Chaud-froid sur Neptune : 17 ans de mesures, des « changements surprenants »

Chaud-froid sur Neptune : 17 ans de mesures, des « changements surprenants »

Un été de 40 ans, qui dit mieux ?

Avatar de l'auteur

Sébastien Gavois

Publié dansSciences et espace

11/04/2022
11
Chaud-froid sur Neptune : 17 ans de mesures, des « changements surprenants »

« Neptune est en soi très intrigante pour beaucoup d'entre nous, car nous en savons encore très peu sur elle », explique le chercheur Michael Roman… et cela ne va pas s’arranger. Dans une publication, il détaille des changements surprenants de température qui laissent « entrevoir une image plus complexe de l'atmosphère de Neptune ». 

Depuis que Pluton a été déclassée dans la catégorie des planètes naines, Neptune occupe la dernière place des planètes de notre Système solaire. Cette géante glacée ressemble sur certains points à la Terre, notamment par sa couleur bleue, dûe au méthane.

Découverte récemment (en 1846), elle n’a eu droit qu’à une seule visite avec la sonde Voyager 2 en août 1989. Il est évidemment possible de l’observer depuis la Terre… mais parfois avec plus de questions que de réponses. C’est le cas aujourd’hui.

Avec plusieurs télescopes, dont le Very Large Telescope de l'Observatoire Européen Austral (alias le VLT de l'ESO), une équipe de chercheurs venant de plusieurs pays à travers le monde a suivi « les températures atmosphériques de Neptune sur une période de 17 ans ».

Surprise, ils ont constaté une baisse des températures suivie d'un réchauffement. « Ce changement était inattendu » explique Michael Roman, postdoctorant et auteur principal de l'étude publiée ce lundi 11 avril dans la revue The Planetary Science Journal.

17 années de mesures, mais une saison dure… 40 ans

Comme la Terre et les autres planètes, Neptune connaît des saisons en fonction de sa position autour du Soleil… mais avec des temps à rallonge. Elle est en effet beaucoup plus éloignée de notre étoile que la Terre et « une saison de Neptune dure environ 40 ans », ce qui donne un peu plus de 160 années terrestres pour une année complète sur Neptune. Actuellement, et depuis 2005, c’est l’équivalent de l’été dans l'hémisphère sud de la huitième planète.

Pour suivre les évolutions de la température, les scientifiques ont « examiné près de 100 images infrarouges thermiques de Neptune, prises sur une période de 17 ans, afin de reconstituer les tendances générales de la température de la planète de manière plus détaillée que jamais ».

Toute une panoplie de télescopes

Le principe de fonctionnement est assez simple : les chercheurs utilisent des caméras thermiques pour mesurer la lumière infrarouge émise par les astres. Dans le cas de Neptune, c’est une couche bien particulière de l'atmosphère qui a été passée au crible : la stratosphère.

« Pour leur analyse, l'équipe a combiné toutes les images existantes de Neptune recueillies au cours des deux dernières décennies ». Un tiers provient de l'instrument VISIR (VLT Imager and Spectrometer for mid-InfraRed) du VLT de l'ESO, qui est installé dans le désert d'Atacama (Chili). D’autres sources ont été mises à contribution : le télescope spatial Spitzer de la NASA, le télescope Gemini Sud au Chili, ainsi que les télescopes Subaru, Keck et Gemini Nord qui se trouvent à Hawaï.

Neptune se trouve en moyenne à 4,5 milliards de kilomètres environ et, même sil l’on parle de réchauffement, la planète reste très froide. La température moyenne est aux alentours de -220°C, la mesurer avec précision depuis la Terre n'est donc « pas une tâche facile ». Pour l’Observatoire, ce n’est d’ailleurs « possible qu'avec des images infrarouges sensibles provenant de grands télescopes comme le VLT qui peuvent observer clairement Neptune, et celles-ci ne sont disponibles que depuis une vingtaine d'années », affirme Leigh Fletcher, un des co-auteurs de l’étude.

L’été arrive, les températures baissent… puis remontent

Les scientifiques s’attendaient à ce que l’arrivée de l’été austral – « se dit de tout ce qui concerne la direction opposée à celle du nord », soit le sud en opposition à boréal rappelle le Larousse – entraine un réchauffement des températures, mais ce ne fut pas le cas.

Les données ont en effet montré que « la plupart de la planète s'était progressivement refroidie au cours des deux dernières décennies ». La différence est notable puisque, entre 2003 et 2018, la température moyenne globale de Neptune est descendue de 8 °C.

Entre 2018 et 2020, une autre surprise attendait les scientifiques : « un réchauffement spectaculaire du pôle sud de Neptune ». Les températures ont en effet rapidement augmenté de 11 °C sur ces trois années. « Bien que le vortex polaire chaud de Neptune soit connu depuis de nombreuses années, un réchauffement polaire aussi rapide n'avait jamais été observé auparavant sur la planète », ajoute l’Observatoire.

Dans les images ci-dessous, les trois premières (2006, 2009, 2018) proviennent de l’instrument VISIR du VLT, tandis que l'image de 2020 est issue de l'instrument COMICS de Subaru car « VISIR n'était pas en service au milieu de la fin de 2020 à cause de la pandémie ». Le point lumineux en bas de Neptune montre le réchauffement important entre 2018 et 2020.

