qu’on vient de taper soit rayé de la surface de la terre sans sommation ? Pas que ma prose mérite une tribune particulière mais ça fait mal aux fesses de voir ce qu’on vient de taper disparaître :D


Le 15/03/2021 à 16h 32

J ai peur qu à terme ils partent sur un fonctionnement par abonnement 😓


mrlafrite Abonné
Le 15/03/2021 à 17h 27

Perso, j’ai mis tous mes oeufs dans le même panier. J’ai déjà deux machines sur unRAID. Et bientôt 4. S’ils passent sur un modèle d’abonnement je suis foutu !


Le 15/03/2021 à 17h 41

Je sais pas j’me dis une v7 avec abo.. Après, je ne sais pas ce qu ils pourraient vendre par abo 🥸



J ai qu un serveur pour ma part mais qui fait tout :D


David_L Abonné
Le 15/03/2021 à 17h 46

L’un des marqueurs d’Unraid c’est la licence perpétuelle. Passer à l’abonnement serait risqué amha, et nécessiterait un gros travail de préparation des clients à tout le moins.


Le 16/03/2021 à 08h 23

J’ai du mal à comprendre ce qu’est UnRAID, que j’ai découvert par cet article. On dirait un cross over entre un NAS et un hyperviseur type Proxmox. J’ai bon ? À quand l’article de Inpact Hardware sur le sujet !


Le 16/03/2021 à 09h 10

Exactement, avec gestion de Docker :)


Le 16/03/2021 à 09h 29

Je comprend mieux :)
Et en tant qu’hyperviseur pur, ça donne quoi ? ça me donne l’idée de rempacer mon proxmox pour profiter de leur magasin d’app (un peu à la Yunohost d’ailleurs) tout en gardant la flexibilité de faire des apps customs.


Le 16/03/2021 à 09h 35

C’est du kvm “classique”, un peu plus simple d’accès que Proxmox. Possibilité d’éditer en XML également :)



A la base j’étais parti sur un proxmox pour tout virtualiser à la maison mais il me manquait la partie “stockage”, faire une VM spécifique stockage avec passtrough des disques je ne trouvais pas ça top.


Le 17/03/2021 à 10h 20

Bonjour à toutes et tous,



Je me pose toujours la question d’un unraid vs un xcp-ng vs un proxmox
Je vois l’intérêt de l’interface web et de la simplicité, mais côté performance, évolution, ect…


Le 17/03/2021 à 12h 49

C’est un NAS basé sur une slackware custom avec un belle interface Web, une excellent gestion des dockers et une communauté super active et donc de nombreux plugins et dockers, mais ce n’est PAS un hyperviseur. Du tout. Ni de près ni de loin.


Le 17/03/2021 à 17h 28

Comme @Balooforever indiquait que c’est du KVM classique, j’aurais tendance à dire que c’est aussi un bout d’hyperviseur. Sans doute pas aussi optimisé qu’un hyperviseur baremetal, mais à mes yeux il doit y avoir moyen de faire des trucs sympas dessus.



Plus j’avance et plus je suis paumé…


dada051 Abonné
Le 19/03/2021 à 10h 37

(reply:55977:flamme-demon)




Unraid, c’est avant tout du stockage et à la façon Unraid. Docker est géré d’une façon particulière, mais ça peut être remplacer/compléter par Portainer par ex (mais ya pas de docker-compose par défaut ou pas du tout, j’en sais rien). Pour la partie virtualisation, c’est basé sur Qemu 5.10, mais c’est pas du niveau de Proxmox (mais c’est pas le but non plus)