ESO Neptune
Crédits : ESO/M. Roman, NAOJ/Subaru/COMICS

« Des changements importants et rapides »… sans explications

Comme indiqué précédemment, les données s’étalent sur 17 ans, ce qui est à la fois beaucoup dans l’absolu, mais aussi peu comparé à la durée d’une saison (40 ans). « Nos données couvrent moins de la moitié d'une saison de Neptune, donc personne ne s'attendait à voir des changements importants et rapides », indique Glenn Orton, chercheur principal au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de Caltech et co-auteur de l’étude.

Pour l’Observatoire, ces variations de température sur la planète sont tellement inattendues que « les astronomes ne savent pas encore ce qui a pu les provoquer ». Plusieurs pistes sont évoquées : « Elles pourraient être dues à des changements dans la chimie de la stratosphère de Neptune, à des phénomènes météorologiques aléatoires, ou même au cycle solaire ».

D’autres observations seront probablement nécessaires pour en apprendre davantage. C’est évidemment l’occasion pour l’ESO de remettre en avant son futur ELT (Extremely Large Telescope) qui pourra fournir des images plus détaillées, mais aussi du télescope James Webb qui permettra quant à lui d'obtenir « de nouvelles cartes sans précédent de la chimie et de la température de l'atmosphère de Neptune ».

11
Avatar de l'auteur

Écrit par Sébastien Gavois

Tiens, en parlant de ça :

Ecran bleu de Windows

Linux : le composant systemd se dote d’un écran bleu de la mort

LoL Micro$oft

16:33 Soft 3
Une petite fille en train d'apprendre à programmer et hacker logiciels et appareils électroniques

Un roman graphique explique les logiciels libres aux enfants

Hacking 4 freedom

11:24 SoftSociété 17
Nouveautés pour Messenger

Meta lance (enfin) le chiffrement de bout en bout de Messenger, entre autres

ME2EEssenger

08:43 Socials 3

Sommaire de l'article

Introduction

17 années de mesures, mais une saison dure… 40 ans

Toute une panoplie de télescopes

L’été arrive, les températures baissent… puis remontent

« Des changements importants et rapides »… sans explications

Ecran bleu de Windows

Linux : le composant systemd se dote d’un écran bleu de la mort

Soft 3
Une petite fille en train d'apprendre à programmer et hacker logiciels et appareils électroniques

Un roman graphique explique les logiciels libres aux enfants

SoftSociété 17
Nouveautés pour Messenger

Meta lance (enfin) le chiffrement de bout en bout de Messenger, entre autres

Socials 3

#LeBrief : cloud européen, OSIRIS-REx a frôlée la catastrophe, CPU AMD Ryzen 8040

Windows en 2024 : beaucoup d’IA, mais pas forcément un « 12 »

Soft 17
Einstein avec des qubits en arrière plan

Informatique quantique, qubits : avez-vous les bases ?

HardScience 8
Notifications iPhone

Surveillance des notifications : un sénateur américain demande la fin du secret

DroitSécu 14

En ligne, les promos foireuses restent d’actualité

DroitWeb 19

#LeBrief : modalité des amendes RGPD, cyberattaque agricole, hallucinations d’Amazon Q, 25 ans d’ISS

Logo Twitch

Citant des « coûts prohibitifs », Twitch quitte la Corée du Sud

ÉcoWeb 29
Formation aux cryptomonnaies par Binance à Pôle Emploi

Binance fait son marketing pendant des formations sur la blockchain destinées aux chômeurs

Éco 10
Consommation électrique du CERN

L’empreinte écologique CERN en 2022 : 1 215 GWh, 184 173 teqCO₂, 3 234 Ml…

Science 6
station électrique pour voitures

Voitures électriques : dans la jungle, terrible jungle, des bornes de recharge publiques

Société 74

#LeBrief : intelligence artificielle à tous les étages, fichier biométrique EURODAC

KDE Plasma 6

KDE Plasma 6 a sa première bêta, le tour des nouveautés

Soft 13
Un homme noir regarde la caméra. Sur son visage, des traits blancs suggèrent un traitement algorithmique.

AI Act et reconnaissance faciale : la France interpelée par 45 eurodéputés

DroitSociété 4
Api

La CNIL préconise l’utilisation des API pour le partage de données personnelles entre organismes

SécuSociété 3
Fouet de l’Arcep avec de la fibre

Orange sanctionnée sur la fibre : l’argumentaire de l’opérateur démonté par l’Arcep

DroitWeb 22
Bombes

Israël – Hamas : comment l’IA intensifie les attaques contre Gaza

IA 22

#LeBrief : bande-annonce GTA VI, guerre électronique, Spotify licencie massivement

Poing Dev

Le poing Dev – Round 7

Next 102
Logo de Gaia-X sour la forme d’un arbre, avec la légende : infrastructure de données en forme de réseau

Gaia-X « vit toujours » et « arrive à des étapes très concrètes »

WebSécu 6

Trois consoles portables en quelques semaines

Hard 37
Une tasse estampillée "Keep calm and carry on teaching"

Cyberrésilience : les compromis (provisoires) du trilogue européen

DroitSécu 3

#LeBrief : fuite de tests ADN 23andMe, le milliard pour Android Messages, il y a 30 ans Hubble voyait clair

#Flock a sa propre vision de l’inclusion

Flock 25
Un Sébastien transformé en lapin par Flock pour imiter le Quoi de neuf Docteur des Looney Tunes

Quoi de neuf à la rédac’ #10 : nous contacter et résumé de la semaine

44
Fairphone 5 démonté par iFixit

Sans surprise, le Fairphone 5 obtient 10/10 chez iFixit

Hard 3

WhatsApp vocaux à vue/écoute unique

WhatsApp permet d’envoyer des vocaux à écoute unique

Soft 9

Logo de Google sur un ordinateur portable

Google propose un correctif aux disparitions mystérieuses sur Drive

Soft 21

Puce AMD Instinct

IA : AMD annonce la disponibilité des accélérateurs Instinct MI300A et MI300X

Hard 0

Un œil symbolisant l'Union européenne, et les dissensions et problèmes afférents

Cloud : 1,2 milliard d’euros pour un Projet important d’intérêt européen commun

Web 11

Sonde OSIRIS-REx de la NASA lors du retour de la capsule des échantillons sur Terre

Échantillons d’OSIRIS-REx : la NASA a frôlé la catastrophe

Science 11

CPU AMD Ryzen avec NPU pour l’IA

Ryzen 8040 : AMD lance de nouveaux CPU mobiles (Zen 4, RDNA 3, NPU)

Hard 2

Commentaires (11)


refuznik Abonné
Le 11/04/2022 à 10h05

Il faut que le GIEC enquête là-dessus et propose des solutions rapidement :pastaper:


gg40 Abonné
Le 11/04/2022 à 12h30

Très intéressant, je n’en avait jamais entendu parler.


aurejac Abonné
Le 11/04/2022 à 12h42

Vous allez me trouver chagrin mais ça me fait toujours bizarre de voir Neptune représentée ici comme si elle tournait sur un axe quasi vertical comme les autres planetes…
en fait l’axe de rotation est quasi à l’horizontale et parler de pôle sud ou pôle nord ça me perturbe, ça veut pas dire grand chose ici..



et du coup je comprends rien :)


Jonathan Livingston Abonné
Le 11/04/2022 à 12h48

Tu confonds avec Uranus. Neptune a une inclinaison à peine supérieure à celle de la Terre.


Idiogène
Le 11/04/2022 à 14h27

(reply:2066122:Jonathan Livingston)




Neptune croupe son monde alors qu’Uranus est IN. Donc, si Jupiter s’asphyxie il faudra retrouver Pluton. J’ai saisi le code 40 ? :ouioui: :troll:


thecis
Le 11/04/2022 à 15h16

Je comprends pas pourquoi on n’envoie pas un satellite d’observation par planète. Si c’est trop cher, fallait piocher dans les budgets des armés !


linkin623 Abonné
Le 11/04/2022 à 17h10

(quote:2066122:Jonathan Livingston)
Tu confonds avec Uranus. Neptune a une inclinaison à peine supérieure à celle de la Terre.




+1, sans cette inclinaison, pas de saison. Uranus est un exemple bien à part, en rajoutant que c’est une planète gazeuse, et que les vents y sont parmi les plus puissants du système solaire ! Ca fait le tour assez rapidement ^^


aurejac Abonné
Le 12/04/2022 à 08h55

(quote:2066122:Jonathan Livingston)
Tu confonds avec Uranus. Neptune a une inclinaison à peine supérieure à celle de la Terre.




oups… effectivement j’ai bien confondu, je pars me flageller :sm:
merci :incline:


Patch Abonné
Le 12/04/2022 à 09h56

linkin623 a dit:


+1, sans cette inclinaison, pas de saison. Uranus est un exemple bien à part, en rajoutant que c’est une planète gazeuse, et que les vents y sont parmi les plus puissants du système solaire ! Ca fait le tour assez rapidement ^^




A moins qu’Uranus ne montre toujours la même face au soleil, il y a des saisons, qui seront même potentiellement plus marquées que sur les autres planètes vu qu’il n’y a pas la rotation pour arroser toute la planète (et qui ressembleront aux jours au niveau des pôles : 12 année jour, 12 année nuit) :chinois:


DantonQ-Robespierre Abonné
Le 13/04/2022 à 23h33

Aaaahhh, la mystérieuse Neptune…



Cette planète me fascine, je rêverais d’y aller en mission d’observation orbitale et de finir mes jours là-bas, rapportant fidèlement le moindre phénomène observable…



…Composant des morceaux inédits avec ma guitare… Jammant avec les étoiles…



…Loin de la guerre, de la cruauté, de la connerie, du mensonge, et des réseaux sociaux…


serpolet Abonné
Le 14/04/2022 à 16h19

(reply:2066730:DantonQ-Robespierre)




Comment ça, pas de réseau sur Neptune ?



Image